Jardiner en hiverPotager bio

Comment rendre une terre argileuse plus souple ?

Terre lourde, terre grasse, terre glaise…Les terres argileuses traînent derrière elles tout un tas de qualificatifs peu flatteurs qui en disent long sur les difficultés qu’on éprouve à les travailler. Pourtant, si la terre argileuse présente de nombreux inconvénients, il faut aussi savoir lui reconnaître quelques avantages, en particulier sa fertilité.


Inconvénients d’une terre argileuse

Gorgée d’eau

Les jardiniers qui la travaillent à longueur d’année le savent mieux que personne : l’inconvénient majeur d’une terre argileuse, c’est de retenir l’eau en excès. Pour peu qu’il pleuve beaucoup en l’espace de quelques jours, la terre argileuse se gorge rapidement d’eau et se transforme en bourbier. La terre colle aux bottes et aux outils, ce qui est plutôt désagréable !

Du côté des végétaux, le trop-plein d’eau entraîne une asphyxie racinaire. Même si elles sont sous terre, des échanges gazeux se réalisent au niveau des racines.

Trop sèche

En été, c’est l’inverse ! La terre argileuse durcit et devient caillou. En plein cœur de l’été, en période de canicule ou de sécheresse, elle se rétracte même et se crevasse profondément. Là encore, il est difficile de la travailler car les outils ne s’y enfoncent pas tellement la terre argileuse est dure à cette période de l’année !

Lente à se réchauffer

Quand on jardine sur un sol argileux, on ne le comprend pas tout de suite. On s’étonne toujours par exemple de voir que les arbres et les arbustes plantés végètent pendant quelques années avant de s’y installer. Une fois cette période passée (il faut parfois entre 3 et 5 ans) ils partent alors pour une croissance rapide.

Ces observations s’expliquent probablement de deux manières : tout d’abord, les terres argileuses sont des terres froides, qui peinent à se réchauffer au printemps comparativement à d’autres sols qui emmagasinent de la chaleur de mars à juin, ce qui est profitable à un redémarrage plus rapide de la croissance. A contrario, en été, les terres argileuses sont souvent brûlantes !

Ensuite, la texture compacte de ces terres n’est pas favorable à une progression aisée des racines. Leur bon développement nécessite plutôt un sol souple et aéré.


Avantages d’une terre argileuse

Heureusement, les terres argileuses ne présentent pas que des inconvénients. Ce sont aussi de bonnes terres par bien des aspects.

Des arrosages limités

A part au cœur de l’été, de l’eau, la terre argileuse n’en manque pas ! Ce qui peut être considéré à bien des égards comme un inconvénient est aussi un avantage car, si l’eau est bien gérée (drainage en hiver), l’arrosage est superflu.

Une terre riche

L’autre grande qualité de la terre argileuse, c’est sa consistance et sa richesse. Une fois installés, les arbres et les arbustes y trouvent tous les éléments fertilisants dont ils ont besoin pour croître et être en bonne santé.

Facile à améliorer !

Enfin, il n’y a rien de rédhibitoire avec une terre argileuse. Il est plutôt facile (même si c’est long) de l’améliorer, en la drainant, pour évacuer plus rapidement les excès d’eau, en l’amendant très régulièrement aussi pour l’alléger, l’aérer, l’assouplir et donc améliorer sa texture.


Rendre une terre argileuse plus souple

Un travail de longue haleine

Autant le dire tout de suite, c’est un travail sur le long terme qui vous attend, au minimum de de plusieurs années. Car une terre argileuse ne se métamorphosera pas du jour au lendemain en bonne terre de jardin potager, souple et facile à travailler. Il faut du temps aux organismes du sol (car ce sont eux les vrais artisans du changement) pour mener à bien leur dure tache.

2 idées principales doivent guider votre conduite pour rendre votre terre argileuse plus souple.

Une terre toujours couverte

Quelle que soit la saison, ne laissez jamais votre terre cultivée à nu. Un paillage est essentiel. En hiver, il limitera le phénomène de battance et protégera du froid les « travailleurs de l’ombre » tout en leur apportant de la matière organique à décomposer et à incorporer à la terre argileuse.

En été, le paillage limitera le dessèchement de la terre et jouera le même rôle protecteur.

comment rendre une terre moins argileuse
La terre argileuse de ce potager en carré est paillée à longueur d’année. Sa texture s’est considérablement assouplie. © Jardipartage

Des apports réguliers de matière organique

La 2nde idée consiste à favoriser le foisonnement de cette microfaune en lui apportant très régulièrement de la matière organique. Par exemple, en automne, quand le potager se vide, taillez les restes de déchets végétaux pour les incorporer aux feuilles mortes glanées en divers points du jardin. A joutez une grande quantité de compost puis épandez le tout en surface de la terre en constituant une couche de 15 à 20 cm d’épaisseur. N’oubliez pas de lester pour éviter une dispersion des feuilles par le vent.

comment rendre une terre argileuse plus souple
Le compost ne coûte rien à produire. C’est un excellent amendement pour rendre une terre argileuse plus souple sur le long terme. © M.A Zimmer

Les micro-organismes et les vers de terre feront le reste ! Ils se chargeront tout l’hiver de décomposer cette matière organique et de l’incorporer aux couches superficielles du sol, créant le si précieux humus !

C’est à force de répéter ces gestes, de saisons en saisons, d’années en années, que vous parviendrez à rendre votre terre argileuse plus souple et à en faire le meilleur support de culture qui soit pour vos plantes et légumes !

Tags

Bruno Nunez

Jardinier près de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les plantes et le jardin à travers des conseils de jardinage, des astuces, des expériences, des portraits...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, avec une bonne dose de bon sens !

9 commentaires

  1. Merci de m’avoir accueillie dans votre groupe …
    Je viensde lire les conseils pour améliorer la terre argileuse …. c ‘est mon big problème…. je fais ce que je peux avec ce que j’ai . Chaque automne je couvre le sol d’une couche épaissede feuilles mortes de platane ( très longues à )composter), noisetier et feuilles de roseaux. Je dispose aussi de crottin de cheval.
    Apres une inondation qui a tout détruit la terre s’améliore avec la présence de vers ( il a fallu 6 ans..)
    Si mes plants poussent bien mes récoltes , de tomates en particulier me semblent maigrichonnes , trop d’ azote comme vous le dites? ( quelle est la valeur du crottin ?) Trop d’arrosage? J’ attends beaucoup’de ces échanges car je suis entourée de jardiniers ‘engrais pesticides « …. merci

  2. Bonjour merci de m’avoir accuellie dans votre groupe… .
    Je viens de lire vos remarques sur les moyens d’améliorer une terre argileuse, mon problème principal . Depuis des années je tente de le faire ‘ je couvre la terre a l’automne d’une couche epaisse de feuilles mortes essentiellement de platanes ( tres longues à composter) de noisetiers et de roseaux … j’ai aussi a disposition du crottin de cheval…. ce que je remarque ,surtout sur les tomates c’est une belle croissance des plants mais une petite récolte….. trop d’azote comme vous semblez le dire.? Plants trop serrés . ? Trop d’eau? Comment utiliser le crottin quelle est sa richesse? La terre va mieux il y a ànouveau des vers… en bon nombre…. après 6 ans d’efforts suite à une inondation qui a détruit toute vie….j’aimerais trouver de l’aide …..càr je crains toujours de mal faire et suis entourée de jardiniers « engrais desherbants » merci

    1. Bonjour Nicole,

      Le fumier ne doit être utilisé qu’à l’automne. Pas enfoui mais déposé en surface, comme tout le reste d’ailleurs. Essayez dans la mesure du possible de varier les apports en fonction des matériaux disponibles en saison, le tout en petites quantités à chaque fois: feuilles mortes déchiquetés, tontes de gazon, broyats de branches, cendres de la cheminée, fumier, compost mûr, restes de végétaux sains, paille… Quant à l’arrosage des tomates, j’en ai parlé dans cet article. D’après mes expériences, il est presque inutile d’arroser les tomates à partir du moment que les fruits se forment ! 🙂

  3. Bruno à Bruno,
    Merci pour tes conseils, et c’est ce que je pensais faire ici dans le Gers où j’ai plus de 6000 m² à « retaper », laissés à l’abandon, si ce n’est vache qui y auraient pâturé!
    J’ai planté une trentaine d’arbres et arbustes (fruitiers, mellifères, coupe-vent, etc…) directe dans la terre argileuse où l’eau stagne ou ruisselle, mais compte bien ajouter des micorhyses en poudre sous le carton qui est posé à leur pied(faute de paillage autre). Venant de m’installer, je compte trouver du broyat, de la paille ou de la sciure pour y faire un paillage épais ou j’ajouterais (quand il sera fait) de la préparation fermentée d’ortie puis de consoude, sans compter sur du thé de lombricompost, et de l’urine, le tout dilué bien sûr.
    Ce sera idem pour mes planches de cultures.
    Merci de me dire ce que tu en penses et te remercie de tous tes bons conseils.
    Bruno

    1. Bonjour Bruno,

      C’est un long travail d’amélioration qui commence. Ce plan d’actions me semble bon. Personnellement, je n’utiliserais pas dès le début le purin d’ortie, et l’urine, tous deux riches en azote qui favorisera la croissance en vert au lieu de la fructification. Les sols argileux sont riches, les premières années, on peut se passer de ces éléments. Pour l’alléger, il faut vraiment du compost (voir auprès des communes limitrophes qui en produisent parfois à partir des déchets verts collectés en déchetterie) et/ou du sable (moins facile de s’en procurer). La cendre de bois de cheminée est également intéressante, surtout pour contrer l’acidité progressive qui gagne les sols argileux quand l’eau stagne (développement de mousses) mais aussi pour apporter des éléments minéraux aux arbres fruitiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer