Accueil » Le potager » Le fil de cuivre sur la tomate: une astuce efficace pour lutter contre le mildiou ?
fil de cuivre sur la tomate

Le fil de cuivre sur la tomate: une astuce efficace pour lutter contre le mildiou ?

Le fil de cuivre sur la tomate: une astuce efficace pour lutter contre le mildiou ?
Partagez votre avis sur cet article !

fil de cuivre sur la tomatePour lutter contre le mildiou des tomates, quelques jardiniers ont une astuce simple : ils dénudent un bout de fil électrique et transpercent le bas de la tige. L’oxydation du cuivre libèrerait ce composé qui serait véhiculé par la sève dans toutes les parties de la plante.

Cependant, le cuivre, sous cette forme brute, n’est pas soluble dans l’eau, et donc, a fortiori, dans la sève. Pour être réellement efficace, il doit être déposé sur et sous les feuilles de la plante, sous forme de bouillie bordelaise notamment. La bouillie bordelaise est un produit fongicide de contact. Elle détruit les spores du champignon responsable du mildiou au moment de leur germination, avant qu’ils ne pénètrent dans les cellules de la plante.

Le cuivre s’applique donc en pulvérisation sur l’ensemble de la plante. L’idéal est de traiter par temps sec, en amont d’une période pluvieuse favorable au développement de champignons parasites. En temps normal, j’effectue deux pulvérisations par mois sur les tomates ( à 15 jours d’intervalle) mais en cas de pluies répétées ou de températures fraîches, je renouvelle la pulvérisation, tout au plus toutes les semaines si le temps est vraiment maussade.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

9 Commentaires

  1. En ce qui me concerne j’avais remarqué que traiter mes jeunes tomates avait pour conséquence de détruire les premières fleurs. Plusieurs jardiniers expérimentés m’ont indiqués le coup du fil de cuivre, et depuis plus de vingt ans que j’utilise ce procédé je n’ai plus jamais fait aucun traitement à mes 50 pieds de tomates .
    Par ailleurs depuis une dizaine d’années je place une petite poignée d’orties au fond du trou de plantation de mes tomates et je les arrose avec du purin d’orties de ma confection tous les quinze jours et il me semble que cet apport est plutôt bénéfique. Ce n’est qu’un témoignage, chacun peut essayer et se faire sa propre opinion , en tous cas pour ma part je continue de lire et essayer les expériences des autres (surtout des anciens!) .

    • Bonsoir Jean-Marie,

      Merci pour votre avis. Vos tomates sont-elles couvertes (sous abri, un toit, une serre, une housse ?) de la plantation à la fin de culture ? Si tel est le cas (ce qui me semble probable d’après votre commentaire), je vous encourage à essayer quelques pieds sans fil de cuivre cette année. Vous verrez alors que le résultat sera le même, c’est à dire pas besoin de traiter. Le plus grand ennemi des tomates, c’est l’humidité et la fraîcheur nocturnes ! Quant à la poignée d’orties, je la jetais aussi au fond du trou il y a de cela quelques années. Mais depuis 4/5 ans, je dépose plutôt les orties en surface (comme paillis), la décomposition est meilleure !

    • Non mes tomates sont en pleine terre , pas de serre ni quoi que ce soit. J’habite dans l’Hérault (ceci explique celà !) J’ai plus de problèmes avec les araignées rouges et certaines années avec des fruits qui ont le cul noir. Pour le paillage je pratique pour limiter l’évaporation. Je vais essayer moitié fil de cuivre et moitié sans , on verra bien ! A plus.

  2. Bonjour et merci pour votre travail. Cette année 2016, apres les fortes pluies, j’ai eu une attaque de mildiou. J’ai transpercè mes tomates début juillet de tiges de cuivre électrique de 1,5 dénudé. J’ai éliminé aussi les feuilles et tomates attaquées. Depuis, cela a bien diminué et mes tomates murissent sur pied sans etre attaquées Mais voilà, le temps est plus sec. J’arrose normalement. Donc, je crois plutot en cette technique. Se formerait il des sels de cuivre emportés par la seve ? J’ai toujours été hostile à la bouillie bordelaise. Pour les doryphores sur les tomates, je prefere surveiller mes trentes pieds visuellement, et si j’en trouve, chercher des oeufs.

    • Bonjour Dominique,

      Merci pour ce retour d’expérience. Personnellement (et comme je l’ai écrit), je n’ai pas noté de différence significative en utilisant le fil de cuivre. J’ai donc basculé vers des traitements plus naturels à base de pulvérisation de carbonate de soude.
      Bonne journée.

  3. Rodolphe Grosléziat

    C’est un petit peu plus compliqué… et moins manichéen que ça… mais bon… C’est le discours à la mode (que j’ai pratiqué et que je pratique toujours mais avec quelques réserves)
    Par contre le coup du fil de cuivre est une immense bêtise qui meurtrie la plante. S’il est en plus conjugué avec la croyance de la poignée d’ortie salvatrice au fond du trou… on touche le fond.
    Bien à vous
    Rodolphe Grosléziat

    • Bonjour Rodolphe et merci pour vos remarques. Cependant,la poignée d’ortie au fond du trou n’est pas initialement destinée à lutter contre le mildiou mais davantage pour apporter de l’azote au pied de tomate. Comme je l’ai écrit par ailleurs dans un autre article, je n’ai aucun élément objectif qui me permette d’affirmer ou d’infirmer son effet bénéfique sur les tomates. Il faudrait que je mène des tests…

  4. Bonjour 🙂

    Et si le la bouillie bordelaise faisait plus de mal que de bien ? !! Elle détruit le champignon responsable du mildiou certes, mais détruit aussi TOUS les champignons ! Même ceux qui favorisent le développement des plantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *