Jardiner au printempsPotager bio

Cette année, les tomates se passeront du mildiou !

Du côté du potager, les mêmes craintes se répètent inlassablement chaque année; celles de voir se développer un mildiou galopant qui s’empare des tomates et réduit à néant plusieurs mois de labeur et de patience ! Alors, pour éviter d’en arriver à cette situation catastrophique, voici quelques conseils de prévention pleins de bon sens.

Mildiou de la tomate

Le mildiou est l’ennemi n°1 de la tomate, il s’agit probablement de la maladie la plus redoutée des jardiniers. D’autant plus qu’une fois installée, il est très difficile (pour ne pas dire presque impossible) de l’enrayer.

Le mildiou est un champignon ravageur qui attaque de façon sauvage et foudroyante, entraînant la pourriture des tomates. En quelques jours, les tiges et les feuilles se couvrent de larges taches brunes, les fruits encore verts brunissent. Les pieds dépérissent ensuite rapidement, les tomates deviennent impropres à la consommation.

Comment faire pour éviter cette situation ?

Une serre ou un abri

Les tomates sont comme nous, elles détestent les étés pourris ! Pour lutter directement contre le mildiou, de façon biologique, la première chose à faire est donc de cultiver les pieds sous abri ou sous tunnel-serre , surtout si votre climat est arrosé !

Avec ce type de protection, les tomates se passeraient presque de traitements. Pour les plus bricoleurs, il est assez facile de fabriquer un abri avec du treillis soudé. Pour les autres ou si vous êtes pressé, reste la solution d’acheter un tunnel-serre, un investissement rentable à plus ou moins long terme.

Mildiou traitement
Des taches brunes qui noircissent rapidement, le signe du mildiou. © Jardipartage

Plantez aéré

Les tomates ont besoin d’air ! Les planter serrées favorise l’apparition et la propagation rapide du mildiou. Une distance minimale de 50 cm est nécessaire entre chaque pied; cet écartement permet une circulation d’air facilitée, avec pour effet d’assécher plus vite le feuillage après une nuit fraîche. De la même manière, sous abri, évitez le confinement. Les deux extrémités du tunnel doivent rester entièrement ou en partie ouvertes.

Arrosage modéré

Contrairement à une idée très répandue, les tomates n’ont pas besoin de beaucoup d’eau, surtout à partir du moment où se forment les fruits ! Au contraire, l’excès d’arrosage favorise la pourriture. Il faut donc adapter les apports en fonction de la météo.

Il faut aussi veiller à toujours arroser au pied, sans toucher le feuillage ! Durant toute la phase de développement, jusqu’à la mi-juillet, vous pouvez ajouter à l’eau de pluie du purin d’ortie et du purin de prêle (tous deux dilués à 20%), ce traitement bio contribue à renforcer l’enracinement et donc la résistance naturelle de la tomate au mildiou.

Pulvérisations du feuillage

Même sous abri, des pulvérisations régulières du feuillage (3 au minimum de mai à mi-août) sont nécessaires pour garantir un bon état sanitaire. Effectuez-les tôt le matin, par beau temps, pour que le feuillage sèche rapidement. En prévention, le purin de prêle donne de bons résultats. Vous pouvez aussi faire un traitement à la bouillie bordelaise , mais de façon plus légère : 2 g de produit par litre pour couvrir une surface de 10 m².

Adaptez la fréquence de traitement aux conditions de culture et météorologiques. S’il pleut souvent et que les tomates sont à l’air libre, les traitements préventifs doivent être encore plus réguliers.

Mis à jour le Oct 31, 2019 @ 18 h 23 min

Tags

Bruno Nunez

Jardinier près de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les plantes et le jardin à travers des conseils de jardinage, des astuces, des expériences, des portraits...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, avec une bonne dose de bon sens !

2 commentaires

  1. Bonjour
    Sur une étroite bordure ouest de mon jardin, les feuilles de muguet ne sont plus très décoratives, les fleurs ayant été très précoces, à partir du 1° avril. Puis-je les couper dès maintenant et qu’y mettre au dessus puisque je ne peux rien planter. Des jardinières pourraient bloquer la lumière et l’eau de pluie ?
    Merci pour tous vos conseils qui me sont bien utiles.
    Une voisine du 65.

    1. Bonjour Hélène,

      Il faut garder les feuilles du muguet. elles sont importantes pour préparer la floraison de l’an prochain car elles permettent aux petits bulbes de reconstituer leurs réserves. Par contre, vous pouvez tout à fait « habiller » ce massif ayant perdu son attrait décoratif en plaçant au-dessus (sur pied) des jardinières d’annuelles fleuries. Une baisse de luminosité ne devrait pas trop poser problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer