Arbustes fleuris et persistants

Chlorose ferrique : Les astuces pour lutter et protéger vos végétaux

De multiples problèmes peuvent apparaître au cours de la culture de vos arbres et arbustes fruitiers. Parmi eux, la chlorose ferrique constitue une pathologie facilement identifiable qui peut être prise en charge, à condition qu’un traitement soit mis en place au plus tôt.

Sur les arbres fruitiers, les signes de chlorose ferrique apparaissent parfois après plusieurs années alors que l’arbre est déjà très affaibli.

Qu’est-ce que la chlorose ferrique ?

La chlorose ferrique n’est pas une maladie des végétaux à proprement parler, il s’agit plutôt d’un problème physiologique qui se manifeste par une décoloration et un jaunissement des feuilles tandis que les nervures restent vertes. Le feuillage peut même tomber et la plante végéter.

La chlorose est causée par une carence en fer qui peut amener une nécrose des feuilles si elle n’est pas traitée. En effet, le fer est un élément vital pour les plantes, au même titre que le magnésium, le zinc, le manganèse ou l’azote. Tous ces composants permettent de synthétiser la chlorophylle, responsable de la couleur verte de la plante. Cela explique la décoloration en cas de carence. Sans traitement, la plante peut mourir.

Quelles sont les causes d’une carence en fer ?

Les causes d’une carence en fer sont toujours à rechercher dans la composition du sol ou son état. Il peut s’agir :

  • D’un sol calcaire qui bloque l’assimilation du fer par la plante, à travers l’action de ses ions bicarbonate qui empêchent sa dissolution. Cependant, tous les sols calcaires ne déclenchent pas la chlorose ferrique. Tout dépend de la granulométrie du calcaire : plus il est fin, plus il est soluble et chimiquement actif. On parle alors de la teneur en calcaire actif qui peut être source de chlorose au-delà de 10 % de concentration dans le sol.
  • D’un sol trop sec ou trop humide qui va perturber l’absorption du fer par la plante.
  • D’un manque de fer dans le sol qui doit, alors, être enrichi en fer pour prévenir la chlorose.
Chlorose
Feuilles de rhododendron atteintes de chlorose © Irina Borsuchenko

Quels végétaux peuvent être atteints par la chlorose ferrique ?

Les plantes les plus fréquemment atteintes par la chlorose sont dites acidophiles, c’est-à-dire qu’elles s’épanouissent dans un sol au pH acide. C’est un problème classique du rhododendron, la cause des feuilles décolorées sur l’hortensia ou le camélia.

Toutefois, d’autres végétaux peuvent en être victimes, notamment  :

  • Des arbres ou arbustes fruitiers comme la vigne, le pêcher, le poirier, les framboisiers ou encore les agrumes, en particulier le citronnier, assez sensible à la chlorose.
  • Des arbustes : les rosiers, le laurier-rose, l’oranger du Mexique, le chalef, le laurier du Caucase.
  • Des plantes grimpantes : la glycine.

Comment lutter contre la chlorose ferrique ?

Utilisez des produits à base de chélates de fer. Il s’agit de composants permettant de capter les ions ferreux et de les rendre solubles dans le sol. Appliquez le traitement en arrosage directs au pied de la plante ou en pulvérisation sur les feuilles.

Comptez une semaine pour que la plante redevienne totalement verte, signe que la photosynthèse est relancée. Pour une plante très atteinte, renouvelez le traitement 15 jours après.

chlorose ferrique
Chlorose ferrique sur des feuilles d’Hortensia © Olya Maximenko

Le bicarbonate contre la chlorose : Bonne ou mauvaise idée ?

Des recettes de remède maison utilisant le bicarbonate de sodium (bicarbonate de soude) circulent sur d’autres sites pour lutter contre la chlorose.

Cependant, il convient de rappeler que le bicarbonate est un correcteur de pH qui a tendance à alcaliniser (remonter le pH) du sol. Son action est donc précisément l’inverse de l’effet souhaité car pour traiter une chlorose, il s’agit plutôt d’abaisser le pH.

Comment prévenir la chlorose ferrique ?

Suivez ces quelques conseils simples afin d’empêcher l’apparition de la chlorose ferrique :

  • Évitez de planter des végétaux acidophiles dans un sol très calcaire. La réalisation d’une fosse en terre de bruyère, souvent pratiquée, n’est pas suffisante pour préserver vos plantes. Privilégiez plutôt une plantation en pot si votre sol est calcaire.
  • Si le sol est très légèrement calcaire ou s’il est neutre, apportez des composants organiques comme le fumier, le compost ou les engrais verts afin d’améliorer sa composition.
  • Pour les arbres fruitiers, les vignes ou les rosiers, utilisez des porte-greffes adaptés aux sols alcalins comme Rosa canina pour ces derniers ou le prunier Saint-Julien pour le pêcher.
  • Recourez à des champignons mycorhizes qui entrent en symbiose avec les racines des plantes et favorisent la circulation et l’assimilation du fer.
  • Drainez les sols humides et irriguez les sols asséchés. N’hésitez pas à placer des écorces de pins aux propriétés acidifiantes lors de leur lente décomposition

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page