Accueil » L'été » L’entomosporiose du cognassier
entomosporiose du cognassier

L’entomosporiose du cognassier

L'entomosporiose du cognassier
Partagez votre avis sur cet article !

L’entomosporiose est avec la moniliose l’une des deux maladies les plus classiques du cognassier. Elle affecte les feuilles et les fruits en formation de ce bel arbre tortueux que l’on trouvait en bonne place dans les jardins de grand-mères.

Le responsable est comme souvent un champignon (l’entomosporium) qui profite des printemps humides et frais pour se développer sur le feuillage. Une fois établi, il affectionne particulièrement les journées chaudes de l’été, notamment si l’amplitude des températures entre la nuit et le jour est importante au point de faire naître au petit matin un semblant de rosée.

L’attaque se manifeste lorsque les feuilles du cognassier se couvrent de taches beiges/brunes d’aspect arrondi, d’abord de manière éparse mais qui finissent inéluctablement par se rejoindre et nécroser de vastes zones. En cas de forte attaque, la majorité de la surface de la feuille est ainsi recouverte. Elle s’assèche sur les bords, s’enroule et finit par tomber.

maladie du cognassier feuillesEn observant de plus près, chaque tache brune comporte vers son centre une boursouflure plus noire renfermant les éléments de propagation du champignon. A un stade encore plus avancé, les fruits peuvent également être atteints. Ils cessent alors de se développer, se crevassent, se déforment et tombent prématurément.

Comment lutter contre l’entomosporiose ?

Pour protéger le cognassier, l’intervention se déroule en plusieurs temps.

Tout au long de l’été et à  l’automne, il est d’abord important de ramasser et de brûler méticuleusement toutes les parties atteintes (feuilles et fruits) pour limiter la propagation du champignon aux parties saines.

A la chute des feuilles, une pulvérisation de bouillie bordelaise assainira la ramure de l’arbre.

Enfin, au printemps suivant, une même pulvérisation de bouillie bordelaise doit être faite peu avant la floraison, et reconduite trois semaines à un mois plus tard. Voilà qui devrait freiner les ardeurs de l’entomosporium.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *