Accueil » L'été » La mineuse des agrumes
reconnaitre mineuse agrumes

La mineuse des agrumes

La mineuse des agrumes
Partagez votre avis sur cet article !

La mineuse des agrumes (Phyllocnistis citrella) est une véritable plaie pour les arbustes du genre Citrus, en premier lieu desquels les citronniers. Apparue en Corse en 1994, ce petit lépidoptère sévit désormais chaque année du printemps à l’automne en plusieurs générations.

L’attaque se réalise en deux temps. Au printemps, les adultes s’accouplent. Ils passent alors souvent inaperçus car ils sont petits (4 mm de longueur) et portent des couleurs communes (blanc argenté). La femelle pond ses œufs sur la face inférieure des jeunes pousses du citronnier, généralement en bordure de la nervure principale.

citronnier mineuse des agrumes
Un jaunissement du feuillage du citronnier peut être le signe d”une attaque généralisée de la mineuse des agrumes. (Photo A.A)

Lorsque les larves éclosent, elles s’enfoncent dans l’épiderme de la feuille. Au fur et à mesure de leur croissance, ces chenilles jaunâtres et aplaties deviennent de plus en plus visibles. Tout comme leurs dégâts. Elles creusent des galeries et se nourrissent des tissus jeunes et tendres des feuilles. Les feuilles plus âgées, déjà lignifiées, sont délaissées.

Reconnaître une attaque de la mineuse des agrumes

Les feuilles attaquées par la mineuse des agrumes présentent des reflets argentés qui font immédiatement penser à des traînées de bave de limaces. En observant de près, des galeries sinueuses sont visibles. Les bords des feuilles du citronnier s’enroulent également. Les feuilles jaunissent, sèchent, la photosynthèse est fortement perturbée. Si rien n’est entrepris, la feuille finit par tomber.

Lutter contre la mineuse des agrumes.

La lutte est d’abord préventive et passe par une surveillance régulière et une observation attentive des jeunes pousses, notamment de leur partie inférieure.

produit mineuse des agrumes
Les galeries (en blanc) de la mineuse sont bien visibles sur cette feuille de citronnier. (Photo A.A)

Il semblerait que la proximité de plants de romarin soit un bon répulsif naturel pour ce petit lépidoptère.

L’utilisation au printemps (courant avril) de pièges à phéromones spécifiques est également efficace. Par ce procédé, seuls les adultes mâles sont capturés. L’accouplement ne pouvant avoir lieu, les pontes sont évitées.

Quand la maladie est avérée, seul un insecticide polyvalent (mais polluant) semble efficace. L’emploi du Bacillus Thuriengensis, produit homologué pour un usage biologique, est à l’étude. Son pouvoir de pénétration des tissus étant faible, je ne pense cependant pas qu’il parvienne à éradiquer les chenilles. Il est plutôt à réserver pour des chenilles aux moeurs « de surface ».

Dans tous les cas, coupez et brûlez avec soin toutes les parties atteintes.

Les feuilles de votre citronnier sont recroquevillées mais aucune trace de galeries n'est présente ? Cet autre article consacré aux maladies du citronnier peut vous intéresser !

A propos de Bruno Nunez

Je m’appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l’univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes…bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l’ornement…Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

11 Commentaires

  1. Finalement, il a été possible de fortement restreindre l’action de mineuse des agrumes sans avoir le recours à des insecticides chimiques. Voici donc mon expérience complète, en espérant qu’elle puisse être utile.

    J’habite dans une région proche de Marseille, j’ai donc planté un beau citronnier courant février. Durant le mois de mai, le citronnier a eu une belle croissance sans difficulté. Toutefois, mi-juin, toutes les jeunes pousses du citronnier ont été attaquées. Il semble que cela soit la période d’action du parasite, quand la température dépasse les 20 °c. Effectivement, de bon matin, en secouant légèrement le citronnier, il était possible de voir une bonne cinquantaine de petits papillons argentés s’envoler et tourner autour du citronnier.

    J’ai donc passé commande, sur conseil de la pépinière de ma commune, de savoir noir en bouteille et d’huile de neem. Après quelques pulvérisations, il a semblé que la population de papillons s’est réduite et de bon matin il était possible de voir sur les feuilles des petits points blancs correspondants aux cadavres du papillon argenté.
    Mais les jeunes pousses du citronnier étaient toujours littéralement décimés. Par ailleurs, la pulvérisation de savon noir et d’huile de neem altérait la croissance des jeunes feuilles de citronniers en les déformant. En désespoir de cause, j’ai commandé des filets protecteurs pour éviter que le papillon puisse atteindre les jeunes pousses mais finalement cela n’a pas été nécessaire.

    En effet, la pulvérisation 2 fois par jour (1x le matin et 1 le soir) d’huile de neem et de savoir noir a fini par créer une cire sur les feuilles en quelques jours, ce qui a un effet cumulatif et semble très efficace. A ce jour, il ne me reste que quelques rares papillons argentés. Ils sont toujours là, un peu comme un cancer en rémission mais leur faible population ne suffit pas à gêner la croissance du citronnier.

    Donc en résumé, voici ce qu’il faut faire si vous êtes concernés par la mineuse des agrumes :

    1. dès mars, avril, taillez généreusement votre citronnier de manière à ce qu’il se développe rapidement jusqu’avant la période d’action de la mineuse mi-juin (à Marseille). La mineuse attaquant essentiellement les jeunes pousses, des feuilles auront eu le temps de se développer avec un beau feuillage immaculé.

    2. dès début juin, avant l’arrivée de la mineuse, commencez à traiter une fois par jour avec un mélange savoir noir + huile de neem (je mets environ 75 ml de savon noir + 50 ml d’huile de neem pour 2 litres d’eau dans mon pulvérisateur). Pulvériser les feuilles âgées mais pas les jeunes pousses (sinon leur croissance sera altérée et les feuilles seront déformées à l’âge adulte). (Ceci dit, ne vous inquiétez pas si quelques gouttes atteignent les jeunes pousses).

    3. Si de bon matin (aux températures fraîches, vers 6h30) vous constatez en secouant légèrement le citronnier qu’un nombre important de papillons volent et que beaucoup de feuilles sont atteintes. Dans ce cas, il faudra sans doute supprimer à nouveau toutes les feuilles contaminées et partir sur une application savoir noir + huile de neem 2x par jour. Ce traitement, appliqué rigoureusement chaque jour, sera efficace.

    Quelques astuces découvertes :

    – Pas la peine de saturer les feuilles du traitement. Une fois la feuille suffisamment mouillée, pas la peine de continuer à l’inonder, le savon finirait par s’écouler sur le sol, et cela fera exploser votre budget savon.

    – En cas de pluie, les feuilles seront lessivées et perdront leur cire protectrice. Il sera approprié de faire les premiers jours qui suivent 2 applications par jour (matin et soir).

    – Attention, l’huile de neem est un perturbateur endocrinien. Veuillez à bien nettoyer les citrons avant consommation. En outre, elle perturbe les abeilles et la pollinisation peut être gênée. Il est possible d’attendre la fin de la période de floraison pour commencer le traitement (mais pas trop !).

    – Le savon noir (à base de cendre) semble nourrir le citronnier par voie foliaire (par les feuilles). Les feuilles traitées ont un bel aspect brillant et tendent vers un vert/jaune profond. De mon côté, j’ai profité de cet obligation de pulvérisation, pour y ajouter un peu d’engrais foliaire contenant du fer + magnésium. En effet, dans le sud, les terres sont très calcaires, les PH des sols très basiques. A cause de ce PH dans le sol, les plantes ne peuvent pas assimiler ni le fer ni le magnésium. Les feuilles sont souvent décolorées vers le jaune. Le résultat de cet ajout a été spectaculaire, le citronnier disposant désormais d’un vert vif et profond. Avec le traitement à base de savon qui lui donne un aspect ciré, je peux vous dire que le citronnier a des allures de super star ! Ceux de la jardinerie/pépinière de ma commune ont l’air bien ternes à côté !

    – Pensez à brûler les feuilles contaminées (en effet, sinon le parasite, sous forme de ver dans la feuille, continuera de se nourrir même la feuille coupée et arrivera à maturation comme papillon). Surtout ne mettez pas les feuilles coupées au pied de l’arbre !

    En vous souhaitant toute réussite dans vos plantations et en remerciant Bruno Nunez pour le site et les conseils,

    Franck83

  2. Franck (région PACA)

    Bonjour à tous,

    Je voudrais apporter mon témoignage sur le véritable combat qui je mène contre la mineuse des agrumes sur mes citronniers plantés en pleine terre qui se font littéralement décimer depuis mi-juin (J’habite proche de Marseille).

    Ce qui est fait actuellement :

    1. Élimination de tous les feuilles infectées (ce qui a abouti a l’ablation de la totalité des jeunes feuilles) et brûlage des feuilles.
    2. Plantation de 2 pied de romarin au sol.
    3. Pulvérisation mélange huile de Neem + Savon noir quasiment tous les soirs.

    Le matin, on constate effectivement des cadavres du papillon de la mineuse sur les feuilles. Cependant, le lendemain, on constate à la tombée de la nuit ou de matin tôt de nombreux papillons qui volent à nouveau autour du citronnier. Tous les jeunes feuilles sont à nouveau rapidement atteintes. Du coup, si on veut suivre le conseil de détruire les feuilles infectées, cela aboutit à la destruction de toutes les nouvelles feuilles !

    Bref, je me demande si c’est vraiment possible à éradiquer.

    Voici ma future stratégie et mes questions :
    1. le principe actif répulsif lié au Romarin est bien l’essence ? Dans ce cas j’ai commandé de l’huile essentielle de romarin que je vais ajouter à la pulvérisation.

    2. J’entends parler des oeillets d’inde également, efficace ?

    3. Je viens de commander des filets de protection que je compte mettre sur les jeunes plants après éradication complète. Les filets seront enlevés une fois que les feuilles auront été un peu développées.

    4. En désespoir de cause, si les précédentes solutions ne fonctionnent pas, je pense de plus en plus à m’orienter vers un insecticide à utiliser en dehors de la période de fructification. Peux on avoir plus de précision, je trouve des insecticides polyvalent, des systémiques et je n’y comprends pas grand chose. Quelle est la durée d’élimination par la plante de l’insecticide ? Y a t il une pollution du sol ?

    Merci beaucoup pour votre aide.

    • Bonjour Frank,

      Merci pour ce retour précis et complet qui éclairera tous ceux qui, comme vous, sont confrontés à ce véritable (et nouveau) fléau qu’est la mineuse des agrumes.
      Mes réponses aux questions:
      1. Dans le romarin, le répulsif est bien l’essence même aromatique de la plante. Une pulvérisation risque d’être donc plus efficace qu’une simple présence de la plante aux côtés du citronnier
      2. L’oeillet d’Inde est un répulsif des nématodes de la tomate. On l’associe donc à la solanacée dans ce but précis. Je n’ai jamais entendu parler de son efficacité contre la mineuse des agrumes.
      3. Le filet de protection à mailles fines risque d’être la solution la plus efficace et naturelle qui soit. Par contre, tenez-le éloigné des feuilles.
      4. Enfin, quelques précisions sur les insecticides. L’insecticide polyvalent ne cible pas exclusivement, par définition, la mineuse des agrumes. Il peut également se montrer efficace contre d’autres insectes, la cochenille par exemple. Un insecticide systématique est lui absorbé et véhiculé par la plante. Le principe actif se retrouve donc dans toutes les parties de la plante dans lesquelles circule la sève (racines, tronc, feuilles et fruits !). C’est un peu le principe du vaccin. Dans les 2 cas, le sol est contaminé, notamment s’il n’est pas protégé pendant la pulvérisation du produit.
      Cependant, je pense qu’il faut vraiment garder la solution de l’insecticide en dernier recours. Je crois à l’efficacité du filet (bien posé et fermé). Tenez-nous au courant 🙂

      • Merci bruno pour ces précisions.

        Effectivement, après réflexion, les filets de protection me semblent le plus adapté.

        Je fais quelques test de filets disponibles dans le commerce puis je reviens pour un retour.

  3. Bonjour,
    Peut on passer de la bouillie Bordelaise pour la mineuse? Ça fait trois fois que notre citronier perd toytes ses feuilles et fleurs et petits cirons tombent, nous craignons que notre arbre crève à la longue car nous pensons qu’il s’épuise. Par avance je vous remercie de vos conseils.

    • Bonsoir Nadine,

      Je vous le déconseille. La bouillie bordelaise, qui contient du cuivre, est en effet un anti fongique. Elle n’aura donc aucun effet sur la mineuse des agrumes qui est un insecte. Il faut ici pulvériser un insecticide d’origine naturelle ou un répulsif.

  4. bonjour,
    il m’a été dit et je suis en train de tester que de mettre un pied de romarin au pied des agrumes, éloigne la mineuse !!!
    de même des gousses d’ail à planter aux pieds des pêchers, çà, je l’assure , çà marche …
    à bientôt
    Luciole du Var

    • J’ai un citronnier contre un mur de restanque exposé plein sud. Il est entouré et surplombé par des romarins, la mineuse est cependant très active depuis 3 ans.

  5. Bonjour à tous !
    Vous pouvez remplacer utilement le savon noir par de l’huile de Neem, celle ci ayant des propriétés insecticides et fongicides connues depuis des millénaires en Inde.
    Celle que j’ai achetée sur ebay m’est livrée en bouteille plastic d’un demi litre de chez Serge d’Estel. Elle est vendue comme “huile de soin pour la peau et les cheveux. “Elle est figée comme de la graisse. Je pousse sur les flancs de la bouteille pour en extraire la valeur d’une cuillère à soupe et je la fais fondre dans 1 litre d’eau chaude à laquelle j’ai ajouté une cuillère à café de shampoing bio. Je pulvérise directement la mixture obtenue.
    Les champignons et les pucerons n’aiment pas du tout cette huile de Neem ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *