Accueil » Le jardin d'ornement » Rosier de Banks, florifère à l’extrême !
rosa banksiae

Rosier de Banks, florifère à l’extrême !

Originaire de Chine et rustique (-15°C) même s’il n’aime pas vraiment le froid, le rosier de Banks (Rosa banksiae) est l’un des rosiers lianes les plus généreux ! Dans ce groupe, tous sont des grimpants à la somptueuse floraison.

Sans épines !

Rosa banksiae produit depuis la souche de vigoureux sarments, souples, et – chose étrange pour un rosier – totalement dépourvus d’épines (inermes). Au fil des ans, les branches principales du rosier de Banks s’allongent,  pouvant atteindre une dizaine de mètres de longueur !

Florifère à l’extrême, ce rosier liane l’est assurément ! Il se couvre en effet dès le mois d’avril d’une ribambelle de petits (2 cm de diamètre) pompons jaunes ( Rosa banksiae lutea), roses (Rosa banksiae rosea) ou blancs (Rosa banksiae plena « alba »), réunis en grappes compactes. Seule (petit) bémol, ces fleurs simples ou doubles n’exhalent qu’un trop léger parfum – les rosiers nous offrant habituellement mieux ! –

Les petites feuilles vert sombre persistent longtemps sur les rameaux (jusqu’à fin décembre) avant de tomber dès que le froid s’intensifie. Sous climat doux, le feuillage peut néanmoins demeurer totalement ou en partie en place toute l’année.

L’écorce n’est pas en reste d’un point de vue décoratif. Les jeunes rameaux, d’un joli vert, s’ornent de larges stries longitudinales brunes à grises à mesure que l’écorce vieillit.

rosa banksiae lutea
Rosa Banksiae luteau à l'assaut d'un arbre mort. ©Jardipartage, jardin privé (64)

Où le cultiver ?

Peu exigeant du côté du sol, le rosier de Banks se plaît dans tous les types de terres, même calcaires. Il résiste  bien à une sécheresse passagère et apprécie par ailleurs un bon drainage à ses pieds.

Côté exposition, Rosa banksiae raffole de chaleur pour fleurir généreusement. En climat frais, il affectionne donc une exposition bien ensoleillée contre un support lui restituant la nuit, un peu de douceur accumulée en journée. En climat plus chaud, une exposition à la mi-ombre est préférable pour éviter l’apparition d’oïdium, une maladie qui se manifeste surtout lorsque ce rosier grimpant n’est peu ou pas arrosé.

A palisser

Ce rosier liane trouve naturellement place contre un mur mitoyen, un treillage, une clôture, une façade de maison, ou s’utilise pour couvrir rapidement une pergola. Mais il faut le palisser, car il est dépourvu de vrilles ou de crampons ! Grâce cependant à la densité de l’entrelacement de ses sarments, il s’approprie toutefois  toutes les structures à proximité et part même parfois à l’assaut des arbres !

Quel entretien ?

Palissez les sarments au fur et à mesure de leur croissance jusqu’à couvrir complètement le support qui lui est destiné.

Ramenez dans la mesure du possible à l’horizontale les branches principales En ralentissant la sève de cette façon, les branches secondaires se ramifieront davantage et seront plus florifères.

rosier de banks
Les petites fleurs très doubles du rosier de Banks sont réunies en grappes. © Jardipartage 

Quand et comment tailler ?

Ce rosier liane n’est pas remontant : il ne fleurit donc qu’une fois dans l’année, au printemps. Mais il offre en échange un spectacle attendu avec impatience chaque année !

Après la floraison

Dès la fin de la floraison, une taille légère a pour but de débarrasser l’arbuste de ses fleurs sèches. Profitez-en pour supprimer le vieux bois, les branches trop proches les unes des autres ou qui se croisent. Ramenez ensuite les pousses secondaires à 10/15 centimètres des charpentières en conservant entre 3 et 5 ramifications. 

En cours d’été

La belle-saison est une période de forte croissance pour Rosa banksiae. Le rosier fait naître de juillet à septembre de longs sarments. Suivant la place dont vous disposez, coupez court ces nouvelles pousses ou  laissez-en quelques-unes se développer ; elles viendront alors étoffer l’arbuste ou permettront de renouveler régulièrement certains autres sarments vieillissants situés à proximité.

ecorce rosier de Banks
L'écorce du Rosier de Banks est aussi décorative ! © Jardipartage

Sensibilité aux maladies

Le rosier de Banks est peu sensible aux maladies qui affectent classiquement ses congénères buissons, en particulier au Marsonia (maladie des tâches noires). Néanmoins, les jeunes pousses présentent parfois, en climat très chaud, des traces d’oïdium. Un ou deux traitements espacés à la bouillie nantaise suffisent à assainir le feuillage.

Quand et comment le bouturer ?

Fin novembre ou début décembre, prélevez des rameaux secondaires de 15 à 20 centimètres de longueur en les coupant juste sous le premier nœud.

Retirez toutes les feuilles du bas pour ne garder que les 2 ou 3 plus hautes. Repiquez les boutures préparées par 3 ou 4 dans un pot en terre cuite rempli d’un mélange de terre de jardin et terreau (moitié-moitié).

Maintenez humide et conservez tout l’hiver à l‘abri des gelées, au pied d’un mur ensoleillé ou sous châssis froid par exemple.

Au printemps, lorsque les plants manifestent des signes de croissance, rempotez individuellement chaque bouture dans un pot plus grand. Chacun des nouveaux rosiers créés pourra être planté en pleine terre dès l’automne suivant.

Lady Banks

Rosa banksiae, que l’on appelle Outre-Manche Rosier de Lady Banks, rend hommage à l’épouse de Joseph Banks, surintendant du célèbre jardin botanique de Kew situé dans l’Ouest londonien. Il fut rapporté de Chine à la fin du XVIIIème siècle ou au tout début XIXème par le botaniste écossais William Kerr (en anglais), lequel est aussi connu pour avoir rapporté dans ses valises et introduit les Pieris ou encore le genre Nandina

En France, le rosier de Banks fait une apparition plus tardive, d’abord sur le littoral varois (à Toulon). Rapidement cultivé en pleine terre, on le trouve encore fréquemment qui se prélasse sous le soleil de la Côte d’Azur, fleurissant généreusement chaque début de printemps en forçant l’admiration.

Partagez votre avis

A propos de Bruno Nunez

Jardinier du côté de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les végétaux et l'univers du jardin. Des infos, des expériences, des portraits de plantes, les animaux, le bien-être par les plantes...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, du naturel avec une bonne dose de bon sens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.