Accueil » L'été » Identifiez les maladies des tomates pour mieux les prévenir
maladie des tomates

Identifiez les maladies des tomates pour mieux les prévenir

Identifiez les maladies des tomates pour mieux les prévenir
3 (60%) 1 vote

L’humidité est le principal ennemi des tomates! Par temps chaud et pluvieux, ou à tendance orageuse, les tomates se montrent en effet plus sensibles aux maladies. Ces dernières progressent alors très rapidement si leur développement n’est pas enrayé, allant jusqu’à anéantir une cueillette qui s’annonçait pourtant prometteuse. Dans cet article, apprenez à identifier les principales maladies des tomates et découvrez comment les prévenir ou les stopper.

Problèmes physiologiques ou de culture

Taches blanches

Des taches blanches ou claires apparaissent sur la face des tomates exposée au soleil. Sans réelle conséquence sur la récolte ou la qualité des fruits, ce phénomène s’apparente à un « coup de soleil ». Pour l’éviter, ombrez artificiellement ou conservez un maximum de feuilles au-dessus des grappes de tomates qui permettront de tamiser le soleil et d’offrir un ombrage naturel.

Grappes de fleurs sèches

Les grappes de fleurs se développent normalement mais elles sèchent et tombent avant le début de la formation des fruits. Plusieurs facteurs peuvent expliquer le problème rencontré :

  • Les fleurs peuvent tout d’abord ne pas avoir été fécondées par manque de pollinisateurs. Ce phénomène s’observe couramment lorsque si les tomates sont cultivées sous abri ou serre confinée et dont l’accès est rendu difficile pour les bourdons et les pollinisateurs.
  • Le sol ou les apports d’engrais présentent un déséquilibre azote/potassium en faveur du premier. L’azote favorise la production de pousses ; la plante se développe alors à foison, offrant quantité de feuilles, mais au final relativement peu de grappes de fleurs.
  • L’arrosage est très irrégulier, dans l’excès comme le manque d’eau. Des plants de tomates soumis à un stress hydrique, souvent associés à de fortes variations de températures, peuvent réagir en abandonnant le développement des fleurs et des fruits.

Taches jaunes

Le haut des tomates, autour du pédoncule, présente de larges taches jaunes. Cette partie reste souvent dure et ne parvient pas à maturité. A ne pas confondre avec un « coup de soleil », ce problème physiologique traduit une carence en potasse et survient surtout lorsque les tomates sont cultivées sur un sol en partie épuisé. C’est notamment le cas des tomates installées au même emplacement (serre, tunnel) que l’année passée.

Cul noir

L’extrémité des tomates en formation, à l’opposé du pédoncule, noircit ou se couvre de taches noires anormales qui s’élargissent et deviennent molles. La nécrose apicale, ou maladie du cul noir, n’est pas une maladie en soi, mais bel et bien un problème physiologique dont l’apparition est consécutive à un arrosage irrégulier associé à un défaut d’assimilation par la plante de Calcium.  Certaines variétés, comme la tomate cornue des Andes, sont réputées plus sensibles. Pour prévenir le problème, vous pouvez arroser régulièrement les semis avec du lait dilué à  10% (100 ml pour 900 ml d’eau de pluie) ou prévoir un apport d’une poignée de cendres (ou de dolomie) à la plantation en terre. Le « cul noir » des tomates est souvent confondu avec l’alternariose, une maladie fongique aux symptômes similaires. Le cul noir ne concerne cependant que l’extrémité du fruit.

tomate fissuree
Tomates cerises fissurées après un excès d'arrosage suite à un orage.

Tomates fissurées

Des fissures ou des crevasses apparaissent sur le dessus des tomates, près du pédoncule, ou de manière concentrique sur le fruit. Le problème survient généralement après un arrosage abondant, à la suite par exemple d’un orage de pluies diluviennes. Les tissus se gorgent d’eau, puis se distendent et éclatent. Les fissures ne sont pas véritablement un problème dans la mesure où elles concernent des fruits proches de la maturité. Elles offrent cependant une plaie  ouverte dans laquelle ne tardent pas à s’engouffrer des punaises noires ou des maladies fongiques.

Attaques d’insectes et chenilles

Punaises noires tachetées de blanc

Certaines années, de petites punaises noires tachetées de blanc envahissent les tomates. Elles piquent la peau des fruits, créant de petites taches jaunes et creusent progressivement l’épiderme pour s’introduire dans la tomate, quand elles ne profitent tout simplement pas d’une fissure pour se nourrir de la chair sucrée. Ces petits insectes sont les larves de la punaise verte (Nezara viridula). Elles sont plus nombreuses d’années en années, à la faveur notamment d’un réchauffement climatique dont on commence à percevoir les effets. Mis  à part une collecte régulière, à la main, il n’existe pas de solution radicale pour les mettre en fuite.

Aleurodes

Des sortes de petites mouches blanches trouvent refuge sur la face inférieure des feuilles et s’envolent en nuée au moindre mouvement des rameaux. Ces attaques s’observent particulièrement lorsque les tomates sont cultivées sous serre, abri ou tunnel, notamment quand l’atmosphère est confinée. Pulvérisez une solution à base de savon noir, à plusieurs jours d’intervalle si le problème persiste. Evitez également de cultiver à proximité immédiate des tomates des plantes réputées sensibles aux attaques d’aleurodes : les choux, les concombres, des pélargoniums ou des fuchsias. Suspendez des pièges à glu dans les serres, tunnels et abris pour détecter rapidement les vols des adultes.

Nématodes

Dans une ambiance chaude et humide, les tomates subissent parfois les attaques de nématodes, des vers microscopiques qui parasitent les racines et provoquent le dépérissement de la plante. S’il est difficile et peu raisonnable de traiter le sol, l’association privilégié des tomates à des tagètes et à des œillets d’Inde, en plus d’être esthétique, a prouvé son efficacité. Ces plantes fleuries annuelles sont en effet d’excellentes plantes répulsives des nématodes !

chenille verte tomate
Chenille verte qui dévore l'intérieur d'une tomate en formation

Chenille ou noctuelle de la tomate

Des chenilles vertes dévorent l’intérieur des tomates en formation. Le papillon migrateur d’origine tropicale responsable des dégâts est une noctuelle (ou armigère). Ses populations sont surtout significatives les années caniculaires, malheureusement de plus en plus fréquentes à la faveur du réchauffement climatique. Essentiellement nocturne, la femelle pond alors ses œufs sur les fruits. Les larves qui éclosent creusent la peau et s’enfoncent dans les fruits. Les chenilles grandissent ainsi à l’abri, en se nourrissant de la chair avant sa pleine maturité. Traitez en prévention avec une solution de Bacille de Thuringe. Griffez régulièrement le sol l’hiver pour déranger l’hivernation des larves et les exposer aux prédateurs naturels (oiseaux).

Araignées, tétranyques tisserands

Les feuilles des tomates sont couvertes de minuscules points jaunes. De fines toiles d’araignées sont également visibles, notamment dans les replis de la face inférieure des feuilles. Les tétranyques tisserands sont de petits acariens (moins d’1 mm de long). Ils causent des dégâts et se multiplient rapidement en fin d’été, profitant d’ambiances chaudes et sèches. Ils piquent alors les feuilles, provoquant leur décoloration progressive si caractéristique. Ces petits insectes détestent l’eau ! S’il n’est pas raisonnable de régulièrement asperger le feuillage des tomates, sous peine de les voir développer des maladies cryptogamiques, vous pouvez tout de même traiter avec une décoction d’ail ( 70 g d’ail haché pour 1 L d’eau, laissez infuser 1h et diluez ensuite à 30%) ou à l’huile blanche ( 20 ml d’huile de colza, 4 gouttes de savon noir, 1 L d’eau) pour les éliminer.

Limaces

Des traînées translucides et gluantes caractéristiques s’observent sur les feuilles, en partie ou en totalité mangées ! Les attaques de limaces concernent surtout les jeunes plants en godets ou tout juste repiqués. Certaines variétés, en particulier la tomate cerise, sont plus sujettes aux attaques. Pour lutter et limiter l’impact des mollusques, piochez dans la panoplie classique du jardinier guerrier : piège à bière, cordon de cendres, collecte à la main, piège à granulés bleus ou blanc, au ferramol…  

Maladies cryptogamiques de la tomate

maladie tomate tache noire
Taches noires du mildiou de la tomate

Mildiou de la tomate

Voilà probablement la maladie de la tomate la plus redoutée ! Favorisé par une forte chaleur et un taux d’humidité élevé, certains étés, le mildiou de la tomate (Phytophtora infestans) galope de pieds en pieds, se manifestant par des taches irrégulières d’abord jaunes sur les feuilles, avant qu’elles ne brunissent et sèchent dans un second temps. Les tiges et pétioles sont également touchés, présentant à leur tour de larges taches brunes. Enfin, les fruits sont en dernier lieu concernés : près des pédoncules se forment de larges taches noirâtres et dures qui déforment les tomates et finissent par les faire entièrement pourrir.

Alternariose

Les feuilles se couvrent de taches brunes à noires cernées d’une auréole jaune. Les tiges peuvent présenter les mêmes symptômes. Puis les fruits se creusent de taches noires, qui les rendent impropres à la consommation.

Pourriture grise

Des chancres bruns et secs apparaissent au niveau des tiges. Les feuilles se couvrent à leur tour de taches brunes et d’un duvet grisâtre filamenteux caractéristique. Les fruits sont également touchés par le biais de larges taches molles de pourriture.

maladie des feuilles de tomates
Taches brunes sur les feuilles de la tomate: mildiou de la tomate

Comment éviter les maladies des tomates ? 10 bonnes pratiques…

  1. Privilégiez la rotation des cultures et les associations de plantes. Evitez par exemple de cultiver des Solanacées (Piment, poivron, aubergine, pomme de terre) ensemble ou en succession. Comme le mildiou attaque aussi les pommes de terre et se conserve possiblement d’une année sur l’autre dans le sol ou dans les tubercules, ne cultivez jamais de tomates avec ou après des pommes de terre malades !
  2. Renforcez les défenses naturelles des plants  de tomate en pulvérisant régulièrement du purin d’ortie. Des plants bien nourris résistent toujours mieux aux maladies !
  3. Ne plantez pas les tomates trop serrées (50 cm de distance minimum). Les spores des champignons se transmettent plus facilement lorsque les feuilles sont en contact.
  4. Taillez et éliminez sans tarder les parties malades et les tomates abîmées. Ne versez pas ces déchets contaminés dans le tas de compost, les spores des champignons peuvent s’y conserver tout l’hiver et contaminer les plantations futures.
  5. Arrosez toujours les plantes au pied, sans toucher le feuillage, de préférence tôt en matinée ou dans la soirée. Les spores profitent en effet des moindres gouttes d’eau sur les feuilles pour germer.
  6. Contre les maladies cryptogamiques, pulvérisez un purin de prêle tous les 15 jours si la saison est chaude et humide. Cette alternative bio à la bouillie bordelaise, riche en silice, s’utilise essentiellement en prévention. Elle stimule les défenses immunitaires et bloque la germination des spores responsables des maladies.
  7. Si vous cultivez les tomates sous serre, tunnel ou abri, aérez dès que possible pour éviter une atmosphère confinée et limiter la condensation qui humidifie les feuilles le matin.
    maladie tomate mildiou
    Tomate malade, impropre à la consommation
  8. Organisez des arrosages réguliers, deux fois par semaine en période de croissance, réduits à un arrosage à partir de la fructification. Paillez pour limiter le dessèchement de la terre et éviter la maladie du cul noir.
  9. Au moment des semis, utilisez uniquement des graines provenant de fruits et plantes saines.
  10. Pour réduire le nombre de « portes d’entrées » des maladies, évitez autant que possible de tailler les tomates et de supprimer les « gourmands ». Les tomates cerises par exemple développent naturellement un port buissonnant qui ne dérange nullement la fructification. Au contraire, elle est souvent meilleure sans taille, parfois seulement un peu plus tardive.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

1 commentaire

  1. bonjour
    comment greffer des tomates svp
    j’ai acheté des tomates greffées, elles sont devenues tres belles et sont moins sensibles aux maladie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.