Accueil » Le jardin d'ornement » Contre la fumagine, un traitement naturel
fumagine traitement naturel

Contre la fumagine, un traitement naturel

Contre la fumagine, un traitement naturel
Partagez votre avis sur cet article !

La fumagine est une maladie provoquée par un ensemble de champignons qui sévissent sur les plantes à partir du printemps, après une attaque d’insectes piqueurs-suceurs (araignées rouges, pucerons, cochenilles….) Ces insectes se nourrissent de la sève des plantes et excrètent un miellat sucré sur lequel se développe la fumagine.

Le feuillage se couvre alors d’une pellicule noire et collante qui gêne considérablement la photosynthèse. La plante ainsi touchée produit moins de sève et ne peut plus subvenir correctement à ses propres besoins. Elle s’affaiblit.

Certaines plantes sont particulièrement sensibles à la fumagine : le Schefflera, les agrumes (citronniers, orangers…) ou encore les lauriers roses par exemple.

Un traitement naturel contre la fumagine.

Pour éliminer la fumagine, il faut mettre un terme au cycle infernal qu’imposent à la plante les insectes.  On agira donc en plusieurs temps.

Tout d’abord, en éliminant un maximum de pucerons ou de cochenilles que vous pouvez écraser avec les doigts (revêtus de gants pour les jardiniers les plus sensibles). Sur les grands arbustes, la puissance d’un jet d’eau est efficace pour décoller les pucerons, particulièrement sur le revers des feuilles. Une opération à mener régulièrement. Les adultes résistent mais leurs larves, décollées et privées de nourriture, meurent.

Ensuite, en nettoyant le feuillage et le tronc des arbres à l’aide d’une éponge ou d’un chiffon imbibé d’eau et de savon noir.

Enfin, en fabriquant un traitement insecticide naturel. Versez dans un litre d’eau tiède une cuillerée à café d’huile de soja, une d’alcool à 70°C et une dernière de savon noir. Agitez et pulvérisez sur et sous les feuilles. Renouvelez l’opération une heure après puis une fois par semaine au cours de la belle saison. Protégez la surface du pot avec des planches ou une bâche pour éviter que la mixture ne pénètre la terre.

A propos de Bruno Nunez

Je m’appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l’univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes…bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l’ornement…Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

5 Commentaires

  1. j’ai un citronnier qui a des sortes de pétoncles sur les feuilles c’est quoi comme maladie ? Il n’y a pas de trace de bave comme les limaces.

  2. Bonjour à tous !
    Vous pouvez remplacer utilement le savon noir par de l’huile de Neem, celle ci ayant des propriétés insecticides et fongicides connues depuis des millénaires en Inde.
    Celle que j’ai achetée sur ebay m’est livrée en bouteille plastic d’un demi litre de chez Serge d’Estel. Elle est vendue comme “huile de soin pour la peau et les cheveux. Elle est figée comme de la graisse. Je pousse sur les flancs de la bouteille pour en extraire la valeur d’une cuillère à soupe et je la fais fondre dans 1 litre d’eau chaude à laquelle j’ai ajouté une cuillère à café de shampoing bio. Je pulvérise directement la mixture obtenue.
    Les champignons et les pucerons n’aiment pas du tout cette plante ….
    L’odeur de cette huile de Neem est particulière.

    • Attention on parle de l’huile de Neem comme perturbateur endocrinien et nocif pour nos chères abeilles. Par ailleurs c’est interdit en France…

      • Bonsoir Marie,

        Effectivement, renseignements pris, l’huile de neem est interdite d’utilisation en France alors que son usage en agriculture biologique est autorisé au niveau européen. L’azadirachtine, molécule à la base de l’huile de neem, est une substance pharmacologique non encore homologuée en France, faute de preuves quant à son caractère inoffensif pour l’Homme et l’environnement.
        Source: question posée au Sénat en date du 26/06/2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *