Arbres fruitiers à pépins

Pommier, poirier, cognassier… les arbres fruitiers à pépins se plaisent naturellement sous nos climats tempérés. Retrouvez tous les conseils pour démarrer votre verger, ou pour entretenir et tailler les arbres existants.

  • Photo of Poire nashi, poirier japonais

    Poire nashi, poirier japonais

    Le nashi ou poirier japonais (Pyrus pyrifolia) est un petit fruitier à pépins de la famille des Rosacées, cousin asiatique de notre poirier commun. Il offre en fin d’été des fruits aplatis de couleur bronze à l’aspect de pomme. Un arbre fruitier pour petits espaces Originaire du Japon et de Chine, le nashi n’a été introduit en France qu’au cours des années 60. Sa culture reste encore relativement rare dans les vergers amateurs. Dommage car ce poirier japonais forme au fil des ans un petit arbre décoratif de 3 m en tous sens dont les branches s’arquent joliment, adoptant un port pleureur. Elle se couvrent de feuilles caduques, ovales, vert brillant, prenant de belles couleurs d’automne. Au mois de mars,…

    Lire la suite »
  • Photo of Comment mettre une poire en bouteille ?

    Comment mettre une poire en bouteille ?

    Voilà une bien drôle d’idée que de vouloir mettre une poire en bouteille ! Cette technique traditionnelle était très à la mode au siècle dernier sur les arbres fruitiers. C’est amusant et ça épate toujours autant la galerie à l’heure du digestif quand on décide d’offrir de l’alcool de poire. Cette grosse poire enfermée dans la bouteille ou dans la carafe, tout le monde se demande en effet comment elle a bien pu entrer ! Quelles poires mettre en carafe ? Toutes les variétés de poires conviennent : les grosses comme les plus petites, les poires d’été, celles d’automne ou encore les poires de conservation. Habituellement, on utilise la poire Bon chrétien William’s car c’est l’une des meilleures. Comment emprisonner la poire ?…

    Lire la suite »
  • Photo of Pommier: des variétés anciennes à redécouvrir

    Pommier: des variétés anciennes à redécouvrir

    Les variétés anciennes de pommiers, parfois réduites à de petites portions de territoires, sont plus résistantes aux maladies et aux ravageurs que les variétés modernes. Ces arbres fruitiers à pépins étaient en effet cultivés dans les vergers familiaux jusqu’au milieu du XXe siècle sans le moindre traitement et produisaient avec peu de soin de taille. Voici 7 variétés anciennes de pommes à redécouvrir. Pomme ancienne « Reinette grise du Canada » Cette pomme d’hiver, aussi appelée Canada gris ou grosse reinette d’Angleterre, est une très ancienne variété. Sa peau rugueuse, de couleur bronze, n’a pas pu vous échapper : malgré son ancienneté, cette pomme reste très présente sur les marchés locaux jusqu’en mars. Cette pomme est Idéale à cuire (en tarte, gâteaux…

    Lire la suite »
  • Photo of Quel porte-greffe choisir pour le poirier ?

    Quel porte-greffe choisir pour le poirier ?

    Le volume, la vitesse de croissance et l’adaptation aux conditions de culture d’un poirier (en particulier à votre terrain) dépendent grandement de son porte-greffe. Plus que le choix d’une variété, le plus important à l’achat d’un poirier, c’est surtout le choix précis et réfléchi d’un porte-greffe adapté. Le porte-greffe, carburant du greffon C’est la partie inférieure de l’arbre ( y compris parfois le tronc en fonction de la hauteur du point de greffe), celle qui constituera les racines du futur poirier, l’ancrant parfaitement au sol tout en alimentant le greffon en éléments nutritifs dont il aura besoin pour bien se développer et produire ses fruits. Dans le cas du poirier, le porte-greffe utilisé est souvent obtenu par semis. Le porte-greffe…

    Lire la suite »
  • Photo of Comment conserver les pommes après récolte ?

    Comment conserver les pommes après récolte ?

    En fin d’été, les pommiers sont chargés de fruits ! L’heure est venue de récolter les variétés d’automne. Suivront rapidement les cueillettes des pommes d’hiver qui pourront se conserver, dans de bonnes conditions, jusqu’au printemps prochain.  Comment gérer la conservation de toutes ces belles pommes ? La Cueillette Les formes basses (gobelets) et les pommiers palissés ne présentent pas de difficultés de cueillette, les fruits restant souvent à portée de mains. Pour les pommiers de plein vent en revanche, la cueillette peut s’avérer autrement plus délicate, nécessitant parfois d’avoir recours à la grande échelle. Pour prévenir les accidents et récolter les pommes les plus haut perchées, il est intéressant de s’équiper d’un cueille-fruits. C’est une poche en plastique ou en tissu…

    Lire la suite »
  • Photo of Maladies du poirier: identifiez-les pour mieux lutter

    Maladies du poirier: identifiez-les pour mieux lutter

    Réputé pour ses fruits et sa floraison remarquable, le poirier et un fruitier à pépin indispensable au verger. Comme l’illustre le tableau ‘Blossoming Pear Tree’ de Vincent Van Gogh, cet arbre majestueux porte l’une des plus belles floraisons printanières ! Alors afin d’assurer un bon développement de votre poirier, assurez-vous de savoir repérer et traiter les maladies qui peuvent survenir… La moniliose du poirier Cette maladie fongique agit de pair avec les insectes : C’est un champignon microscopique qui se développe sur les parties abîmées des fruits (après des piqûres ou des blessures). Evidemment, cela rend les fruits impropres à la consommation, et vous pouvez vous débarrasser de toute votre production… (évitez le compost) Pour repérer cet infâme champignon, sachez…

    Lire la suite »
  • Photo of SOS: mes pommiers sont malades !

    SOS: mes pommiers sont malades !

    Les maladies d’un pommier sont généralement de deux ordres : il s’agit bien souvent d’une maladie fongique (oïdium, mildiou, moniliose, tavelure…) ou d’un ravageur (pucerons, sésie, carpocapse…). Si l’on peut agir en curatif dès l’apparition des premiers symptômes, le plus efficace, mais aussi et surtout le plus sain pour l’homme et son environnement, reste la prévention. Cela suppose de surveiller très régulièrement ses arbres fruitiers à pépins pour anticiper l’apparition des maladies. Cela suppose également de réunir un maximum de bonnes conditions de culture pour que le pommier s’épanouisse et soit naturellement plus résistant. Quelles sont les principales maladies du pommier et comment les prévenir ? Oïdium des feuilles de pommier L’oïdium se caractérise par un voile blanc sur les pousses,…

    Lire la suite »
  • Photo of Le cognassier, un fruitier oublié

    Le cognassier, un fruitier oublié

    L’arbre à coing est un cognassier, un arbre fruitier à pépin. S’il a aujourd’hui déserté nos jardins, le cognassier (Cydonia) était il y a quelques décennies encore très présent dans les jardins de nos grand-mères. Avec son fruit en forme de poire atteignant sa pleine maturité à l’automne, l’arbre à coing est un peu mystérieux et ne dévoile ses secrets gustatifs que lors de la cuisson. L’arbre à coing est originaire d’Asie C’est de Crète, de la ville de Cydon plus précisément, que viendrait le nom botanique du cognassier. Originaire d’Asie Centrale, l’arbre à coing fut exporté par les romains, qui raffolaient de ce fruit aytpique au goût délicat. Le cognassier, un arbre aussi décoratif Robuste et rustique, l’arbre à…

    Lire la suite »
  • Photo of L’entomosporiose du cognassier

    L’entomosporiose du cognassier

    L’entomosporiose est avec la moniliose l’une des deux maladies les plus classiques du cognassier et plus globalement des arbres fruitiers à pépins. Elle affecte les feuilles et les fruits en formation de ce bel arbre tortueux que l’on trouvait en bonne place dans les jardins de grand-mères. Le responsable est comme souvent un champignon (l’entomosporium) qui profite des printemps humides et frais pour se développer sur le feuillage. Une fois établi, il affectionne particulièrement les journées chaudes de l’été, notamment si l’amplitude des températures entre la nuit et le jour est importante au point de faire naître au petit matin un semblant de rosée. L’attaque se manifeste lorsque les feuilles du cognassier se couvrent de taches beiges/brunes d’aspect arrondi, d’abord…

    Lire la suite »
  • Photo of Prévenir naturellement l’apparition du carpocapse

    Prévenir naturellement l’apparition du carpocapse

    Croquer dans une pomme ou dans une poire véreuse, c’est très désagréable ! Mais c’est assurément meilleur pour la santé que de croquer dans une même pomme ou poire du commerce, esthétiquement parfaite, c’est vrai (quoique gustativement moins bonne) mais au prix de pas moins de 35 traitements (source INRA ) ! De quoi rebuter ! Je préfère donc mes petites pommes véreuses et trouées, sachant qu’il est possible de lutter préventivement et naturellement contre l’insecte foreur responsable du mal. Les petits trous, pas toujours visibles d’ailleurs sur l’épiderme des fruits, sont l’œuvre de la chenille du carpocapse. Il s’agit d’un papillon grisâtre (Cydia pomonella) qui vole au crépuscule, ce qui rend son action et ses ravages particulièrement sournois. Les « vers des pommes et…

    Lire la suite »
  • Photo of Identifier les organes des poiriers et pommiers

    Identifier les organes des poiriers et pommiers

    Contrairement à d’autres espèces qui fructifient sur le bois de l’année (la vigne, le pêcher ou encore abricotier… par exemple) les arbres fruitiers à pépins (pommiers, poiriers…) organisent à l’avance leur fructification. Les fruits n’apparaissent ainsi que sur du bois âgé de deux ou trois ans. Pour bien comprendre le mécanisme de mise à fruits de ces arbres et tenter d’appréhender leur taille, il est indispensable d’apprendre à identifier les différents organes et leur rôle. Les organes stériles du poirier et du pommier L’œil (ou bourgeon) à bois Il n’engendre que des pousses à feuilles. Sa présence est naturelle chez le jeune sujet puisqu’il doit constituer son ossature, support de sa fructification future. Les yeux à bois sont majoritairement portés…

    Lire la suite »
  • Photo of Des coings momifiés…la moniliose !

    Des coings momifiés…la moniliose !

    Il y a de cela encore un mois, la récolte de coings semblait prometteuse. Les fruits sains, nombreux et déjà volumineux, commençaient à prendre leur jolie teinte jaune si caractéristique.  Pâte de coings, gelée, le jardinier gourmand que je suis, se régalait à l’avance des délices sucrés qu’ils allaient lui offrir. Seulement, les choses ne sont pas aussi simples. Voilà que,  subitement, s’invite la moniliose, ennemi juré du cognassier et des autres arbres fruitiers à pépins…et qu’elle réduit à néant la récolte. La faute à un printemps pourri ! Les symptômes de la moniliose du cognassier Le champignon responsable touche des fruits en apparence sains,  qui ont grossi normalement jusque là et sont proches de la maturité. Une tâche de…

    Lire la suite »
  • Photo of Pucerons et fourmis sur les feuilles de pommier

    Pucerons et fourmis sur les feuilles de pommier

    Avez-vous déjà essayé de titiller une colonie de pucerons avec un brin d’herbe ? Non , alors je vous invite à tenter l’expérience  et à prendre le temps d’observer minutieusement le comportement des fourmis qui en prennent soin. Vous pouvez le faire par exemple sur un pommier, un arbre fruitier à pépins régulièrement infesté de pucerons. Si les pucerons restent sans réaction apparente, ce n’est pas le cas des fourmis (des insectes sociaux de la famille des hyménoptères) qui repèrent rapidement la source du désordre et se mettent en alerte. Elles chargent ensuite l’intrus à tour de rôle, comme pour lui signifier qu’il faudra d’abord leur passer sur le corps avant de pouvoir toucher au moindre puceron. Comme si, finalement,…

    Lire la suite »
  • Photo of La taille d’un pommier en espalier

    La taille d’un pommier en espalier

    La taille d’un pommier ou d’un poirier en espalier (en U) est facile, même pour les jardiniers débutants. Elle permet d’obtenir, en quelques années seulement un arbre fruitier productif. Vous pouvez ainsi décider de créer une haie fruitière, pour délimiter et organiser par exemple plusieurs parties de  votre potager. La forme en U étant compacte (elle n’occupe qu’un bon mètre carré de surface). Vous aurez ainsi le loisir, dans de petits jardins, de planter plusieurs variétés et d’obtenir de belles récoltes propres à ravir tous les goûts. Choisissez des pommiers à la maturité échelonnée de la fin de l’été jusqu’au début de l’hiver (pommes de garde hivernales) pour en manger presque toute l’année. Comment mener à bien la plantation et…

    Lire la suite »
  • Photo of Quelle variété de pommier planter dans l’Est de la France ?

    Quelle variété de pommier planter dans l’Est de la France ?

    La meilleure période de plantation des arbres fruitiers à pépins va commencer. Elle s’étale de la mi-novembre, quand la terre n’est pas encore refroidie, jusqu’à la mi-mars, avant la reprise de la végétation. Même si la période est favorable, les semaines trop pluvieuses et froides (<5°C) sont à éviter. Je vous propose aujourd’hui de faire un tour d’horizon de quelques variétés de pommiers à planter dans l’Est de la France. Des variétés de pommiers locales Faire le choix de planter des variétés locales, c’est s’assurer une certaine forme de réussite.  Comme pour d’autres espèces, il existe une multitude de variétés de pommiers anciens, certaines parfois très spécifiques à une région ou à un terroir. Les espèces locales sont souvent des…

    Lire la suite »
  • Photo of Formation d’un pommier en U

    Formation d’un pommier en U

    J’ai déjà abordé le début de la taille de formation d’un pommier ou d’un poirier en U simple : à savoir la taille initiale du scion et la mise en place du palissage. L’objectif de ce présent article est de décrire le travail de formation et de taille sur cette première année de végétation. Sélectionner les rameaux Tout d’abord, il est bon de commencer par supprimer toute la végétation basse pour ne garder que trois rameaux sur la partie supérieure. Si la taille du scion a correctement été menée l’hiver dernier, deux rameaux se sont développés (l’un à droite du tronc, l’autre à gauche). Par mesure de précaution, conservez-en un troisième plus bas qui pourra servir à remplacer l’un des deux…

    Lire la suite »
  • Photo of Mettre en place le support d’un pommier en espalier

    Mettre en place le support d’un pommier en espalier

    Pour conduire un pommier en espalier ou en contre espalier, il est nécessaire de mettre en place, si possible avant la plantation des scions, un support solide qui accompagnera la croissance de l’arbre et permettra aisément de le tuteurer et de lui donner sa forme au fil des saisons ( U, U double….) Pommier en espalier Dans le cas d’un pommier en espalier, si les scions sont plantés au pied d’un mur bien exposé, fixez préalablement aux deux extrémités du mur des séries de crochets scellés chimiquement ou d’équerres galvanisées qui offrent un éloignement du mur d’au moins 10 cm. Il peut être nécessaire, si la longueur de votre future haie fruitière est importante, de fixer aussi une ou plusieurs…

    Lire la suite »
Bouton retour en haut de la page
Fermer