Jardiner au printempsPotager bio

Le raifort : une racine qui monte au nez !

On l’aime ou on le déteste, le raifort ! Plante condimentaire vivace et robuste de la famille des Brassicacées, à l’origine sauvage, le raifort (Armoracia rusticana)  a gagné sa place dans le coin des aromatiques du potager, surtout dans le grand Est de la France. Sa racine râpée libère en bouche une saveur puissante de moutarde. Comment le cultiver ?

Comment faire pousser du raifort ?

La plante est vigoureuse et rustique. Elle forme une touffe de longues et larges feuilles vertes se développant au-dessus d’une racine pivotante. La floraison n’intervient qu’entre mai et juillet. Le raifort produit alors des tiges dressées portant des panicules de fleurs blanches terminales, juchées parfois à plus d’un mètre de hauteur.

A partir de l’automne, les feuilles jaunissent puis sèchent sur place avant de totalement disparaître durant l’hiver. Le raifort entre alors dans une période de repos hivernal bienvenue et puise sur les réserves de sa racine jusqu’au printemps.

Où le cultiver ?

Guère exigeant, le raifort apprécie les sols frais, meubles et profonds, riches en matière organique. Mais il sait aussi se contenter d’une terre ordinaire, même un peu lourde. Néanmoins, en sol trop riche, le développement de cette vivace se concentre sur le feuillage au détriment de la racine.

Côté exposition, le raifort supporte tout aussi bien les emplacements ensoleillés que la mi-ombre.

Installez la plante au printemps (mars-avril) à partir d’un éclat de racines d’une dizaine de centimètres de long ou d’un plant en godets. Une fois en place, la touffe est presque indestructible. Le moindre fragment laissé en terre, même petit, produit en effet une nouvelle plante dès l’année suivante. Ce qui est incontestablement un avantage pour multiplier le raifort, l’est beaucoup moins pour quiconque souhaite s’en débarrasser. Le raifort est donc parfois considéré à juste titre comme invasif, surtout si la plante est oubliée en terre plusieurs années de suite sans être dérangée le moins du monde !

le raifort c est quoi
Le raifort fleurit entre mai et juillet

Quel entretien prévoir ?

« On ne s’occupe jamais du raifort si ce n’est pour récolter ses racines ! » Cette phrase de Vilmorin résume probablement le mieux le faible entretien que nécessite cette condimentaire . Mis à part quelques arrosages, cette vivace à l’origine sauvage ne demande presque rien !

Après la floraison, vous pouvez tout de même raccourcir les pousses secondaires et couper à la base la tige florale défleurie pour renforcer la racine. C’est tout !

Quand récolter les racines de raifort ?

Si l’arrachage de la racine est possible dès l’automne de la première année de culture au potager, mieux vaut attendre la deuxième année après la plantation. Cette récolte, à effectuer à partir de septembre ou octobre, peut se prolonger jusqu’à la fin de l’hiver. Utilisez une fourche à bêcher pour soulever la totalité de la souche. Prélevez la quantité nécessaire, laissez le reste en terre. Il est difficile d’arracher la totalité de la racine sans la casser.

Conservation

Après arrachage, les racines de raifort se conservent dans le bac du réfrigérateur ou, à l’image des carottes et des panais, enfouies dans une caisse remplie de sable disposée dans un local frais et sombre. Le raifort tout juste râpé peut être congelé. On peut également le laisser infuser dans des fioles d’huile d’olive qu’il parfume.

Quel est le goût du raifort ?

La grande quantité de surnoms qu’il porte, radis de cheval, cran des Anglais, cran de Bretagne, poivre des pauvres,  moutarde des moines, témoigne de l’intérêt des hommes pour cette plante.

De nos jours, à l’image d’autres condiments, le raifort est employé pour relever des plats, des marinades, pour préparer des sauces à la crème fraîche ou une mayonnaise piquante. Il accompagne des crudités, des salades, des viandes froides ou encore des poissons crus (Sushi). Sa racine finement râpée présente une saveur de moutarde prononcée, piquante et poivrée, qui disparaît entre deux bouchées.

Très appréciée depuis longtemps en Angleterre et dans l’Est de l’Europe, son goût fort est utilisé pour préparer la « moutarde des Allemands, un produit disponible dans les épiceries fines ou sur le net.

Les jeunes feuilles peuvent aussi être consommées, crues ou cuites, à la façon des épinards.

Comment le multiplier ?

Le raifort se multiplie aisément par éclat de racines munies d’un bourgeon, à replanter idéalement dans une terre fraîche, mais pas forcément très riche.

Vertus médicinales, décoctions

Antiscorbutique

A l’époque des grandes explorations, le raifort intéressait tout particulièrement les marins. Facile à conserver et riche en vitamine C, la racine était embarquée pour lutter contre le scorbut, une carence entraînant l’inflammation des gencives et le déchaussement des dents.

Expectorante

Le spectre de ses vertus médicinales est cependant bien plus large. Son huile essentielle sulfurée est en effet réputée expectorante et permet de désencombrer les voies respiratoires dans les cas de bronchites et de grippes. L’huile essentielle de raifort est également appliqué en cataplasme pour soulager les douleurs articulaires, les rhumatismes ou encore les sciatiques.

Le goût puissant du raifort invite néanmoins à la prudence. La consommation de la racine est en effet contre-indiquée en cas d’irritation du système digestif. De la même manière, un cataplasme appliqué trop longtemps, ou trop fréquemment, peut conduire à une irritation de la peau !

Décoction de raifort

La décoction des feuilles et des racines de raifort ou, à défaut, une cuillère à café d’huile essentielle diluée dans 1 litre d’eau de pluie, aide à lutter naturellement en pulvérisation contre la moniliose du pommier.

Mis à jour le Nov 5, 2019 @ 16 h 40 min

Tags

Bruno Nunez

Jardinier près de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les plantes et le jardin à travers des conseils de jardinage, des astuces, des expériences, des portraits...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, avec une bonne dose de bon sens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer