Arbres fruitiersAutomne au jardin

Quel porte-greffe choisir pour le poirier ?

Le volume, la vitesse de croissance et l’adaptation aux conditions de culture d’un poirier (en particulier à votre terrain) dépendent grandement de son porte-greffe. Plus que le choix d’une variété, le plus important à l’achat d’un poirier, c’est surtout le choix précis et réfléchi d’un porte-greffe adapté.


Le porte-greffe, carburant du greffon

C’est la partie inférieure de l’arbre ( y compris parfois le tronc en fonction de la hauteur du point de greffe), celle qui constituera les racines du futur poirier, l’ancrant parfaitement au sol tout en alimentant le greffon en éléments nutritifs dont il aura besoin pour bien se développer et produire ses fruits.

Dans le cas du poirier, le porte-greffe utilisé est souvent obtenu par semis. Le porte-greffe du poirier le plus couramment utilisé est le cognassier, un fruitier ancien robuste et rustique. Plus rarement, on utilise du franc, un porte-greffe plus tolérant vis-à-vis des terrains calcaires.


Où se procurer le porte-greffe ?

Greffer n’est pas très difficile. C’est même amusant en soi quand on a appris les rudiments de la technique. Le problème pour les jardiniers amateurs, c’est qu’il n’est malheureusement pas très facile de se procurer des porte-greffes de poirier car ils sont souvent produits et réservés aux seuls pépiniéristes.

On peut néanmoins passer par l’intermédiaire d’une association pomologique qui en propose généralement chaque année en automne à ses adhérents. Le conservatoire régional d’Aquitaine, à travers son catalogue annuel, offre aussi une solution intéressante pour s’en procurer.


Porte-greffe de poirier sur franc

Semer un pépin de poire permet d’obtenir assez facilement, rapidement et à moindre frais un nouvel arbre. Cependant, ce semis ne garantit pas pour autant des poires de la même variété. En revanche, ce semis « franc » peut servir de porte-greffe, c’est-à-dire qu’on va pouvoir lui souder artificiellement (lui greffer) un morceau de tige prélevée en fin d’automne sur une variété que l’on souhaite reproduire.

Au bout de quelques années, on obtiendra alors avec un porte-greffe franc un poirier vigoureux, de grande dimension, plutôt tolérant aux sols calcaires, mais à la mise à fruits longue (comptez une dizaines d’années). Le franc est donc un porte-greffe de poirier intéressant à utiliser quand on dispose de place et de temps !

porte-greffe poirier franc
Le porte-greffe du poirier franc donne un arbre de bon développement. Il est adapté pour créer un verger quand on dispose de place. © Ria Algra

Porte-greffe sur cognassier

Le cognassier est un grand classique du porte-greffe de poirier. Presque toutes les variétés proposées sur le catalogue du conservatoire régional d’Aquitaine sont par exemple greffées sur cognassier.

Pourquoi ?  Pour 3 raisons essentielles :

Ce type de porte-greffe permet tout d’abord d’obtenir des poiriers compacts, de faible développement, ce qui est idéal dans un petit jardin.

Ensuite, le cognassier offre une mise à fruits plus rapide que le franc (comptez 3 à 5 ans après la plantation).

Enfin, il tolère surtout plutôt bien les terres argileuses humides. En revanche, sa plantation donnera des résultats décevants sur sol calcaire et la durée de vie d’un poirier greffé sur cognassier est inférieure à celle sur poirier greffé sur franc.

Tags

Bruno Nunez

Jardinier près de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les plantes et le jardin à travers des conseils de jardinage, des astuces, des expériences, des portraits...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, avec une bonne dose de bon sens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer