Accueil » Jardiner » Eleagnus ou chalef, un arbuste aussi utile que beau !
Elaeagnus x ebbingei

Eleagnus ou chalef, un arbuste aussi utile que beau !

Eleagnus ou chalef, un arbuste aussi utile que beau !
Partagez votre avis sur cet article !

On le désigne le plus souvent sous son appellation scientifique d’« Elaeagnus » ou “eleagnus“, plus rarement par sa dénomination commune de chalef. Mais sous ces deux termes se cachent en réalité deux sous-espèces ( Elaeagnus ebbingei et Elaeagnus pungens), chacune se déclinant en plusieurs  variétés.  Des arbustes robustes, rustiques, capables de résister à une période de sécheresse, aux maladies, mais aussi à la pollution des villes. Des arbustes au feuillage passe-partout, à privilégier pour apporter du vert là où d’ordinaire il n’y en aurait pas. Des arbustes utiles aux oiseaux, aussi, qui se délectent, en automne,  au moment où la quête de nourriture devient un enjeu majeur de survie pour eux, des délicieuses baies noires qui leur sont offertes.  Petit focus sur un arbuste aussi utile à la biodiversité que beau !

chalef argente tailleUn arbuste peu exigeant

Côté sol, l’Eleagnus s’accommode d’à peu près tout ce qu’on lui offre !

Plantez-le en terre fraîche, ou sèche. En terrain ordinaire, fertile, et même pauvre ! Dans un sol argileux, calcaire. L’Eleagnus s’adaptera à toutes les situations, à condition toutefois que la terre, à ses pieds, se trouve bien drainée, et que l’humidité n’y soit pas stagnante. Il est même une espèce de choix en bord de mer, où il se montre apte à supporter les effets des embruns tout autant qu’il les atténue ! Sa résistance parle d’elle-même.

Côté exposition, il préférera le soleil, même s’il tolère la mi-ombre.

Il pourra être planté en haie, isolé, ou servir de fond vert à un massif de vivaces ou, encore, en haie taillée, pour cloisonner l’espace. Cependant, comme le chalef se montre vigoureux et d’une croissance rapide, il n’est pas rare qu’il atteigne, adulte, les 3 mètres de hauteur pour autant d’étalement. Offrez-lui donc la place qu’il mérite, en espaçant vos arbustes de 80 cm à 1 m de distance à la plantation.

Comment le tailler ?

Pour obtenir un arbuste au port naturel, l’année suivant la plantation, il est nécessaire de le tailler deux fois : la première au cours du printemps ( en mai), la seconde, en début d’automne ( septembre). On oblige ainsi  l’Eleagnus à produire de nouvelles pousses, à se ramifier aussi et ainsi éviter qu’il ne se dégarnisse à la base.

Les années suivantes, une taille par an, en juin, suffit à conserver la forme globale. Il est d’ailleurs plutôt judicieux d’effectuer cette taille au moyen d’un simple sécateur, plutôt qu’au taille-haie, pour ne pas abîmer le feuillage.

L’Eleagnus est aussi un arbuste qui se prête bien à l’art topiaire, notamment parce qu’il est assez aisé de le  former en boule ou en cône, pour apporter du volume ou un peu de fantaisie à votre jardin.

Son principal atout : le feuillage

On choisit un chalef, avant tout, pour la beauté de ses feuilles coriaces et persistantes, vertes, parfois panachées de jaune suivant les variétés.  Ses fleurs en clochettes crème ou jaunes apparaissent en automne. Plutôt discrètes visuellement, elles sont olfactivement bien présentes, dégageant un doux parfum proche de l’odeur du muguet. Les baies noires qui en découlent offrent à la petite faune un repas qu’elle apprécie.

leurs eleagnus ebbingei

Quelques variétés ou cultivars :

Eleagnus ebbingei

C’est le chalef classique, le plus répandu. Rustique, résistant, au feuillage dense vert foncé, ponctué, qui contraste avec un revers gris argenté, mat.

Le chalef « Gilt edge »

Un arbuste aux feuilles vernissées vert sombre, marginées d’une bande jaune d’or. Il est moins rustique que la variété type (jusqu’à -10°C environ) et exige un suivi de taille  car toutes les feuilles vertes doivent être supprimées pour conserver l’effet « panaché ». En contrepartie, il apporte de la lumière dans un jardin sombre.

Eleagnus « lime light »

D'une rusticité proche du précédent, développe des feuilles vertes qui se tachent, de manière discontinue, en vieillissant, de jaune et vert pâle. Cette variété est idéale en sujet isolé pour que puisse s’admirer la beauté du feuillage.

Eleagnus « Viveleg » 

C'est un cultivar récent, assez proche de « Gilt edge » dont il se distingue par des couleurs plus régulières (feuilles vertes clairement marginées de jaune).

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

4 Commentaires

  1. Bonjour,

    Je possède une haie avec des eleagnus limelight.
    Les nouvelles pousses sont toutes vertes et non vertes/jaunes.
    Faut-il les couper ou deviennent elles vertes/jaunes par la suite svp?

    Merci.

    • Bonjour,

      L’Elaeagnus limelight est issu d’un croisement entre 2 variétés. Il arrive fréquemment que le caractère de l’Elaeagnus classique (aux feuilles vert-gris) s’invite. Il faut couper au plus vite ces pousses toutes vertes pour conserver l’unité et la beauté du feuillage hybride. Vous en verrez apparaître régulièrement, coupez-les à chaque fois sans attendre. Ce problème est aussi fréquent dans le cas des fusains du Japon aux feuillages panachés (Euonymus japonica)

  2. Bonjour,

    Merci pour l’article sur Eleagnus.
    J’ai entendu que l’Eleaganus est intéressant à associer à une noyeraie en vue d’augmenter la production.
    En auriez-vous entendu parler?

    Bien à vous

    • Bonjour Damien,

      Non, je n’ai jamais entendu parler de cette association. Mais elle m’étonne fortement. Les noyers produisent en effet une substance toxique (la juglone) présente dans leur feuillage, branches et racines qui sont des inhibiteurs de croissance pour les plantes à proximité de l’arbre. Peut-être alors que la juglone n’a aucun effet sur l’éleagnus ? A vérifier.

      Bonne soirée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *