Accueil » L'été » Quelle(s) alternative(s) bio à la bouillie bordelaise ?
alternative bouillie bordelaise

Quelle(s) alternative(s) bio à la bouillie bordelaise ?

Quelle(s) alternative(s) bio à la bouillie bordelaise ?
Partagez votre avis sur cet article !

Découverte à la fin du XIXème siècle, la bouillie bordelaise s’est rapidement imposée au jardin pour lutter contre les maladies touchant les plantes potagères. Si ce fongicide, classiquement préparé à base de sulfate de cuivre, peut encore de targuer de figurer parmi les produits organiques et de rester homologué pour un usage en agriculture biologique,  il n’en demeure pas moins que la bouillie bordelaise reste un produit chimique, à utiliser donc avec modération, en particulier parce qu’elle entraîne une concentration de cuivre dans le sol. Si l’on peut s’en passer, c’est par conséquent mieux ! Décoction de prêle, bicarbonate de soude et lait, découvrez 3 alternatives bio à la bouillie bordelaise.

Toxicité du cuivre

Les propriétés fongicides du cuivre sont connues depuis longtemps. Les Anciens avaient ainsi pris l’habitude de transpercer d’un fil de cuivre le bas des tiges des tomates. Mythe ou réalité, toujours est-il que selon eux, la sève montante se chargeait de cuivre et le distribuait de manière systémique à l’ensemble des organes de la plante, ce qui lui offrait des facultés de résistance au tristement célèbre mildiou de la tomate.

L’action de la bouillie bordelaise est comparable, à la différence près que le produit est pulvérisé à la surface du feuillage et ne touche ainsi pas le système de circulation de sève. Néanmoins, le cuivre est un métal lourd. Il n’est pas seulement toxique pour les champignons qui se développent sur les feuilles. Lessivé par des pluies à répétition, son action fongicide se prolonge dans le sol. Le cuivre est ainsi également toxique pour la microfaune, les bactéries, et les champignons qui font la vie du sol et, par voie de conséquence, en affecte sa fertilité.

Macération ou décoction de prêle

Peu importe que l’on utilise la prêle des champs (Equisetum arvense) ou des marais (Equisetum palustre), la macération de prêle permet de lutter contre les maladies cryptogamiques au potager et au verger : cloque du pêcher, mildiou, monilia, oïdium, rouille… Riche en silice, cette décoction naturelle s’utilise de mars à octobre en pulvérisations régulières sur le feuillage et permet de prévenir l’installation des champignons responsables des maladies.

Comment préparer une décoction de prêle ?

 Récoltez et hachez 1kg de tiges de prêle. Mettez-les à tremper 24 heures dans 10 litres d’eau de pluie, à température ambiante. Au bout de ce temps, portez à ébullition dans une marmite et laissez bouillir 30 minutes. Filtrez  après avoir laissé refroidir. Appliquée en pulvérisation, cette décoction de prêle doit être diluée à 20% (200 ml de prêle pour 800 ml d’eau de pluie)

Bicarbonate de soude (sodium)

C’est un produit ancien, classiquement associé aux recettes de grand-mère et doté d’une part subjective de mystère, voire de magie. Le bicarbonate de sodium (ou  de soude) sert à tout, ou presque ! Il est largement employé dans le domaine du bricolage pour venir à bout des taches difficiles, ou encore pour raviver les couleurs d’un vieux tapis… Au jardin, la pulvérisation s’une solution de bicarbonate de soude en prévention sur les feuilles permet de remonter sensiblement le pH, gênant la germination des spores de champignons tels que l’oïdium.

alternative bio bouillie bordelaise
Les grandes feuilles des courges sont sensibles à l'oïdium

Comment préparer une solution anti-fongique de bicarbonate de soude ?

Respectez un dosage identique à la bouillie bordelaise. Renouvelez le traitement toutes les 2 à 3 semaines environ, plus tôt si le produit est lessivé par de fortes pluies orageuses. Comme pour tous les traitements, effectuez la dernière pulvérisation au moins 2 semaines avant le début des récoltes.

Une pointe de lait à la place du bleu !

Voilà probablement l’alternative bio à la bouillie bordelaise la plus inoffensive pour l’Homme. Avec un bémol tout de même ! Si le lait est efficace pour lutter contre l’oïdium, le champignon qui recouvre d’un voile blanc les feuilles des concombres, des courgettes et des courges, il reste sans efficacité contre les autres champignons que sont la tavelure ou encore le mildiou.

Comment utiliser le lait au jardin ?

Peu importe qu’il soit écrémé, demi-écrémé, entier ou même qu’on lui préfère le petit-lait, moins cher, ce sont les protéines que contient le lait qui agissent. Sous l’effet de la lumière, ces dernières se transforment en agents oxydants et détruisent le mycélium des champignons.

Diluez un volume de lait (100ml) dans 9 volumes d’eau de pluie (900 ml). Agitez et pulvérisez de préférence tôt le matin pour une plus grande efficacité. Renouvelez au bout de quelques jours et régulièrement, en prévention, à l’image de la bouillie bordelaise

Article mis à jour le Juil 5, 2018 @ 13 h 23 min

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.