Plantes vertes

Réussir le rempotage d’une plante verte

Le rempotage d’une plante verte est nécessaire dès que sa croissance ralentit, que ses feuilles pâlissent ou que sa floraison est moins généreuse. Voici comment rempoter dans les meilleures conditions.

Quand rempoter votre plante verte ?

Le rempotage de votre plante verte est nécessaire quand:

  • les végétaux poussent peu et que leurs nouvelles feuilles ou fleurs deviennent plus petites. Malgré des fertilisations régulières, le support de culture de vos plantes d’intérieur s’épuise en effet au fil des arrosages. Dans le même temps, le substrat se désagrège peu à peu en poussière, ce qui gêne la circulation de l’air et de l’eau.
  • le volume des racines occupe toute la place disponible dans le pot. Les racines peuvent donc se trouver à l’étroit et sortent souvent par le trou de drainage. Un rempotage est alors le bienvenu pour redonner un peu d’espace et de nourriture.
  • le volume des parties aériennes est disproportionné par rapport à celui des racines.

Quelle est la meilleure période ?

Le début du printemps (mars) est la meilleure période pour effectuer le rempotage. La plupart des plantes vertes sortent en effet d’une période de repos hivernal et reprennent leur croissance. A cette période de l’année, les racines redémarrent leurs activités et s’installent plus facilement dans un nouveau support de culture.

Le rempotage est souvent possible dès le mois de février, dès qu’on observe en fait une amorce de reprise, par exemple la formation de jeunes pousses au niveau des nœuds ou des extrémités de tiges.

Pour les végétaux qui redémarrent plus tardivement, sachez que le rempotage de votre plante verte peut se pratiquer jusqu’en mai ou juin.

Quand ne faut-il (surtout) pas rempoter ?

Il est déconseillé de rempoter une plante d’intérieur en pleine floraison, même en mars. Ce serait alors le meilleur moyen de lui faire perdre rapidement l’ensemble de ses fleurs.

Faut-il- rempoter une plante verte tous les ans ?

Un rempotage annuel est utile pour obtenir une croissance régulière de votre plante verte. Cependant, certaines plantes d’intérieur à croissance plus lente ou d’autres plus âgées peuvent se contenter de changements de pots plus espacés dans le temps.

Dans leur cas, un nouveau contenant tous les 2 ou 3 ans, parfois plus, suffit.

Voici quelques repères de rempotage pour 8 plantes vertes classiques:

Vous pouvez rempoter l’Azalée de Chine dès l’achat. Si elle est en fleurs, il faut attendre la fin de sa floraison. Les années suivantes, offrez-lui un nouveau pot tous les 2 ou 3 ans.
Le Clivia aime être à l’étroit dans son pot: il fleurit mieux comme ça ! Rempotez-le quand vous voyez ses racines affleurer à la surface du support de culture. Choisissez alors un nouveau contenant à peine plus grand que l’ancien.
Rempotez un jeune Ficus benjamina tous les ans, puis tous les 2 ou 3 ans plus tard. Quand votre plante verte a atteint sa taille adulte, elle est alors volumineuse. Dans ce cas précis, contentez-vous d’un surfaçage annuel.
Il n’est pas utile de changer la rose de Chine de pot chaque année. Supprimez tout de même chaque fin d’hiver une partie de son support de culture que vous renouvelez.
Rempotez votre Kalanchoé chaque année à la fin de l’hiver. Choisissez un pot à peine plus grand que l’ancien. Il vaut mieux qu’il soit en terre cuite plutôt qu’en plastique. Ses parois poreuses évacueront mieux les excès d’eau d’arrosage. Cette plante succulente les redoute !
Rempotez le Pachira tous les ans, en février ou en mars quand il est jeune. En vieillissant, vous pourrez n’effectuer ce geste que tous les 2 ou 3 ans.
Rempotez le Scheffléra tous les 2 ans en augmentant très progressivement la taille de son pot. Pour les plantes de plus d’1,20 m ou dès que le rempotage devient difficile, contentez-vous d’un surfaçage.
Rempotez le Zamioculcas tous les ans ou tous les 2 ans. Utilisez plutôt un pot en terre cuite pour que l’excès d’eau s’évacue plus vite. Vous pouvez ajouter au nouveau support de culture une dose de poudre d’os ou de corne torréfiée. deux engrais azotés que la plante absorbera au fur et à mesure de ses besoins.

Quel support de culture prévoir ?

La plupart des plantes vertes aime se développer sur un support de culture un peu consistant, c’est-à-dire constitué pour 2/3 d’un terreau pour plantes vertes (plutôt léger) mais coupé d’1/3 de bonne terre de jardin qui va conserver un peu plus longtemps l’humidité. Les terreaux utilisés purs, sans les mélanger à la terre, sont une catastrophe. Ils se dessèchent bien trop vite.

Une exception : les plantes simples à entretenir comme les plantes grasses et les cactus, nécessitent un support de culture léger et surtout très bien drainé. Peu ou pas de terre. A la place, préparez  au moment du rempotage du terreau mélangé à du sable ou de la pouzzolane en quantité.

Par quoi remplacer la tourbe ?

Les réserves de tourbe s’épuisent

L’utilisation de tourbes blondes ou brunes dans les terreaux pose de plus en plus question. C’est vrai que ces terreaux sont légers et qu’ils retiennent bien l’eau. La tourbe agit comme une éponge qui se gorge d’eau et la libère progressivement aux racines des plantes.

Mais la tourbe est aussi un matériau fossile formé par l’accumulation, le tassement et la décomposition de végétaux. Ce processus lent de formation dure entre 1000 et 2500 ans: autant dire qu’il s’agit là d’une ressource par nature peu renouvelable.

En France, la superficie des tourbières a fortement diminué depuis la seconde guerre mondiale. Il est important désormais de protéger ces milieux de vie précieux et donc de trouver une alternative à l’utilisation de tourbe.

Alternatives à l’utilisation de tourbe

Pour tous vos rempotages, vous pouvez remplacer un terreau contenant de la tourbe par de la terre végétale mélangée pour moitié à:

  • un  terreau de feuilles mortes
  • de la fibre de coco
  • un terreau d’écorce de pin maritime pour les plantes qui le supportent (acidophiles)
  • un terreau à base de fibres de bois: ses qualités de stockage de l’eau se rapprochent de celles de la tourbe.

Peut-on effectuer le rempotage dans un pot en plastique ?

Un pot en plastique, c’est moche et vraiment pas terrible pour la santé de votre plante d’appartement ! Le plastique est en effet imperméable et bloque par conséquent les échanges gazeux des racines avec l’air. Cela empêche aussi l’évaporation de l’eau par les parois latérales. Il faut avoir la main légère en arrosage pour ne pas risquer l’excès d’eau, surtout l’hiver.

Rien ne vaut en réalité un pot en terre cuite. Si vous le trouvez moche, vous pouvez simplement le doubler d’un élégant cache-pot coloré.

 Comment rempoter une plante verte, étape par étape ?

Avant de vous lancer, rassemblez les outils et matériaux nécessaires: le nouveau pot, des graviers pour le drainage, tous les éléments à mélanger pour faire le nouveau support de culture (en fonction des plantes: terreau, terre de jardin, terre de bruyère ou végétale, compost, sable, pouzzolane…), un arrosoir et un transplantoir.

Si vous le faites à l’intérieur de l’habitation, pensez à protéger votre table avec une vieille nappe. Voici ensuite toutes les étapes d’un bon rempotage:

  • Commencez par préparer la plante en supprimant toutes les feuilles jaunes ou sèches et les branches mortes.
  • Dépotez-la ensuite en la tenant par la base de la tige.
  • Déposez quelques graviers, des tessons de poterie ou des billes d’argiles sur le fond du nouveau pot pour éviter que le trou, utile à l’évacuation de l’eau d’arrosage en excès, ne soit rapidement bouché par de la terre ou des racines.
  • Versez quelques centimètres de nouveau substrat sur le lit de graviers.
  • Placez la motte au milieu du pot et réglez sa position définitive en la calant avec un peu de substrat.
  • Remplissez du mélange les espaces vides en maintenant la motte et la plante bien droite. Assurez-vous qu’il ne reste pas de vide et que le support de culture soit bien réparti tout autour de la plante.
  • Tassez avec vos doigts tout autour de la motte. Pensez à laisser le niveau de substrat en retrait que quelques centimètres du rebord du pot pour faciliter l’arrosage.
  • Terminez par un arrosage copieux afin d’éliminer les bulles d’air risquant de gêner l’activité des petites racines.

Où installer votre plante verte après rempotage ?

Le plus près possible d’une fenêtre orientée au Nord ou à l’Ouest. A quelques rares exceptions près, évitez le soleil direct pour limiter les brûlures des feuilles. Installez des voiles aux fenêtres pour tamiser le soleil si vous n’avez pas d’autres choix.

Pensez à regrouper les plantes vertes sur un meuble ou une étagère afin qu’autour d’elles se crée un climat plus favorable : elles aiment vivre en communauté !

A lire aussi sur le même thème:

Saintpaulia: comment le faire refleurir ?

Mis à jour le Mar 27, 2020 @ 19 h 43 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page