Accueil » L'été » Agastache, l’Hysope anisée
agastache anisee

Agastache, l’Hysope anisée

Agastache, l'Hysope anisée
Partagez votre avis sur cet article !

Ses origines nous amènent en Chine, au Japon, ou peut-être du côté de l’Amérique du Nord ?  Toujours est-il que l’agastache (Agastache foeniculum) est une plante de massif décorative. Pas uniquement d’ailleurs ! Egalement condimentaire, aromatique et médicinale, cette proche parente des menthes (famille des lamiacées) ne manque pas de qualités ! Notre seule petite contrariété ? Peut-être bien sa faible rusticité qui oblige parfois à la cultiver comme annuelle. Encore que son développement rapide compense son côté éphémère. Comment cultiver et entretenir l'agastache ?

Les butineurs ne quittent pas l’agastache !

Plantes herbacées de croissance rapide, les agastaches forment en l’espace de quelques semaines une touffe dressée buissonnante haute de 50 cm à 1 m 20 selon les variétés. Leurs tiges angulaires raides portent des feuilles lancéolées et dentées ressemblantes à celles de l’ortie, l’aspect urticant en moins.

De juin à août septembre, se dressent au-dessus de la touffe des épis serrés et cylindriques de fleurs tubulaires. Mellifères, les fleurs d’agastache sont très appréciées des butineurs.

agastache rugosa
Fin juillet, les épis de fleurs cylindriques de l'agastache attirent les bourdons. Jardin d'Aurélie (Esquiule, 64)

Où cultiver l’agastache ?

Un sol profond et bien drainé est primordial ! Sinon, comme la menthe, les racines de l’agastache pourrissent l’hiver dans l’humidité stagnante et cette belle aromatique se comporte alors comme une annuelle.

Paradoxalement, si les agastaches redoutent l’humidité hivernale, elles apprécient un sol restant frais l’été, sans avoir besoin de beaucoup arroser, en particulier avant et pendant la floraison. Un paillis est donc utile au cours de la belle saison pour limiter le dessèchement de la terre.

Côté exposition, rien de plus simple ! Un emplacement ensoleillé est parfait. L’agastache supporte même une période de sècheresse passagère.

Culture

Quand et comment la planter ?

Attendez la fin des gelées avant de planter l’agastache à partir de plants en godets. Installez cette belle vivace sur une légère butte pour améliorer le drainage à ses pieds. Creusez un trou deux à trois fois plus grand que la motte en tous sens. Déposez sur le fond un lit de graviers lorsque l’eau a tendance à stagner l’hiver. Installez la motte bien droite dans son trou et rebouchez avec un mélange à parts égales de terre extraite, de compost et de sable.

agastache foeniculum
Les feuilles de l'agastache sont dentelées comme celles de l'ortie mais ne sont pas urticantes. Jardin d'Aurélie (Esquiule, 64)

Semis

Le semis d’agastache s’effectue en fin d’hiver ou au début du printemps, courant mars, sous abri, indifféremment en godets, en terrine ou sur plaques alvéolées. Repiquez les jeunes plants en pleine terre au mois de mai lorsqu’ils ont développé 5 à 6 feuilles.

Culture en pot

L’agastache peut être cultivée dans un pot de 30 ou 40 cm de diamètre, nécessairement percé sur le fond pour évacuer le surplus de pluie ou d’arrosage. Déposez une épaisse couche drainante et complétez d’un substrat allégé composé pour moitié de bonne terre de jardin, pour l’autre, de terreau horticole. Paillez rapidement pour conserver plus longtemps la fraîcheur.

Quel entretien prévoir ?

  • Les agastaches en pot doivent être abritées en hiver. Elles redoutent davantage les excès d’humidité que les températures froides. Déplacez-les au pied d’un mur bien exposé ou hivernez-les en compagnie des pélargoniums.
  • En climat froid, protégez dès novembre les souches des agastaches installées en pleine terre sous une couche isolante de feuilles mortes. Attendez la fin de l’hiver pour débarrasser la  plante de ses parties mortes.
  • L’arrosage n’est utile que la première année, le temps de l’installation. Par la suite, si un paillis de tontes de gazon est mis en place au mois de juin et régulièrement renouvelé, seuls quelques apports d’eau sont utiles, uniquement en période de sècheresse.
  • Retirez les fleurs fanées au fur et à mesure pour redonner un peu d’allure et d’allant au buisson.

Comment la multiplier ?

La technique de multiplication de l’agastache la plus efficace est la division de touffes, à effectuer au cours du printemps lorsque cette belle condimentaire est en pleine période de croissance. La reprise est alors assurée.

Ennemis et maladies

Le plus grand ennemi des agastaches est l’excès d’humidité du sol ou de l’air. A l’image des menthes ou encore de la sauge officinale, les souches ne survivent pas à l’hiver si le sol est détrempé à leurs pieds et, les étés pluvieux, les feuilles sont régulièrement la proie d’un champignon, le mildiou.

Au printemps, protégez également les jeunes plants de l’appétit vorace des limaces, malheureusement redoutables lorsqu’elles pullulent.

Variétés remarquables

Avec une palette de 30 espèces, comprenant chacune de nombreuses variétés, les agastaches offrent toute une gamme de parfums subtils.

Agastache du Mexique (Agastache mexicana)

Son parfum oscille entre fenouil, citron et anis, tout comme ses belles fleurs en épis roses ou pourpres du début d’été sont très appréciées. Une très belle agastache, malheureusement peu rustique en pleine terre.

Menthe-réglisse de Corée, Agastache rugueuse (Agastache rugosa)

L’agastache la plus courante, très vigoureuse. Son parfum offre des notes anisées, de menthe, et de réglisse mêlés. Ses fleurs bleues-violettes attirent en nombre les butineurs, parfois jusqu’en octobre.

Agastache dorée (Agastache aurantiaca « Apricot sprite »)

Ses fleurs orange en épis relâchés rappellent celles de certaines sauges arbustives. Leur parfum offre des notes de thym et de menthe. Moins rustique que les autres, l’agastache dorée, ou Hysope orange anisée, est à sa place dans un massif d’ornement bien drainé.

De nombreux hybrides complètent le tableau, à l’image de « Arcado pink », une plante aux dimensions plus petites et aux épis de fleurs rose-violacé ou encore « Firebird », une agastache aux feuilles cuivrées, presque rouges.

Condimentaire, ma chère agastache !

Les feuilles  et les épis de fleurs de l’agastache s’utilisent séchés, en frais  ou même décongelés pour aromatiser de notes anisées les salades de fruits, de crudités ou pour préparer des infusions chaudes ou froides désaltérantes.

agastache anisee plantation
Trio gagnant dans un massif d'aromatiques: agastache au premier plan, romarin puis bourrache officinale. Jardin d'Aurélie (Esquiule, 64)

Comment utiliser les agataches au jardin ?

Comme d’autres plantes aussi  belles qu’utiles, toutes les agastaches sont mellifères et attirent les butineurs. Elles méritent de ce fait une place de choix au jardin potager, quel  qu’il soit, en compagnie de plantes potagères. Associez-les en particulier à d’autres aromatiques volumineuses comme la bourrache, la sauge officinale ou encore la consoude.

L’encombrement des variétés les plus hautes autorise par ailleurs leur association à des plantes vivaces, en massif, en plates-bandes, au jardin bouquetier, au sein d’une bordure ensoleillée ou dans un  jardin dominé par le minéral. Associez-les dans ce cas à  des graminées d’automne, ou des plantes débordantes de fleurs (achillées jaunes, Rudbeckies, hémérocalles…)

Mis à jour le Oct 17, 2018 @ 8 h 17 min

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.