Arbres fruitiers à pépins

Comment lutter contre la rouille grillagée du poirier ?

Le limbe des feuilles de vos poiriers est ponctué de taches orange ? Il s’agit probablement de la rouille du poirier, une maladie cryptogamique qui apparaît lorsque des genévriers se trouvent à proximité. Voici quelques conseils pour vous aider à combattre le problème.

Les symptômes de la rouille grillagée du poirier

Les premiers symptômes indiquant la présence de la rouille grillagée se manifestent sur les feuilles, au printemps. Ce sont de petites taches orange vif, facilement identifiables, qui apparaissent sur le limbe. Au cours de l’été, ces tâches grossissent, deviennent rougeâtres et se remplissent de petites pustules brunes, alors que sur la face inférieure des feuilles, se développent des tumeurs verruqueuses remplies de spores qui seront disséminées par le vent et la pluie, lorsqu’elles s’ouvriront.

En cas d’attaque sévère, le champignon infeste, en plus, les pétioles des feuilles, les rameaux et les jeunes fruits. On observera, alors, une chute prématurée des feuilles et des fruits, et ceux-ci seront aussi susceptibles de montrer des déformations et des zones dures dans leur chair.

Les causes de la maladie : un champignon nommé Gymnosporangium sabinae

Le responsable de cette maladie du poirier est un champignon pathogène appelé Gymnosporangium sabinae. Avant de pouvoir infester le poirier, qui n’est qu’un hôte secondaire, il doit se développer sur un hôte primaire : le genévrier d’ornement (Juniperus sabina / Genévrier sabine, Juniperus chinensis / Genévrier de Chine, Juniperus media).

Au cours du printemps, le genévrier touché par Gymnosporangium sabinae porte, sur ses rameaux, des renflements bruns qui se transforment en verrues gélatineuses orange, visibles uniquement par temps de pluie. Une fois les spores libérées et emportées par le vent ou la pluie, les verrues sèchent et disparaissent. Les poiriers se trouvant dans un rayon de 100 à 200 m du genévrier malade ont de grandes chances d’être contaminés.

comment lutter contre la rouille grillagée du poirier
Pour lutter contre la rouille grillagée du poirier, il faut agir surtout en préventif, en particulier en supprimant les genévriers plantés près de vos poiriers. © DepositPhotos

Comment lutter contre la rouille grillagée du poirier ?

Pour que Gymnosporangium sabinae présent sur les poiriers survive, il doit impérativement changer à nouveau d’hôte et recoloniser un genévrier. En aucun cas, il ne peut hiberner sur un poirier. Aussi, il est inutile de ramasser les feuilles des poiriers tombées au sol ou d’effectuer des traitements antifongiques en hiver sur les fruitiers, le champignon pathogène ne s’y trouve plus.

Les actions préventives pour éviter le développement de la maladie

La seule méthode vraiment efficace pour enrayer ou se prémunir de la rouille grillagée est la suppression des genévriers près de poiriers. Malheureusement, elle n’est pas toujours facile à mettre en place si les genévriers en question sont chez les voisins.

À défaut, d’autres actions peuvent contribuer à affaiblir le cycle de reproduction et de dispersion du champignon :

  • enlever les rameaux infectés des genévriers d’ornement durant l’hiver ou au début du printemps, si vous arrivez à les détecter ;
  • effectuer des pulvérisations foliaires de purin d’ortie et de décoction de prêle (deux traitements naturels) sur les poiriers, afin de renforcer les défenses naturelles des feuilles qui leur permettront de mieux résister aux maladies cryptogamiques.

À savoir : il existe des variétés de genévriers résistants à la rouille grillagée ainsi que des variétés de poiriers peu sensibles à la maladie (‘Beurré Durondeau’ ; ‘Beurré d’Anjou’, ‘Joséphine de Malines’, ‘Dr Jules Guyot’, ‘Beurré Hardy’, ‘Doyenné du Comice’ …) ; privilégiez leur plantation.

Les traitements naturels curatifs contre la rouille grillagée du poirier

Au début du mois de mai, si les températures sont supérieures à 10 °C, jusqu’au début du mois de juin (idéalement, juste après une averse, source de contamination), pulvérisez un traitement à base de cuivre, comme l’oxychlorure de cuivre ou la Bouillie Bordelaise (dosage recommandé : 15 grammes/litre). Mais si les genévriers sont proches, attendez-vous à ce que la maladie réapparaisse l’année suivante.

À noter : un poirier contaminé redevient sain après la chute des feuilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page