Ravageurs et parasites

7 traitements naturels pour éliminer l’oïdium

Un temps chaud et humide associé à des écarts de températures importants entre le jour et la nuit : voilà les conditions qui favorisent les attaques de l’oïdium. Aussi appelé blanc, ce champignon se développe sur les feuilles en formant un feutrage grisâtre.

Reconnaître l’Oïdium sur les plantes touchées

L’oïdium est un champignon microscopique redouté de tous les jardiniers. Il forme un feutrage blanc à la surface des feuilles de nombreuses plantes. Parmi les plantes les plus touchées :

  • Au potager, tous les légumes de la famille des Cucurbitacées y sont particulièrement sensibles : la courge, le potiron, la courgette, le concombre, le cornichon ou encore le melon…
  • Au jardin d’ornement, certains arbustes comme le laurier palme, le fusain en sont souvent atteint. Mais aussi et surtout, l’oïdium est fréquent sur les rosiers.
  • Au verger, la vigne et certains arbres fruitiers comme les pêchers sont gênés par le développement de l’oïdium.
oidium traitement curatif
Oïdium sur concombre © Jardipartage

Des températures contrastées sont favorables à la maladie du blanc

L’oïdium a besoin d’un temps chaud pour se développer, mais pas forcément d’une humidité trop importante. Il apparaît aussi par temps sec, surtout lorsque les écarts de températures entre le jour et la nuit sont importants, c’est-à-dire vers la fin du printemps (en juin) ou de l’été (en septembre).

Cette maladie cryptogamique se répand à la surface des feuilles en formant des taches poudreuses blanches ou grises, filamenteuses (à cause des mycéliums).

Pour se nourrir, les suçoirs du champignon s’enfoncent dans les jeunes tissus et vident les cellules qui meurent. Les feuilles brunissent et sèchent.

Des moyens de prévention simples contre l’oïdium

Certaines habitudes sont très efficaces pour empêcher ou ralentir l’apparition du blanc :

  1. Eclaircissez les jeunes plants et ne les serrez pas trop quand vous les plantez. Lorsque les feuillages se touchent et que l’air circule mal entre les feuilles, la maladie s’invite.
  2. Si vous cultivez vos légumes sous serre, aérez-la convenablement tous les matins. Les écarts de températures importants accentuent la formation de gouttelettes de condensation. Il faut assécher au plus vite l’atmosphère au petit matin pour ne pas favoriser l’oïdium.
  3. Arrosez peu les plantes sensibles, surtout celles cultivées sous tunnel. Arrosez-les toujours au pied avec le goulot de l’arrosoir, en évitant au maximum de mouiller les feuilles.
  4. Surveillez quotidiennement l’état de vos plantes pour agir dès les premiers signes de la maladie du blanc. Retirez alors les parties malades et traitez sans tarder.

7 traitements naturels à faire pour se débarrasser de l’oïdium

Tous les traitements ci-dessous sont compatibles avec une agriculture biologique de vos légumes, à condition de respecter les dosages.

La décoction d’ail

C’est grâce à ses composés soufrés que l’ail est efficace contre l’Oïdium.

  • Réduisez en purée 100 g de gousses d’ail frais.
  • Versez-les ensuite dans 1 litre d’eau de pluie.
  • Portez à ébullition pendant 20 minutes dans une vieille casserole couverte.
  • Laissez refroidir, filtrez, puis pulvérisez rapidement la décoction sur les feuilles.

La décoction de prêle

Grâce à sa richesse en silice, la décoction de prêle pulvérisée sur les feuilles agit en prévention contre l’apparition de l’oïdium.

Pour la préparer :

  • Laissez macérer 100 g de feuilles fraîches de prêle pendant une journée entière dans de l’eau de pluie.
  • Après ce temps, faites bouillir le mélange pendant 20 min.
  • Puis, laissez refroidir et filtrez pour éliminer les petits résidus.

Cette décoction s’utilise diluée à 10% ou 20% dans de l’eau de pluie. Un traitement à renouveler régulièrement pour une prévention efficace.

Un traitement bio avec du lait

Des pulvérisations faites tous les 15 jours avec du lait demi écrémé sont assez efficaces pour lutter naturellement contre les champignons responsables de l’oïdium.

  • Versez 1 litre d’eau de pluie dans le pulvérisateur.
  • Ajoutez 100 ml de lait et une cuillère à soupe de savon noir en guise de mouillant.
  • Fermez, agitez, puis pulvérisez sur vos légumes sensibles tôt le matin, avant les fortes chaleurs…

Un traitement à renouveler au bout de 2 jours, puis à pulvériser toutes les semaines par la suite.

oïdium traitement bicarbonate
© Jardipartage

La poudre de bicarbonate de soude

Fabriqué à partir de roches calcaires et de sel, le bicarbonate est un traitement naturel qui stoppe le développement de l’oïdium.

Dès les premiers signes de la maladie :

  • Diluez 2 cuillères à café de bicarbonate dans un litre d’eau de pluie.
  • Ajoutez une cuillère à soupe de savon noir qui va permettre d’adhérer aux feuilles.
  • Agitez, puis pulvérisez.

Un traitement à renouveler tous les 7 à 8 jours jusqu’à disparition totale du champignon.

Un traitement à la bouillie bordelaise

Utilisée depuis longtemps, la bouillie bordelaise est un produit au cuivre très efficace pour prévenir et traiter l’oïdium en curatif. Ses propriétés antifongiques restent utilisables en agriculture bio à condition de raisonner son usage.

La dose de poudre à diluer par litre d’eau varie en fonction des plantes, de 10 g à 20 g. Pulvérisez la bouillie par temps chaud et sec, tous les 15 jours ou toutes les semaines jusqu’à la disparition de l’oïdium.

➥  Pour aller plus loin : A quoi sert la bouillie bordelaise ?

Un traitement au soufre

Fabriqué à partir de soufre naturel, ce produit est disponible sous forme liquide ou en poudre à diluer dans l’eau.

Pour être efficace, il doit être pulvérisé entre 18 et 30°C maximum car au-delà, les vapeurs de soufre sublimées sont toxiques pour les feuilles.

Les huiles essentielles

A la mode ces dernières années, les huiles essentielles permettent aussi d’aider les plantes à lutter contre l’oïdium. Grâce à leurs propriétés antifongiques, l’huile essentielle de sarriette (Satureia montana) et d’orange sont parmi les plus efficaces en curatif.  Quelques millilitres dilués dans un litre d’eau suffisent.

Lire aussi :

Un traitement maison au savon noir contre les pucerons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page