Accueil » L'hiver » La taille annuelle du mûrier
taille murier

La taille annuelle du mûrier

La taille annuelle du mûrier
Partagez votre avis sur cet article !

Les mûriers sans épines installés au jardin, que l’on appelle aussi des ronces à fruits, ne doivent pas, à la différence des formes sauvages, être cultivés en buisson. Pour obtenir de bonnes récoltes et éviter les maladies, il est nécessaire de palisser leurs longs rameaux sarmenteux en éventail, ils bénéficient ainsi à la fois d’un bon ensoleillement et d’une circulation d’air optimale. Ce palissage, à accompagner d’une taille, peut être effectué en fin d’hiver, au moment où s’amorce la reprise de la croissance. Comment tailler la ronce à fruits ?

Une fructification étalée sur plusieurs années

Les mûriers sans épines fructifient sur du bois âgé un, deux ans.

Sur les rameaux de 1 an (nés au cours de l’année précédente), les fleurs apparaissent en août-septembre, essentiellement au sommet des tiges sarmenteuses.

Sur les tiges âgées de 2 ans, les bouquets de fleurs se développent d’avril à juin sur des ramifications latérales plus courtes.

Le principe de la taille du mûrier consiste à conserver en permanence entre 6 et 8 belles tiges vigoureuses et productives par pied.

 

murier sans epines taillle et entretien
Au centre, rejet vigoureux de la ronce à fruits âgée d'un an ( à conserver) entourée de rameaux desséchés (à supprimer)

Quand et comment tailler ?

La taille du mûrier est essentiellement une taille de nettoyage. On gagne à l’effectuer entre mi-février et fin mars en fonction des régions, dès les premiers signes de la reprise de la croissance.  Il est alors plus facile d’identifier avec certitude les organes à tailler et ceux à conserver.

Taille des tiges desséchées

Commencez par couper proprement à la base les rameaux secs : ils se reconnaissent aisément à leur couleur grise et sont cassants. Ils seront remplacés par de nouveaux rejets issus de la souche. Supprimez également quelques rameaux trop âgés (plus de 3 ans) qui auraient échappé à une taille précédente.

Que faire des rejets ?

Certains (les plus robustes) sont destinés à renouveler la ramure de la ronce à fruits. Ce sont eux qui assureront la production de baies dès l’année suivante. Ils sont donc à conserver, au nombre de 3 à 4 par pied. Les rejets les plus frêles ou mal placés, en revanche, pompent inutilement la sève.  Plutôt que de les couper à la base, récupérez-les en prélevant un maximum de racines, comme cela se pratique aussi pour les framboisiers. Vous pouvez ainsi multiplier le mûrier à moindre frais et les installer immédiatement ailleurs au jardin ou les faire patienter en pot.

tailler des muriers sans epines
La taille du mûrier est cible en fonction de l'âge des rameaux. Ici, un noisetier (sur la gauche) rend compliqué le palissage en éventail.

 

Rameaux âgés de 1 an

Les rameaux âgés de 1 an n’ont pas encore donné le meilleur d'eux-mêmes. Contentez-vous de retirer les reliquats de fleurs ou de baies de l’an passé. Accompagnez leur croissance à venir en les palissant en éventail sur un grillage ou sur des fils de fer tendus.

Taille des rameaux âgés de 2 ans

Ces rameaux ont déjà porté des fruits l’an passé. Etêtez-les en taillant de biais juste au-dessous de la partie terminale sèche et grisée. Vous n’aurez pas besoin de mastic, le mûrier cicatrise par lui-même rapidement. Arquez-les ensuite et palissez-les le plus possible à l’horizontale pour favoriser le départ de nouvelles pousses porteuses à leur tour de bouquets de fleurs.

Palissage

Dans tous les cas, la taille du mûrier sans épine est l’occasion d’ajuster son palissage.  Comme pour les rosiers, les rameaux attachés sur des fils de fer tendus à l’horizontale produisent davantage de fleurs, donc de fruits.

Utilisez des liens souples ou des pinces-attaches prévues pour les petits fruits, sans serrer les rameaux pour ne pas les étrangler.

Si vous ne disposez pas d’un grillage support ou d’un treillis à l’arrière (le treillis soudé est ici économique, astucieux et vraiment très pratique), disposez plusieurs étages de fils tendus entre des poteaux bois, le premier à 30 centimètres au-dessus du sol, les suivants à 40 ou 50 centimètres plus haut.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *