Plantes vertes d'intérieur

Entretien de l’orchidée Phalaenopsis : Arrosage, rempotage, engrais

Raffinée, facile à cultiver et très florifère, voilà les principales qualités de l’orchidée phalaenopsis. Dès lors, pas étonnant qu’en l’espace de 2 décennies, cette plante autrefois réservée au monde du luxe ait été démocratisée au point de figurer de nos jours parmi les plantes d’intérieur les plus vendues en France. Découvrez dans cet article comment effectuer son entretien.

Ce qu’il faut savoir :

Nom botanique : Phalaenopsis
Nom courant : orchidée phalaenopsis, orchidée papillon
Famille : Orchidacées

Hauteur x étalement :  20 à 60 cm quand la plante porte ses hampes de fleurs.
Feuillage : L’orchidée phalaenopsis développe une tige unique courte qui s’allonge en prenant de l’âge et sur laquelle se forment les feuilles charnues, ovales, allongées et vert sombre.
Fleurs :  Les hampes de fleurs apparaissent à la base des feuilles, une à la fois, parfois par 2, plus rarement par 3. Les fleurs qu’elles portent, d’une grande beauté, durent 2 à 3 mois mais il est assez facile de faire refleurir des orchidées.

Exposition : Sur le rebord d’une fenêtre à l’Est, au Nord ou à l’Ouest, à moins d’1 mètre du vitrage, mais sans soleil direct. Tamisez le soleil avec un voilage léger si besoin.
Support de culture : Mélange d’écorce de pin et de matériaux drainants : argile expansée, billes d’argiles, perlite, mousse.
Température : 16 à 25°C, à l’abri des courants d’air

entretien orchidée phalaenopsis
© Y.Tsai

Comment arroser une orchidée ?

La fréquence d’arrosage dépend de la température, de l’état de l’orchidée et du nombre de racines. Généralement, 1 arrosage par semaine ou tous les 10 jours suffit.

L’observation des racines reste cependant un point essentiel : c’est la raison pour laquelle il vaut mieux cultiver les Phalaenopsis dans des pots transparents.

Voici 2 repères importants à prendre en compte :

Lorsque les racines sont grisâtres et se rident, c’est généralement qu’il y a un manque d’eau.

Dans le cas contraire, lorsqu’elles sont hydratées et en activité, les racines sont bien vertes.

Dans tous les cas, il est primordial de bien laisser s’égoutter le pot et de penser à retirer l’excès d’eau du cache-pot pour éviter une pourriture racinaire.

Entre deux arrosages, des brumisations d’eau non calcaire sur les feuilles et les racines permettent de maintenir une ambiance humide.

➥ A lire : Comment gérer l’arrosage des orchidées en pot ?

Comment rempoter une orchidée Phalaenopsis ?

L’orchidée papillon produit normalement de nombreuses racines, à la fois dans le pot et des racines aériennes qui en sortent.

Un rempotage est nécessaire tous les 2 ou 3 ans au printemps, quand les nouvelles racines sortent toutes du pot, si l’orchidée ne tient plus bien droite dans le pot ou si ses racines sont abîmées, malades et qu’elles commencent à moisir.

Choisissez un pot à peine plus grand. Vous pouvez aussi faire ce rempotage en utilisant le même pot. On l’effectue après la floraison, entre le printemps et l’été.

Prenez le temps de bien retirer l’ensemble de l’ancien support de culture coincé entre les racines. Vous pouvez ensuite le remplacer par un substrat neuf spécial orchidée que vous trouverez en jardinerie. Profitez de l’opération pour tailler les racines mortes et sèches.

Taille et engrais pour votre orchidée papillon

Le reste de l’entretien consiste à tailler la hampe florale quand la plante a fini de fleurir et que sa hampe sèche. Coupez la tige pour ne garder que 3 nœuds au maximum.

 Fertilisation : Apportez une dose par mois d’engrais spécial orchidées entre mars et octobre, toujours après un arrosage. Pour un aspect plus pratique, vous pouvez utiliser également des bâtonnets d’engrais qui se diffusent plus lentement.

Si cet apport est régulier, il aidera la plante à produire une nouvelle tige florale sur laquelle s’épanouiront de nouvelles fleurs une fois par an.

entretien phalaenopsis
© J.Henning

Variétés remarquables de Phalaenopsis

Il existe de nombreuses variétés d’orchidées Phalaenopsis, désormais toutes hybrides et croisées avec d’autres espèces d’orchidées : en particulier des Vandas et des Ascocentrums.

Ces hybrides sont sélectionnés pour leur capacité à produire 2 à 3 tiges florales simultanées ou bien une seule, mais très ramifiée.

  • Les plus classiques offrent de grandes fleurs dans les tons blancs et roses.
  • Certains hybrides originaux présentent des fleurs contrastées, plus ou moins marquées d’un effet pointillé de couleur plus sombre (rose vif, violet) qui procure des taches et des motifs étonnants.
  • D’autres hybrides ont des couleurs de fleurs qui sortent de l’ordinaire : jaunes, orange, rose…
  • On trouve enfin des orchidées phalaenopsis miniatures, de 10 à 12 cm de hauteur, issues de boutures de variétés à petit développement, mais elles sont plus fragiles.

5 conseils pour réussir la culture de l’orchidée phalaenopsis

  1. Évitez déjà d’exposer votre Phalaenopsis au soleil, même une partie de la journée seulement. Son rayonnement direct assèche ou tache les feuilles.
  2. Offrez ensuite un maximum de lumière à votre plante, surtout en hiver.
  3. Gardez les orchidées toute l’année à l’intérieur : elles apprécient des températures stables (entre 16 et 25°C) et sont sensibles aux courants d’air. Au-dessous de 16°C, c’est trop frais pour elles. Au-dessus de 25°C, trop chaud et desséchant. Ne les déplacez donc pas dans une véranda l’hiver, ni dehors l’été.
  4. Pensez à retirer l’eau qui stagne au fond du cache pot après chaque arrosage.
  5. Arrosez votre orchidée sans mouiller l’aisselle des feuilles pour limiter le risque de pourriture. Utilisez de l’eau à température ambiante pour éviter un choc thermique, autant que possible de pluie.

2 commentaires

  1. Bonjour, j’ ai des orchidées qui ne sont pas jolies et qui ont toujours des cochenilles. J’ai tout essayé pour les enlever et rien n’y fait. Merci de me répondre, cordialement

    1. Le seul traitement efficace est de pulvériser un insecticide au savon noir ou à l’huile de colza. Vos trouverez ça en jardinerie. Une prière pulvérisation sur et sous les feuilles, puis une seconde à 3 ou 4 jours d’intervalle. Ensuite, un nouveau traitement au bout d’une semaine si besoin et jusqu’à disparition de vos cochenilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page