Accueil » L'été » 7 maladies ou problèmes des haricots verts décortiqués
maladie des haricots verts

7 maladies ou problèmes des haricots verts décortiqués

7 maladies ou problèmes des haricots verts décortiqués
Partagez votre avis sur cet article !

Parmi toutes les plantes cultivées au potager, il en est certaines plus exigeantes que d’autres. Les haricots sont ceux-là. Exigeants d’un point de vue des températures, ils redoutent tout autant les températures basses, que les changements inopinés de températures, ou encore les chaleurs caniculaires. Cette seule sensibilité suffit à expliquer nombre de problèmes et de maladies qui les affectent et pour lesquelles on se sent parfois bien démunis. C’est dans le but de vous apporter des éléments de connaissances que cet article recense un large panel de maladies parmi les plus fréquentes sur les cultures de haricots verts.

 Gousses vides ou partiellement remplies

Il s’agit ici davantage d’un problème de culture que d’une maladie. Les gousses récoltées sont parfois vides ou alors les grains qu’elles renferment sont très petits.

Comment l’expliquer ?

Les haricots verts sont exigeants d’un point de vue des températures. Mais ils le sont tout autant quant aux besoins en eau. Ils apprécient les sols frais et les arrosages réguliers, sans excès, tout le long de leur culture. Les besoins sont encore plus élevés au moment de la floraison qui précède la formation des gousses.  C’est en raison d’un sol trop sec ou sous l’effet de vents chauds desséchants que les gousses résultent partiellement vides.

Les virus

Comme bon nombre de plantes potagères, les haricots verts peuvent se trouver affectés par divers virus. Le plus courant est sans nul doute celui de la  mosaïque du haricot.

Mosaïque du haricot vert

Ce virus se manifeste lorsque des taches significatives décolorées deviennent visibles sur les feuilles. Les feuilles touchées peuvent occasionnellement se déformer et finissent par brunir et se nécroser. La plante infectée faiblit et meurt à petits feux.

Mosaïque jaune

Cet autre forme du virus, quoique moins répandue que la précédente, touche également les feuilles qui commencent par jaunir, avant de sécher, alors que dans le même temps les gousses se déforment.

Comment lutter ?

Une fois les maladies causées par les virus détectées, il n’y a malheureusement plus grand-chose à faire pour sauver les meubles ! La lutte passe donc davantage par la prévention. Et, en la matière, il y a de quoi faire !

Prévenir vaut guérir !

Les virus, tout comme les bactéries ou encore les champignons (on le verra plus loin), se répandent de plantes en plantes essentiellement par  plusieurs biais , parfois d’ailleurs d’une année sur l’autre si les cultures restent en place. Des graines ou des résidus de plantes contaminées, des outils, des insectes, ou même le sol en lui-même sont de possibles vecteurs.

Prévenir les maladies des haricots verts, c’est donc :

  • Semer des variétés résistantes aux maladies (dont la mosaïque) ou certifiées exemptes de virus,
  • Désinfecter régulièrement les outils de jardinage utilisés dans une solution d’eau de javel dilué à 10% (100 ml d’eau de javel pour 1 litre d’eau de pluie)
  • Nettoyer les parcelles avec soin à la fin des cultures pour ne laisser aucun déchet au sol. Incinérez les parties malades, ne les jetez pas au compost !
  • Éliminer sans tarder les plantes qui présentent les premiers symptômes viraux ou bactériens, pour ne pas que les maladies gagnent le reste de la culture.
  • Lutter sans tarder contre les pucerons, possibles vecteurs eux-aussi de maladies,
  • Pulvériser en prévention une décoction de prêle pour renforcer la vigueur et stimuler les défenses naturelles des haricots verts.
  • Jouez à fond la carte de la rotation des cultures. Il est salutaire d’attendre 4 ans avant de  cultiver de nouveau des haricots verts sur une parcelle qui en a déjà accueilli.
maladie des haricots coco
Les haricots coco subissent les mêmes maladies que les autres haricots: dégâts des limaces, anthracnose et mosaïque; Jardins de la posada mariposa (64)

Les bactéries

Ce sont surtout différentes espèces de bactéries du genre Pseudomas qui s’attaquent aux haricots verts. Les symptômes sont à rechercher du côté des parties aériennes, le même scénario se répétant inexorablement. Les bactéries trouvent dans les blessures des feuilles des portes d’entrée pour contaminer la plante. D’abord apparait une tache  prenant une forme allongée, s’entourant d’une auréole plus claire. Les gousses peuvent également être touchées, auquel cas elles présentent des taches vertes, chancreuses et d’aspect gélatineux.

Comment lutter bio ?

Pulvérisez en prévention de l’extrait de prêle. En cas de forte infection, détruisez sans hésiter l’ensemble des plants. Ne conservez pas les graines de plantes touchées.

Les champignons : l’anthracnose

L’anthracnose est probablement la maladie cryptogamique des haricots verts la plus fréquente. Elle est favorisée par un temps humide associé à des températures douces, mêmes chaudes ( plus de 20°C). Des taches circulaires ou allongées, déprimées, brunes bordées de noir, envahissent les feuilles tiges et graines des haricots. Un mucus rougeâtre peut également être observé.

Comment lutter bio ?

Cultivez des variétés de haricots verts réputées résistantes à l’anthracnose. Pulvérisez sur le feuillage en prévention un « nuage de lait » (100 ml de lait mélangé à 1 litre d’eau de pluie). Arrachez et détruisez les plantes trop atteintes.

Les insectes

Puceron des fèves

Les insectes les plus redoutables sont les pucerons noirs de la fève (Aphis fabae), qui touchent à peu près toutes les légumineuses potagères et pas seulement les haricots verts. Ces petits pucerons de couleur grise ou noire sont réunis en colonies sur les jeunes pousses. Le résultat est sans appel ! La végétation est affaiblie, la croissance réduite, sans compter que ces  minuscules pucerons sont de possibles vecteurs de maladies aux conséquences plus graves ! Il faut donc les éliminer sans tarder.

Comment lutter bio ?

Par temps sec, de préférence tôt le matin ou en soirée et en cas de fortes attaques seulement, préparez un insecticide naturel à base d’huile blanche : 20 ml d’huile de Colza, quelques gouttes de savon noir en guise d’émulsifiant pour un litre d’eau. Secouez et pulvérisez sur et sous les feuilles pour engluer et étouffer toutes ces petites bêtes ! Attention, cet insecticide maison n’est pas sans conséquences sur les autres petites bêtes! Assurez-vous de ne causer de ravages que parmi les pucerons !  Évitez notamment de vous en prendre aux vénérables coccinelles venues prêter main forte au jardinier !

Les bruches

Les symptômes des attaques de ce redoutable petit coléoptère passent souvent inaperçus. Les adultes perforent les gousses et pondent leurs œufs à l’intérieur. Les larves, de minuscules vers blancs, se développent bien à l’abri et se nourrissent des graines. Logiquement, ce sont davantage les haricots à écosser, de conservation, qui sont les plus touchés.

Comment lutter bio ?

Cultivez les haricots verts sous un voile anti-insectes à maille fine. Une telle barrière physique est efficace mais contraignante et peu pratique.  Alors, l’autre solution est d’entreposer les graines, après récolte, dans un local sec mais frais, quitte même à passer les graines bien sèches au congélateur l’espace de 4 à 5 jours pour être certain de tuer toutes les larves résiduelles. Certains jardiniers astucieux enferment quant à eux une gousse d’ail entière avec les graines dans un bocal hermétique.

limaces sur haricots verts
Les limaces sont gourmandes des pousses tendres des haricots verts tout juste sortis de terre

Les limaces

Plants tout juste levées étêtés, jeunes feuilles grignotées, présentant des trous,…les limaces, loches et autres escargots raffolent des parties aériennes des haricots : feuilles, tiges et gousses.

Comment lutter bio ?

A moins de les visiter régulièrement pour collecter les gastéropodes, évitez de laisser traîner des abris potentiels à limaces et escargots à proximité des cultures : pots en terre cuite abandonnés, morceaux de planches, herbes hautes… Disposez des pièges ou des répulsifs : le cordon de cendres tout autour des haricots est très efficace pour dissuader les limaces de pénétrer dans l’espace protégé mais cette efficacité devient nulle à la moindre pluie. Les pièges à bière sont également redoutables. Coiffez-les d’un pot en terre cuite retourné pour évitez que la pluie n’oblige à renouveler trop souvent la bière et passez chaque jour les vider des victimes noyées.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.