bananier hiver | Jardipartage

Comment protéger un bananier en hiver ?

Le bananier est une plante herbacée vivace exotique, dont la silhouette graphique est très appréciée dans les jardins tropicaux. Dans les régions au climat doux, il peut être cultivé en pleine terre. Toutefois, il nécessite d’être protégé du froid durant l’hiver pour lui éviter tout dommage. Découvrez nos conseils pour protéger votre bananier en hiver.

Le bananier craint-il le gel ?

Il existe plus de 70 espèces de bananiers (Musa sp.) dont la plupart ne résistent pas au gel. Ainsi, les bananiers tropicaux, comme le bananier nain Musa acuminata ‘Dwarf Cavendish’, doivent être cultivés en pot pour pouvoir passer l’hiver en intérieur.

Mais d’autres espèces de bananiers ornementaux subtropicaux sont rustiques jusqu’à -10 ºC. En effet, leurs rhizomes, la partie souterraine de la plante, peuvent résister jusque -12 ºC. C’est le cas du bananier du Japon Musa basjoo, le plus rustique des bananiers ou encore du Musa Maurelli.

est ce que le bananier craint le gel | Jardipartage
Le bananier craint le gel de ses feuilles son tipe et sa souche résistent généralement bien au froid 10°C

Le bananier étant une plante vivace, il n’est pas ligneux, c’est-à-dire que ses tiges ne sont pas faites de bois. Comme elles sont gorgées d’eau, elles ne résistent pas au froid et la plante peut donc geler si elle n’est pas protégée.

Le feuillage du bananier est caduc, il repart à chaque printemps. C’est donc le stipe – le “tronc” du bananier – qu’il faut protéger du froid durant l’hiver.

Comment garder un bananier en pleine terre en hiver ?

Vous avez planté un bananier en extérieur, en pleine terre ? Voici comment procéder pour le protéger durant l’hiver.

  • Taillez dans un premier temps le feuillage dès que les températures descendent sous la barre des 5 ºC ou que le feuillage s’affaisse.
  • Placez ensuite une protection hivernale, comme une toile de jute ou même un grillage, autour du stipe, à environ 20 à 25 cm de ce dernier. Choisissez un grillage assez haut pour arriver au sommet du bananier.
  • Remplissez l’espace de matières organiques, qui agiront comme un isolant, comme de la paille ou des feuilles mortes, puis entourez le tout d’un voile d’hivernage.
  • Pensez à le percer pour garder un minimum d’aération.
  • Recouvrez le sommet d’une bâche imperméable, ceci afin d’éviter que l’eau ne rentre et ne fasse pourrir les racines. Vous surveillerez attentivement au printemps que cette dernière n’entrave pas la croissance de votre bananier, qui reprendra avant que vous ne la retiriez au printemps.
  • Dans les régions très froides, vous pouvez également pailler le pied du bananier pour protéger la souche.

Si vous vivez dans une région aux hivers rigoureux, rabattez les tiges à 20 cm du sol, puis recouvrez le pied directement d’une épaisse couche de paillis organique sec et bien aéré. Recouvrez ensuite le tout d’un voile d’hivernage.

Retirez la protection hivernale au printemps, une fois tout risque de gelée écarté. Attention aux gelées tardives, notamment au nord de la Loire.

Comment garder un bananier en hiver | Jardipartage
Rentrez votre bananier en pot tout lhiver dans une pièce non chauffée

Quand faut-il rentrer un bananier en pot ?

Les bananiers en pot, plus sensibles au froid, doivent être rentrés dès que les températures descendent en dessous de 10 ºC. Placez-le dans une pièce chauffée à environ 20 °C – votre intérieur fait donc parfaitement l’affaire – derrière une vitre afin qu’il profite d’un maximum de luminosité.

Vous veillerez à un arrosage régulier, mais modéré, durant toute la saison hivernale.

Comment récupérer un bananier qui a gelé ?

Votre bananier a gelé, que faire ? Tout n’est peut-être pas perdu ! Coupez d’abord les feuilles abîmées, puis procédez à l’hivernage comme décrit ci-dessus. Si les dommages vous semblent trop importants, tentez en dernier recours de tailler votre bananier au ras du sol, puis paillez-le. Avec un peu de chance, la souche produira des rejets au printemps.

author avatar
Camille Gauthier
Amoureuse des plantes, j'allie ma passion pour le monde végétal à mon métier de rédactrice web. Et quand je ne rédige pas, j'expérimente la permaculture, je m'inspire de nouvelles associations lors mes balades et je prends soin de mon jardin. (j'ajoute que les pépinières sont mes boutiques favorites pour le shopping !) Depuis quelques mois, mon jardin est situé de l'autre côté de l'Atlantique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut