Accueil » le jardin naturel » Tout n’est pas si rose dans le lombricompostage !
Le lombricopostage dans la cuisine

Tout n’est pas si rose dans le lombricompostage !

Tout n'est pas si rose dans le lombricompostage !
Cet article vous a été utile ? Notez-le !

Près d'un mois s'est écoulé depuis la mise en service dans ma cuisine du lombricomposteur que l’on m’a offert et de mon premier billet sur le sujet. Aujourd’hui, l’heure est venue de vous offrir un premier retour d’expériences et de vous dévoiler quelques nouvelles de la santé de mes hôtes. Et ce que je peux dire d’emblée, c’est que tout n’est pas rose quand on installe ce type de matériel ! Quelques embûches apparaissent bien vite ! La preuve !

Vérifier quotidiennement la « vie » dans le lombricomposteur est indispensable !

lombricompostage
Les vers du lombricomposteur s'acclimatent peu à peu à leur nouvel environnement. Photo: (c) Jardipartage.fr

Après le montage du lombricomposteur, il a fallu attendre quelques temps que la colonie de vers s'acclimate à son nouvel environnement. Comme j’étais plutôt soucieux de leur forme, j’ai quotidiennement soulevé le couvercle pour m’assurer du plein épanouissement de mes nouveaux hôtes, ce qui s'est révélé particulièrement utile et instructif.

Cette vérification d’usage m’apparaît aujourd’hui plus que jamais indispensable. Je conseille de la mener à ce titre bien plus régulièrement qu’avec un composteur de jardin : le lombricompostage s'appuie en effet sur un équilibre biologique plus fragile qu’au jardin puisqu’on recrée un milieu de vie en intérieur, dans un lieu a priori plus « hostile ».

Bien évaluer la quantité de déchets apportés !

Le premier écueil rencontré est la conséquence d’un apport initial de déchets trop volumineux. Sans doute étais-je trop optimiste quant aux capacités d'adaptation et à « l’appétit » des premiers vers importés ?

Compte tenu de la trentaine d’Eisenia installés, il m’a rapidement fallu modérer (et même stopper à certains moments) les apports, pour laisser le temps à la colonie de se multiplier et d’être en mesure de digérer toutes ces matières putrescibles. Un juste équilibre est donc à trouver par l’observation. Entre famine et main lourde…pas si évident !

Trop d’humidité dans le lombricomposteur !

J’ai également remarqué dès les premiers jours la formation permanente et anormale de gouttelettes sur la partie inférieure du couvercle. Ce deuxième écueil me semble découler du 1er puisque de toute évidence, la faible population de vers ne pouvant à elle seule traiter le volume de déchets, la matière excédante a rapidement fermenté.

Lombricompostage technique
Pensez à équilibrer les apports entre matière azotée et carbonée ! Photo: (c) Jardipartage.fr

Pour corriger le défaut, j’ai suivi les recommandations du fabricant. Le principe général de lombricompostage énoncé consiste à équilibrer les apports de matière azotée (épluchures de légumes ou de fruits) et de matière carbonée ( papier ou carton tels que les tubes vides de papiers toilettes ou d'essuie -tout).

Le ratio suggéré dans le guide d’utilisation est de 30 à 40% de carbone pour 60 à 70% de matières azotées. J’ai donc ajouté du papier sec déchiqueté et des feuilles mortes dans le but d'absorber le surplus d'humidité et d'équilibrer le système. Et cela a fonctionné !

Voilà une raison de plus de surveiller quotidiennement la vie au sein du lombricomposteur.

Les vers du lombricomposteur sont comme nous : ils ont des préférences alimentaires !

Savez-vous ainsi que nos amis Eisenias raffolent de sachets de thé, de marc et de dosettes de café ? Car ces dernières contiennent à la fois du carbone et de l'azote. Je n’hésite pas à les leur offrir. Petite précaution toutefois, je les découpe en morceaux au préalable.

Et vous doutez-vous qu'ils détestent par-dessus tout les résidus de protéines animales (viandes, poissons), les graisses (huile, beurre, etc.) ainsi que les agrumes, trop acides à leur goût ?

D’autres pièges, plus sournois, appellent aussi à la méfiance ! Il faut par exemple impérativement éviter de leur servir des feuilles de rhubarbe, connues pour leur toxicité (elles contiennent de l’acide oxalique en quantité), même pour l'humain. A retirer également de leur menu, tous les noyaux de fruits et les épluchures de pommes de terre, riches en amidon, qui se dégradent beaucoup plus lentement et pourront même germer !

A propos de Jean-Noël

13 Commentaires

  1. Bonsoir,
    J’ai fabriqué un lombricomposteur avec des caisses en polystyrène données par mon poissonnier. Je l’ai depuis 3 ans et tout se passe bien sauf que je n’obtiens pas de thé dans le bac tout en dessous.
    J’ai seulement du compost.
    Pourriez-vous me conseiller ?
    Merci d’avance

    • Bonsoir Marie,

      Une idée: avez-vous installé un dispositif tout en bas permettant au “jus” de s’écouler pour le récupérer ?

    • Bonjour Marie,

      Peut-être les apports que vous réalisez ne sont-ils pas assez riches en eau ? (épluchure de légumes, marc de café…).
      Vous pouvez cependant produire du thé de compost ainsi: récupérez une partie de compost du dernier bac. Disposez-le dans un torchon noué sur le haut ou mieux, un petit sac en toile de jute. Plongez ensuite ce sac dans un grand volume d’eau de pluie (seau). Laissez filtrer plusieurs jours d’affilée. L’eau va se charger progressivement des éléments nutritifs contenus dans le compost. Vous aurez alors un liquide concentré: le thé de compost.

      N’hésitez pas à nous poster une petite photo si vous réalisez l’expérience.

      Bon après-midi

  2. Hello, je pense qu’il serait bon de rajouter quelques informations supplémentaires à votre article , comme par exemple que les vers détestent poireaux ail oignons échalotes , et oui ces légumes ont des propriétés vermifuges !!! Les sachets de thé en forme de pyramide sont à proscrire. De plus si vous voulez que ces charmantes bestioles se débarrassent plus rapidement de vos déchets il est bon de découper vos épluchures en petits morceaux , ainsi que le carton. rajouter de l’eau ne sert à rien en générale les épluchures ( matière verte ou azotée ) en contiennent assez .Sinon sachez que la quantité de vers doublera tous les 3 mois et s’ajustera en fonction de la nourriture que vous donnez .Les avantages de ce type d’installation est que cela vous apporte du vermicompost très bon amendement et du thé de compost engrais naturel a dilué au ratio de 1/10.

  3. bonjour, je retrouve fréquemment les vers dans le bac de récupération de jus de compost.
    est ce normal? Et si non comment régler le problème.
    par avance merci.

  4. Alors moi j’utilise mon lombricomposteur depuis 4 ans. J’en suis plus que content. Je l’alimente régulièrement avec les pelures de légumes, fruits, et même les pelures de pommes de terres : la colonie est tellement vorace que les pelures n’ont pas le temps de germer.
    C’est sur que les premiers mois il faut de la patience pour que la colonie se développe et soit suffisante pour absorber un volume de déchets plus conséquent mais ensuite plus de problème 😉

  5. Pas sûr que les pelures de bananes soient à composter….

  6. Bonjour, comment avez vous réussi à décidez toute la famille pour accueillir le lombricomposteur dans la cuisine. Je qui en appartement et l emcombrement reste un pb.

    • Bonjour,
      Nous n’avons pas eu à décider la famille : on nous l’a imposé ! (vu que c’était un cadeau de Noël). Au niveau de l’encombrement, cela prend la place d’une poubelle. L’encombrement est donc assez limité. Bien à vous.

  7. Bonjour,

    Si tu n’as mis qu’une trentaine de vers dans ton lombricomposteur au départ, c’est normal qu’ils n’aient pas réussi à digérer les apports de déchets. Trente c’est beaucoup trop peu, on considère que pour les restes de deux personnes il faut mettre minimum 250 gr de vers, ce qui correspond à peu près à 500-600 vers.

    • Bonjour Christian,

      Vous avez entièrement raison. La colonie était trop peu nombreuse ! Le document fourni par le fabricant spécifiait bien ces 250 grammes de vers. Cependant, nous n’avions pas de balance à disposition pour peser cette colonie à ajouter à notre lombricomposteur pour faciliter le démarrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *