Accueil » L'été » L’absinthe: un si précieux paria !
absinthe plante

L’absinthe: un si précieux paria !

Plante vivace de la famille des Astéracées, l’absinthe (Artimisia absinthium) est une variété spécifique d’armoise réputée depuis le XVIII -ème siècle pour la liqueur que l’on en tirait. Avec son feuillage gris-vert des plus élégants, son aspect ornemental n’est pourtant pas en reste. 

Feuillage fin, fleurs discrètes

Davantage considérée comme un arbuste plutôt qu’une plante vivace, l’absinthe forme un buisson au feuillage argenté, de 1 m 20 en tous sens. Ses feuilles, soyeuses des deux côtés, présentent un aspect très découpé en lobes fins. Les senteurs aromatiques de l’absinthe sont, à l’image de l’Hélichrysum ou encore de la lavande officinale, extraordinairement puissantes. Il suffit en effet de simplement effleurer la plante ou de caresser son feuillage doux pour mettre en éveil tous les sens : l’absinthe exhale des effluves épicées de cannelle, de curry ou encore de girofle.

Ses fleurs jaunes verdâtres, très discrètes, s’épanouissent au cœur de l’été, de juillet à début septembre. Comme toutes les Astéracées, elles sont mellifères, attirant de nombreux pollinisateurs. Excellente plante compagne, l’absinthe fait partie de ces aromatiques indissociables d’un potager naturel. Par sa présence, elle protège les cultures, diffusant dans le sol à ses voisines nombre de ses principes actifs. Mariez-la aux rosiers, plantez-la en bordure du potager, entre les rangs, ou encore dans un joyeux mélange, au sein d’un carré potager.

absinthe plante aromatique
Détail du feuillage très découpé de l’absinthe. ©Jardipartage

Où la cultiver ?

Peu exigeante, l’absinthe est facile à cultiver. Toutes les terres lui conviennent, ordinaires ou riches, à condition qu’elles ne soient pas détrempées ou trop froides en hiver ! L’absinthe sait également se contenter de terrains plus ingrats : elle pousse sans difficulté dans les terres sèches, les rocailles et dans des lieux réputés incultes.

Côté exposition, cette belle aromatique affectionne la pleine lumière. Installez-la dans un emplacement chaud, au plein soleil. C’est là qu’elle est la plus aromatique. C’est aussi dans ces conditions qu’elle fait preuve de la plus grande rusticité !

Culture

Comment la semer ?

L’absinthe produit de nombreuses petites graines, peu évidentes à manipuler. Pour la semer, n’utilisez que des graines fraîches car leur faculté germinative passe en effet rapidement.

Semez-la au printemps ou en automne dans les régions de climat doux, directement en pleine terre, quand la température du sol est douce (15°C). Pour davantage de maîtrise, il est également possible de la semer en pot ou dans de grandes caissettes de poissonniers au préalable lavées et désinfectées.

  • Préparez un substrat fin et propre, de type terreau à semis, humidifié et tassé à l’aide d’une planchette.
  • Disposez les graines en surface, à la volée.
  • Recouvrez d’une fine couche de terreau, humidifiez de nouveau à l’aide d’un pulvérisateur .
  • Conservez une ambiance humide. Si toutes les conditions ne sont pas réunies, la germination s’avère parfois assez longue, mais elle intervient généralement au bout de 2 semaines.
  • Lorsque les jeunes plants disposent de quelques feuilles, repiquez-les en godets individuels pour qu’ils poursuivent leur croissance.

Quand et comment la planter ?

Repiquez l’absinthe à sa place définitive à 50 cm de distance au cours du printemps ou en automne, à partir des plantes que vous aurez semées ou de celles disponibles en godets  chez les horticulteurs. 

Quel entretien ?

La culture de l’absinthe réclame peu de soins.

Rabattez sévèrement le buisson au début du printemps pour garder un port compact et régénérer les touffes.

Profitez de cette opération de taille pour apporter un peu de nourriture au pied de l’arbuste ; une à deux pelletées de compost mûr suffisent à satisfaire ses besoins pour l’année.

absinthe plante medicinale
L’absinthe est une plante médicinale réputée depuis l’Antiquité. ©Jardipartage

Comment multiplier l’absinthe ?

Outre le semis, le bouturage de jeunes pousses en cours d’été permet de multiplier facilement cette belle aromatique. Il est également possible, au printemps ou à l’automne, de procéder à une division de souche à l’aide d’une d’une bêche affûtée.

Mais laissée libre d’évoluer, l’absinthe a parfois une fâcheuse tendance à se ressemer toute seule, quitte à devenir envahissante à la longue. La récupération de ces nombreux semis spontanés à replanter ailleurs au jardin ou à donner suffit donc souvent pour la multiplier.

Quand récolter les feuilles ?

A l’instar de toutes les aromatiques, la récolte des feuilles est réalisable à longueur d’année. C’est cependant au début de l’été que les essences aromatiques sont les plus concentrées, juste avant la floraison. On prélève donc les feuilles à cette époque (juin, juillet), de préférence au milieu de journée écrasée de soleil.

Un ennemi à surveiller : le puceron noir

Le plus grand ennemi de l’absinthe est le puceron noir. Même si les attaques sont fréquentes, la plante s’en remet très souvent sans réel dommage. Néanmoins, si des colonies de l’insecte s’agglutinent massivement au cours du printemps sur les jeunes pousses gorgées de sève, pulvérisez une solution à base de savon noir pour les déloger. L’utilisation d’un jet d’eau puissant est une alternative naturelle qui suffit aussi souvent à les décrocher ; (les pucerons détestent l’eau).

L’une des plus anciennes plantes médicinales

Les armoises accompagnent l’Homme depuis la nuit des temps, aussi bien l’armoise commune que sa plus prestigieuse variété, la Grande absinthe.

Côté santé, la plante offre une profusion de bienfaits ! Son huile essentielle régule les acidités gastriques, stimule l’appétit et aide à lutter contre les troubles digestifs. Elle offre aussi des propriétés antiseptiques intéressantes et fut donc employée par le passé sur des plaies infectées et gangreneuses.

En usage dès l’Antiquité

Autrefois appelée « Herbe aux vers », en raison de ses propriétés vermifuges, l’absinthe était connue dès l’Antiquité pour se débarrasser des vers qui parasitaient les intestins. Les Romains l’utilisaient également pour soulager les règles douloureuses des femmes. Ils ont donc consacré le genre à la déesse Artemis, protectrice des femmes enceintes, qui a légué son nom au genre.  

La liqueur d’absinthe

Egalement connue sous le nom de « fée verte », la liqueur d’Absinthe était en vogue au XIXème siècle. Le breuvage reste néanmoins dans les annales pour avoir donné naissance à un syndrome tristement célèbre appelé « absinthisme » apparaissant suite à une sur-consommation. L’absinthe contient en effet une substance active, la thuyone, entraînant à forte dose chez les personnes sensibles, des convulsions ou des hallucinations. La fée verte sera donc interdite à la consommation avant la Grande guerre, mais de nouveau autorisée à la vente depuis mai 2011.

Le vinaigre des quatre voleurs

L’absinthe est l’un des ingrédients du célèbre vinaigre des quatre voleurs dont la légende attribue la découverte à une poignée de brigands du XVIe qui délestaient les victimes de la peste de leurs biens sans jamais contracter la maladie. A la base de cette potion, un vinaigre dans lequel on laisser macérer diverses aromatiques : absinthe, romarin, armoise vulgaire, sauge des prés, rue officinale, menthe poivrée, lavande, jonc odorant, cannelles, clous de girofle…bref, un concentré de toxicité à fortes doses, d’une redoutable efficacité pour se prémunir de la vermine !

Purin d’absinthe

Au jardin, le purin d’absinthe dilué à 10% constitue un redoutable répulsif des insectes. Tout aussi efficace en prévention qu’en en curatif, sa pulvérisation permet de lutter naturellement contre le ver de la pomme, la rouille du groseillier, la teigne du poireau ou encore pour tenir à distance les altises et les piérides qui déciment les Brassicacées (navets, choux).

Pour le produire, on peut mettre à sécher dans un endroit sec et ventilé les feuilles, les racines et les inflorescences de cette belle aromatique ou utiliser ses feuilles fraîches.    

Recette du purin d’absinthe

  • Coupez 1 kg de tiges en fleurs en début d’été.
  • Hachez et laissez macérer une dizaine de jours dans un seau rempli de 10 litres d’eau de pluie.
  • Filtrez, éliminez les résidus végétaux et diluez le concentré à 10 % avant de pulvériser.
  • Attention : A cause de ses propriétés antiseptiques, le purin d’absinthe peut avoir des effets néfastes sur le développement des jeunes plants. Évitez de le pulvériser trop tôt ou sur le compost. Il bloque alors le processus de fermentation.

Infusion d’absinthe

Les parties sommitales et les feuilles séchées sont utilisées en infusion.

Mis à jour le Avr 3, 2019 @ 13 h 45 min

Partagez votre avis

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.