Sol vivant

Que mettre dans le tas de compost ?

Mettre ses déchets au compost. C’est un geste que de nombreux jardiniers pratiquent. Et c’est tant mieux car le compost ne permet pas seulement de recycler nos déchets de cuisine ou du jardin ! Il les transforme en or noir ! Il nourrit le sol, entretient sa vie, allège les terres lourdes… Voici tout ce que l’on peut mettre (ou pas) dans le tas de compost.

Tontes de gazon

Comment peut-on continuer de porter les tontes de gazon à la déchetterie ? C’est clairement du gaspillage, même dans un petit jardin ! Leur recyclage coûte en effet de l’argent à la collectivité et surtout, on se prive d’un engrais incroyable !

Riches en azote, les brins d’herbe sont aussi gorgés d’eau. Vous pouvez les mettre directement dans le compost en les mélangeant aux déchets secs. Évitez de trop les entasser, sinon le tas pourrit et sent mauvais. Si vous en avez trop pour le tas de compost, utilisez l’excédent pour pailler régulièrement les massifs de vivaces, les rosiers, les arbres fruitiers, les petits fruits, les arbustes en pot… L’idée est de garder en permanence à leurs pieds une couche de 5 à 10 cm de tontes de gazon. Au bout de quelques mois, vous verrez une nette différence sur la structure du sol et la vigueur de vos plantes !

Pour éviter que les herbes ne soient trop humides, attendez une journée ensoleillée pour tondre et faites-le plutôt en début d’après-midi. Vous contournerez déjà une grande partie des problèmes d’odeurs.

Carton et papier, sources de carbone

Le carton et les papiers (absorbants ou les feuilles sans encre) sont des déchets secs. On peut les mettre dans le compost pour contrebalancer une proportion importante de déchets verts.  Les cartons et le papier absorbent les liquides mais ils sont lents à se décomposer. L’idéal est donc de les réduire en menus morceaux et de les répartir en couches, en alternant avec des déchets de cuisine. Puis de bien mélanger le tout.

Évitez le papier journal, ou les cartons portant des inscriptions, à cause de l’encre, ainsi que certains emballages qui font penser à du carton mais contiennent en réalité du plastique ou du polystyrène.

Mauvaises herbes, sous conditions

Si vous arrachez vos mauvaises herbes, vous pouvez tout à fait les mettre dans le tas de compost, à condition qu’elles ne portent pas de graines. Sinon, c’est l’invasion assurée. Attention aussi à certaines plantes qui n’ont besoin de presque rien pour se multiplier : un petit fragment de racine enfoui dans le compost suffit au chiendent, au liseron ou à la ronce pour produire une nouvelle plante !

Feuilles mortes

Toutes les feuilles mortes peuvent être mises dans le tas de compost mais toutes ne se décomposent pas à la même vitesse ! Certaines, comme celles du châtaignier, du chêne ou des arbustes persistants, sont plus longues à se décomposer que les feuilles tendres des noisetiers ou des arbustes caducs. Pour autant, pas la peine de les bouder.  Il suffit de les ramasser avec la tondeuse pour les déchiqueter.

A l’image des cartons et du papier, les feuilles mortes sont des déchets secs riches en carbone. Mettez-les dans le compost en alternant avec des déchets verts (tontes, déchets de cuisine).

En mettant uniquement des feuilles mortes à composter dans un gros tas à l’automne, vous obtenez au bout de quelque mois un terreau idéal pour les semis printaniers. En mars-avril, passez quelques pelles de ce terreau à travers les mailles d’un tamis fin pour récupérer ce précieux substrat !

Déchets de cuisine : épluchures des fruits et légumes

Vous pouvez mettre dans le compost les restes (fanes, parties non comestibles) et les épluchures de fruits ou de légumes qui viennent du jardin ou d’un commerce bio en prenant soin de les couper grossièrement pour les décomposer plus rapidement.

Attention aux fruits et aux légumes en partie malades ou qui abritent des parasites. Si le volume du tas de compost ne lui permet pas de chauffer suffisamment, les spores des champignons (mildiou, oïdium,…), les vers et les insectes ravageurs ne sont pas détruits. L’utilisation du compost devient alors un moyen de propagation.

que mettre dans le compost bio
Un compost de qualité se forme à partir d’un savant mélange de déchets de cuisine bio, de déchets verts et d’autres secs du jardin. © Jardipartage

Déchets de taille et d’entretien du jardin

Tous les déchets de taille ou d’entretien des massifs et des potées sont intéressants à mettre dans le compost. Vous pouvez verser les jeunes rameaux des haies ou des arbustes, les fines tiges ou les parties aériennes sèches des vivaces, les chaumes des graminées, les terreaux épuisés contenus dans les jardinières ou les pots…

Pour ce qui est des rameaux fraîchement taillés, il vaut mieux les laisser sécher quelques jours en tas dans un coin du jardin avant de les passer au broyeur ou sous la lame de la tondeuse pour réduire la taille de ces déchets avant de les mettre dans le compost. Il se décomposeront plus vite. Le compost sera aussi plus facile à brasser.

Autres déchets à mettre dans le compost

Pour enrichir votre compost et améliorer sa structure, vous pouvez aussi mettre :

  • Les feuilles de thé, celles des tisanes, les restes d’infusions
  • Le marc de café ou les dosettes de votre machine à café, en prenant soin de les couper en morceaux.
  • Les mousses du gazon si vous passez le scarificateur, à condition de ne pas avoir traité votre herbe avant.
  • Des plantes qui accélèrent le processus de décomposition : la consoude, l’ortie, la fougère, la prêle, l’achillée millefeuilles, les feuilles de rhubarbe… Vous pouvez les ajouter fraîches lorsqu’elles ne sont pas encore montées à graines ou sous forme de purin
  • Les écorces d’agrumes (oranges, citrons, mandarines), si elles ne sont pas traitées et toujours en petite quantité car elles acidifient le tas de compost.
  • Des coquilles d’œuf broyées
  • Les cendres de bois de la cheminée, source de chaux
  • De la sciure de bois, à condition qu’il n’ait pas été traité
  • Des écorces, même de pin, mais en quantité faible
  • De la paille
  • Du fumier. Le fumier de cheval est le plus intéressant car il élève fortement la température du tas de compost en se décomposant. Le fumier de moutons est aussi apprécié. Celui de vaches est moins nourrissant. Les litières animales apportent à la fois de l‘azote (urine) et du carbone (litière). Ils enrichissent donc le compost tout en améliorant sa structure à condition qu’ils proviennent d’élevage sains.
  • Les fientes des poules ou d’animaux de basse-cour sont aussi très riches en azote. Vous pouvez les déposer en faible quantité en haut du composteur et attendre qu’elles se décomposent en partie avant de les mélanger au reste du tas.

Problème d’odeur: pourquoi le tas de compost sent-il mauvais ?

Si le tas de compost sent mauvais, c’est que le processus de fermentation ne s’effectue pas correctement:

  • soit le tas de compost est trop humide et mal aéré. Il faut donc le retourner et le brasser pour l’oxygéner.
  • soit la proportion de déchets riches en azote (déchets verts) est trop importante par rapport à celle des déchets bruns. Le tas de compost dégage alors une forte odeur d’ammoniac. Il faut intégrer au plus vite des matières sèches (sciure, paille, carton déchiqueté) qui vont absorber les liquides et rétablir l’équilibre. On estime que pour faire un bon compost, il faut 20 à 30 fois plus de déchets bruns que de déchets verts !
A lire sur le même thème:

Comment éviter les souris dans le compost ?
Comment fonctionne un lombricomposteur ?

Mis à jour le Août 29, 2020 @ 10 h 07 min

2 commentaires

  1. Bonjour.
    Interessant cet article, merci.
    Je me pose la question des désagréments liés au composteur justement.
    Odeurs, insectes, rongeurs qu’il pourrait attirer.
    Je me demandais a quelle distance l’installer de la maison pour ne pas être gênée et si une exposition au soleil (40C en plein ete) etait possible ?
    Merci a vous 🙂

    1. Bonjour Justine,

      Votre composteur peut être installé à une dizaine de mètres de la maison, pas trop loin de la cuisine pour le côté pratique et si possible à mi-ombre. Si vous respectez scrupuleusement une alternance de déchets verts et de déchets bruns, et que ce tas ne reste pas en permanence trop humide (ce qui favorise les pourritures de matières organiques, donc les mauvaises odeurs), le compostage se passera sans difficulté. Vous obtiendrez même une odeur de sous-bois agréable… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page