Plantes aromatiques

Hysope officinale: belle et précieuse

Aromatique, médicinale et mellifère, l’hysope officinale est une jolie plante rustique originaire du Sud de l’Europe et du Moyen-Orient.

Ce qu’il faut savoir :

Nom botanique : Hyssopus officinalis
Nom courant : Hysope officinale, herbe sacrée, herbe sainte
Famille : Lamiacées, Labiées

Hauteur x étalement :  20  à 50 cm de hauteur et de large ;
Feuillage : feuilles opposées, étroites et allongées, semi-persistantes. Elles sont aromatiques quand on les froisse.
Fleurs : De juin à septembre, en épis denses de fleurs bleues à violettes, parfois rosées ou blanches, toutes très parfumées. Mellifères, elles attirent beaucoup d’abeilles.

Exposition : Nécessairement au soleil. L’hysope pousse bien dans les régions de climat doux, plus difficilement dans la moitié Nord. On la trouve en plaine, comme en montagne jusqu’à 2000 m.
Sol : elle aime les terres sèches, calcaires, même pauvres ou caillouteuses. Elle pousse sur les talus et les vieux murs.  A l’état sauvage, c’est une plante fréquente des garrigues méditerranéennes
Rusticité : -30°C , elle résiste parfaitement au froid à condition de disposer d’un sol bien drainé.

Plantation de l’hysope officinale

hysope officinale culture
© D.Jolivet

Plantez cet arbrisseau aux rameaux dressés en automne ou au printemps, en prenant soin de mélanger à la terre du sable pour améliorer le drainage.

Vous pouvez la planter parmi d’autres aromatiques et condimentaires au potager ou dans un massif de fleurs. Sa floraison sera alors très décorative.

On peut aussi l’installer au pied des arbres fruitiers pour attirer les pollinisateurs, en bordure d’une allée ou pour remplacer une lavande au pied des rosiers.

Entretien de l’hysope

Facile à vivre, l’hysope officinale se contente de peu d’entretien

  • La fertilisation n’est pas nécessaire. Faites quelques apports de compost uniquement si la plante végète.
  • La taille s’effectue après la floraison ou en fin d’hiver, avant la reprise du développement ; Rabattez la touffe à 20 cm du sol.
  • Protection hivernale: elle n’est pas utile si la plante est cultivée en terre bien drainée. L’excès d’humidité favorise des pourritures racinaires. Si vous la cultivez en pot ou en jardinière, déplacez-la pour l’hiver dans un endroit où elle recevra moins d’eau de pluie.

Semis, bouture et division

Le semis de l’hysope est possible dès l’automne dans les régions douces. Ailleurs, il vaut mieux attendre le début du printemps.

La division des touffes se fait au printemps.

Les boutures herbacées de jeunes tiges se pratiquent en fin de printemps, au moins de juin.

Culture en pot

L’hysope officinale peut être cultivée en pot, au soleil, dans un support de culture bien drainé. Arrosez-la peu car elle résiste naturellement bien à la sécheresse.

Robuste, elle n’a que peu de parasites.

Cueillette et séchage des fleurs

On se sert des fleurs et des feuilles. Les feuilles doivent être cueillies avant la floraison.

Faites-les sécher à l’ombre quelques jours sur un vieux drap ou un chiffon pour bien les conserver.

Gardez-les ensuite dans des récipients hermétiques ou dans des sachets de papier kraft, à l’abri de la lumière.

Propriétés médicinales et condimentaires

L’hysope officinale est utilisée en pharmacopée depuis longtemps : les Romains et les Grecs l’employaient déjà. Avec ses feuilles, on prépare une infusion ou un sirop aux propriétés :

  • Antitussives : pour traiter les affections des bronches et des voies respiratoires ;
  • Digestives : elle combat les indigestions, les gaz intestinaux, les flatulences.
  • Antiseptiques et cicatrisantes

Mais l’hysope est aussi une plante condimentaire. Ses feuilles, fraîches ou sèches, sont utilisées pour parfumer soupes, salades, formages ou viandes grillées.

Elle entre aussi dans la composition de liqueurs à base de plantes, comme le pastis, l’eau de mélisse et la chartreuse. Voir tous les bienfaits et les utilisations de cette plante sur doctonat.

Consultez la liste et les fiches de toutes les plantes condimentaires.

Plante utile aux insectes

Très nectarifères, les fleurs de l’hysope officinale sont visitées par de nombreuses abeilles tout l’été. Certains producteurs arrivent à tirer un miel pur d’Hysope, mais il est rare. On trouve plus fréquemment des miels de garrigues qui en contiennent.

Comme la lavande, c’est une plante répulsive des parasites : moustiques, pucerons.

Le saviez-vous ?

Les fleurs d’Hysope ont une lèvre inférieure large qui constitue une véritable piste d’atterrissage pour les insectes pollinisateurs.

Son nom botanique Hyssopus vient de l’hébreu « herbe sainte » : cette aromatique est plusieurs fois citée dans la Bible, en particulier pour ses propriétés purifiantes.

Variétés originales d’Hysope

  • Hyssopus officinalis albus: à fleurs d’un blanc pur
  • Hyssopus officinalis rosea: à fleurs roses
Sur le même thème:

L’agastache: l’hysope anisée
Le fenouil: des feuilles et des graines à la saveur anisée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page