Arbustes caducs

Le sumac de Virginie s’enflamme !

Dès le début du mois d’octobre, le sumac de Virginie (Rhus typhina) se pare de son plus beau costume automnal. Il n’est bientôt plus qu’une torche flamboyante qui illumine un coin sombre du jardin en déclin. Avec le sumac de Virginie, spectacle assuré au jardin !

Ce qu’il faut savoir :

Nom botanique : Rhus typhina
Nom courant : Sumac de Virginie, amarante
Famille : Anacardiacées
Origine : Amérique du Nord
Hauteur et étalement : Le sumac de Virginie atteint 4 à 7 m de hauteur. Il forme un petit arbre ou un gros arbuste présentant une silhouette élégante, composée de plusieurs troncs à la disposition harmonieuse.

Racines : Les racines drageonnantes du sumac sont envahissantes.
Feuilles : Le feuillage est caduc. Les rameaux épais et duveteux portent au printemps de longues feuilles alternes aux folioles vertes et à bords dentés, offrant de superbes couleurs orange ou rouge en automne. Les couleurs du sumac de Virginie sont d’autant plus éclatantes que l’été a été beau, chaud et relativement sec.
Fleurs : Les nombreuses fleurs jaune pâle ou rougeâtres apparaissent au cours de l’été. Elles sont groupées en épis dressées dont la forme rappelle celle d’une flamme. Elles laissent ensuite progressivement place à de petites baies pourpres ou rouge Bordeaux.
Fruits : Les grappes de fruits rouges du sumac de Virginie sont très décoratives. Elles restent en place sur l’arbre dénudé tout l’hiver.

Exposition : Au soleil pour profiter pleinement de couleurs d’automne resplendissantes.
Sol : Toute bonne terre de jardin convient, sauf les sols trop lourds. De plus, le sumac de Virginie tolère les sols calcaires sans montrer des signes de chlorose.
Rusticité : Contrairement aux sumacs persistants, le sumac de Virginie perd ses feuilles en hiver mais résiste très bien au froid.

Comment tailler un sumac de Virginie
Le sumac de Virginie développe une jolie forme sans nécessiter de taille © DepositPhotos

Où planter un sumac de Virginie ?

Rhus typhina fait partie de ces arbres qui attirent l’attention. Son emplacement doit donc être pensé avec soin pour en tirer le meilleur parti.

Vous pouvez planter le sumac de Virginie :

  • En isolé, sur une belle pelouse. Choisissez alors un endroit où il sera placé en point de mire. Il éclairera le coin de jardin retenu tout l’automne et une bonne partie de l’hiver.
  • Avec des plantes vivaces fleuries et des arbustes bas qui profiteront de son ombre.
  • Ou dans un endroit où il sera visible de l’intérieur de la maison, au travers d’une grande fenêtre ou d’une véranda.

Évitez cependant de le planter en haie car ses racines très drageonnantes ont besoin d’espace et concurrenceraient donc les espèces voisines.

Comment planter un sumac de Virginie ?

La plantation d’un sumac de Virginie acheté en conteneurs peut être effectuée au printemps ou en automne.

  • Installez l’arbuste dans son trou : il ne doit pas être planté trop profond ; les racines superficielles doivent être recouvertes de seulement 2 à 3 cm de terre.
  • Rebouchez puis tassez bien la terre avec vos mains.
  • Arrosez généreusement pour finir après la mise en place d’un paillage.

Comment entretenir un sumac de Virginie ?

Facile à cultiver, le sumac de Virginie se contente de peu d’entretien.

Arrosage : Une fois installés, les sumacs supportent très bien les périodes de sécheresse. Passée la première année, il devient inutile de les arroser. Cependant, un paillage au pied de l’arbuste permet de ralentir le dessèchement de la terre.

Comment tailler le sumac de Virginie ? Le sumac de Virginie n’a pas besoin d’une taille régulière. Si besoin, vous pouvez cependant le tailler légèrement afin d’équilibrer sa ramure. A l’aide d’un sécateur, supprimez les branches gênantes à la fin de l’hiver, au mois de mars, avant le redémarrage de la végétation.

Sumac de Virginie automne
Le sumac de Virginie s’enflamme en automne ! © Jardipartage

Quelle variété de sumac choisir ?

La famille des sumacs ou Rhus est vaste : elle comporte environ 200 espèces d’arbustes, certains à feuilles caduques, d’autres persistantes.

Le sumac de Virginie, Rhus typhina : Au-delà de la variété classique, on trouve facilement le sumac de Virginie laciniata ou dissecta, plus compact et moins haut (2 m de haut pour 3 m de largeur). Il présente des feuilles finement découpées qui ressemblent à celles des fougères.

Le vinaigrier ou sumac vinaigrier, Rhus glabra.

Le sumac de Potanin, Rhus potaninii : Originaire d’Asie, ses feuilles sont tout aussi colorées en automne que le sumac de Virginie mais il produit des grappes de fruits rouges pendantes en septembre. Hauteur : 10 m et Largeur : 6 m

Le sumac de Chine, Rhus chinensis : Une espèce moins courante mais très décorative de 3 m de hauteur pour environ 4 m de largeur. Sa particularité vient de ses feuilles crénelées portées par 2 rachis à ailettes. Hauteur : 3 m et Largeur : 6 m

Le copal, Rhus copallina : Plus compact et moins haut, ce sumac présente lui aussi des feuilles à rachis ailé. Elles virent en automne au rouge pourpre brillant. Ses fleurs blanches ou verdâtres forment des panicules denses et sont suivies de nombreux petits fruits rouges décoratifs. Hauteur : 2 m et Largeur : 2 m

Le sumac vénéneux, Rhus toxicodendron : Toutes les parties de cette plante sont très toxiques comme son nom l’indique. Mieux vaut donc éviter de le cultiver !

Ses défauts : un peu trop envahissant !

Le sumac de Virginie développe de longs rhizomes près de la surface sur lesquels apparaissent régulièrement de jeunes sujets. Il est donc difficile de se débarrasser d’un sumac de Virginie directement planté en pleine terre.

Cependant, ce caractère envahissant peut être contenu facilement. Il suffit de planter Rhus Typhina dans un gros conteneur en plastique dont le fond aura au préalable été découpé. Les racines superficielles butteront sur les parois alors que celles plongeant en profondeur, non drageonnantes, pourront se développer.

Rhus typhina automne
En automne, le feuillage du sumac de Virginie rougit complètement © Jardipartage

Est-ce que le sumac de Virginie est toxique ?

Attention également, la sève du sumac de Virginie est toxique. Pensez à porter une paire de gants lorsque vous manipulez l’arbre ou que vous taillez ses branches. Les enfants peuvent en revanche jouer à proximité sans danger immédiat.

Comment multiplier le sumac de Virginie ?

Il est très facile de multiplier un sumac de Virginie en récupérant ses rejets afin de les replanter immédiatement ailleurs.

Des boutures de racines sont également possibles au mois de novembre : Préparez des tronçons de 10 à 15 cm de longueur. Chacun donnera au printemps un nouveau plant !

16 commentaires

  1. Bonjour,
    Mon voisin a un Sumac dans son terrain à environ 3 mètres de ma clôture. Au début j’ai arraché les jeunes pousses qui étaient chez moi (l’odeur est hyper désagréable) cela dure depuis plus de 5 ans, ce voisin n’est pas des plus coopératif (il y a une vingtaine d’années je lui ai déjà fait enlever ses peupliers car un jour de grand vent, 1 s’est cassé et est tombé chez moi . Grosse frayeur.
    Maintenant avec tout ce que je viens de lire je suis très inquiète de l’avenir de mon jardin et de mon terrain.
    Pouvez-vous me dire quoi et comment faire pour ne plus être envahie.
    Grand merci pour vos conseils

  2. Bonjour
    j’ai un jardin et potager, n’ai pas planté de sumac mais il y en avait 3 quand j’ai acheté que j’ai fait abattre, mon fils étant allergique. Ce sont les sumacs que l’on voit sur la route et autoroute, les miens avaient un diamètre de 25 et 50 cm et plus hauts que la maison. Depuis j’ai plein de petits rejets partout, même à 20 mètres des pieds. Mon jardin ressemble aux tranchées de Verdun et j’ai des racines qui me viennent de mon voisin qui a décidé de les tondre. Je veux enlever les souches mais y aurait il quelque chose à faire avant pour tuer les racines? J’ai lu qu’on pouvait percer le tronc et y mettre du vinaigre ou de l’ail ou du sel d’epson(sulfate de magnésium). Est ce efficace? Lequel? Et comment venir à bout de cette cochonnerie(j’ai 1600 m carré) sachant que les voisins ne font rien en plus? J’ai déjà enlevé des racines fines comme un fil que j’enlève délicatement(10à 30 cm) comme des racines épaisses comme le petit doigt de 5 m de long au moins. J’en enlève 1 à 2 seaux par jour de nouvelles pousses soit 3h au moins. Merci si vous avez des solutions.

  3. Bonjour,
    j’hésite à planter cet arbre chez moi bien que je le trouve magnifique. Son coté très invasif et toxique me freine.
    Auriez-vous des suggestions d’arbustes qui ressemblent au Sumac ?

    Merci d’avance

    1. J’ en ai un depuis 3 ou 4 ans , il est magnifique. J’ ai des chats et un chien et jamais eu de problème de toxicité et quant à son coté invasif mon parterre n’ en souffre pas. Il suffit de coupé ( je ne l’ ai fait que 3 fois ) les petites pousses qui sortent. En automne il est grandiose , ses couleurs sont exceptionnelles

  4. Bonjour,
    J’ai un beau soumac de 15 ans dans mon jardin, mais la pelouse qui l’entoure dépéri…
    J’ai retourné la terre l’an passé et re semer une belle herbe qui a bien pris, (j’avais déjà fait ça il y a 8 ans) mais après un an déjà je vois que l’herbe disparait…
    En plus chaque année je re sème de l’herbe pour boucher les espaces vides.
    Est ce du à l’acidité du soumac ?
    Y a t il un moyen d’avoir de l’herbe autour de cet arbre ou est ce peine perdu ?

    1. Bonjour,

      L’arbuste est très traçant et le suc épais et jaunâtre qu’il produit est acide, pouvant causer des irritations de la peau. Si vous le taillez régulièrement, peut-être ce suc s’est-il diffusé jusqu’au sol, brûlant le gazon au pied ? Autre hypothèse: les racines ont exsudé une substance toxique pour les plantes alentours…technique mise en place par certains végétaux pour lutter contre la concurrence. En travaillant le sol, il faut absolument éviter de blesser les racines du sumac.

  5. Bonjour.J’ai des sumacs dans mon jardin et je viens de rentrer de 4 semaines de vacances et j’ai mon gazon envahie de repousses de sumacs et c’est bien la preimière fois que j’en ai autant à la fois , c’est l’horreur.Comment devrais je m’y prendre pour me débarrasser de ces repousses et surtout éviter d’en avoir autant. Est ce que le fait d’avoir « blessé » ses racines avant de partir peut expliquer cette prolifération. Merci

    1. Bonjour Serge,

      Bien que très beau, le sumac est en effet très invasif. Et l’arbuste réagit à la moindre blessure en drageonnant encore plus ! Le seul moyen de le contenir est de déraciner complètement chacun des rejets, ce qui a pour effet de ralentir sa progression, mais pas de la stopper. La lutte s’annonce malheureusement difficile.

      1. Bonjour
        j’ai un jardin et potager, n’ai pas planté de sumac mais il y en avait 3 quand j’ai acheté que j’ai fait abattre, mon fils étant allergique. Ce sont les sumacs que l’on voit sur la route et autoroute, les miens avaient un diamètre de 25 et 50 cm et plus hauts que la maison. Depuis j’ai plein de petits rejets partout, même à 20 mètres des pieds. Mon jardin ressemble aux tranchées de Verdun et j’ai des racines qui me viennent de mon voisin qui a décidé de les tondre. Je veux enlever les souches mais y aurait il quelque chose à faire avant pour tuer les racines? J’ai lu qu’on pouvait percer le tronc et y mettre du vinaigre ou de l’ail ou du sel d’epson(sulfate de magnésium). Est ce efficace? Lequel? Et comment venir à bout de cette cochonnerie(j’ai 1600 m carré) sachant que les voisins ne font rien en plus? J’ai déjà enlevé des racines fines comme un fil que j’enlève délicatement(10à 30 cm) comme des racines épaisses comme le petit doigt de 5 m de long au moins. J’en enlève 1 à 2 seaux par jour de nouvelles pousses soit 3h au moins. Merci si vous avez des solutions.

  6. Bonjour
    Ai planté un sumac dans un parterre de 1mx1m..
    Ce parterre se trouve au milieu de ma terrasse de pavés qui sont posés sur un stabilisé de ciment et sable de rhin.
    Ai mi une barrière antirhyzome à 40 cm autour de la motte.
    Mais mon sumac se meurt. En tout cas les feuilles sont sèches tombent déjà oranges alors que nous sommes debut août. Même les quelques pousses se meurent.

    EST CE PARCEQUE :

    1) un côté de la motte, on va dire le tiers, est contre cette barrière antiryzomes.
    2) Je n’ai pas ajouté de terreau à ma terre de jardin très lourde et glaise et que j’ai alors trop arrosé ? J’ai aussi plongé la motte dans l’eau 20 min avant plantation.
    3) ou il faisait trop chaud à la plantation (32 degres)
    Je l’ai acheté en pot de 40 cm diamètre quelques jours avant et il avait bonne mine pourtant dans son pot…

    Merci pour votre réponse sur mon mail.

    1. Bonjour,

      La couleur des feuilles qui vire prématurément aux couleurs automnales, cela ressemble à un manque d’eau. D’autant plus que la plantation a été réalisée au cours d’une période chaude. Pour rappel, les plantes vendues en conteneurs peuvent être installées en terre toute l’année mais il vaut mieux éviter les périodes de grand froid et de sécheresse.
      Je ne suis pas certain non plus pour le bâti que ce soit une bonne idée de planter cet arbuste très drageonnant et envahissant au beau milieu d’une terrasse pavée. Attendez la fin du mois de septembre pour le déplacer au besoin.

  7. Bonjour, étant propriétaire d’une maison avec un vide sanitaire d’une trentaine de centimètres de profondeur, j’aurais voulu savoir si le sumac de Virginie était considéré comme étant un arbre destructeur de maison, car je possède trois sumac planté contre ma maison. Y a-t-il un risque à la longue, ou je ne dois pas m’inquiéter.???

    De mémoire, ma famille possède de nombreux sumac planté chez eux, leurs racines rampe sur le sol, mais aucun planté contre la bâtisse. Je sais donc que cette arbre est très envahissant.

    1. Bonjour Vincent,

      Quel que soit l’arbre ou l’arbuste, il est toujours déconseillé de planter à moins de 10 mètres de la maison, les racines (mais également les parties aériennes) peuvent mettre à mal le bâti. Contre la maison, seules des vivaces/annuelles sont conseillées.
      Concernant le sumac de Virginie, qui à l’âge adulte peut s’élever de 4 à 6 mètres, le principal problème est son caractère traçant qui va faire qu’au fil du temps, il va coloniser les abords de la maison. Ses racines traçantes peuvent être stoppées par des barrières anti-rhizomes prévues au moment de la plantation. Dans votre cas, je pense qu’il serait plus sage de retirer touts les sujets, mais cela doit malheureusement entraîner de lourds travaux. Je ne sais pas vous dire en revanche comment se comporte les racines du Sumac avec les canalisations d’eau enterrées aux abords de la maison ou avec les fondations.

  8. Mince moi je ne connaissais pas ce sumac de virginie. En regardant votre photo là c’est vrais que les couleurs d’automne en font un petit arbre très joli.
    Je viens d’aller jeter un oeil sur d’autres images et on aperçoit des manteaux orange rouge très joli aussi. Et même dans son vert classique le sumac reste malgré tout très élégant.

  9. J’aime beaucoup les couleurs flamboyantes du sumac, dommage qu’il soit aussi envahissant, c’est pour cela que je n’en ai pas plante dans le jardin. Je n’avais jamais pense a le mettre dans un conteneur…
    Ton blog est tres interessant !!

    1. Bonjour Sylvie,

      Merci pour ce sympathique commentaire. Contenir le sumac est en effet indispensable. C’est vrai que ce caractère invasif rebute beaucoup de jardiniers mais il est tellement beau en automne…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page