Accueil » La minute Jardin » Dossier limaces: Comment s’en débarrasser naturellement ?
anti limace maison

Dossier limaces: Comment s’en débarrasser naturellement ?

Malgré sa lenteur toute relative, la limace figure en tête des ravageurs du potager, surtout les années où un printemps humide suit un hiver globalement doux et pluvieux. Comment lutter contre les limaces tout en adoptant une pratique du jardinage respectueuse de l’environnement ? Beaucoup de jardiniers se posent cette question…Pour y répondre, voici un dossier complet listant ce qui marche…ou pas.

Réduire le nombre de cachettes

En journée, on a bien du mal à mettre la main sur les limaces. A l’image de petits vampires de plantes, elles fuient en effet le soleil et trouvent refuge peu après le lever du jour dans un coin sombre et frais…pour mieux en ressortir à la nuit tombée !

Une première façon de lutter efficacement et naturellement contre les limaces, c’est donc d’agir en prévention et de les priver de tous leurs abris potentiels. La chasse est donc lancée à tout ce qui traîne : les pots, les godets, les grosses pierres, les pavés ou encore les morceaux de planches éparpillés ça et là au jardin.

A moins, au contraire, de disposer savamment entre les cultures des cartons et des planches de bois.  Mais il faudra alors les retourner tous les jours, de préférence tôt le matin, afin de collecter les limaces et les escargots qui trouveront refuge dessous. Ne restera plus ensuite qu’à les déplacer dans un endroit où leur présence ne dérangera pas.

comment eloigner les limaces de mon jardin
Collecte de limaces et d’escargots après une bonne pluie, ©Jardipartage

Les paillis, un hôtel à limaces 5 étoiles !

Si elles protègent le sol du dessèchement ou du froid et contribuent à l’enrichir tout au long de l’année, les couvertures de sol de type paillis, mulch ou tapis de feuilles mortes, sont malheureusement aussi de confortables abris à limaces. Plutôt que de bannir leur usage – plus néfaste qu’autre chose – il vaut mieux déconstruire régulièrement ces couvertures végétales pour exposer les limaces à leurs prédateurs.

Le tas de compost lui-même constitue aussi un refuge important pour les limaces. Maux vaut alors lui consacrer un espace dédié, plutôt éloigné des cultures. N’utilisez ensuite qu’un compost bien mûr, jamais les déchets de cuisine directement versés aux pieds des légumes. Ne laissez pas non plus traîner les déchets de récolte. Ce serait de redoutables aimants à limaces et loches en tous genres !

Favoriser les prédateurs des limaces et escargots

Au jardin, tout est souvent question d’équilibre. Si les limaces sont nombreuses, voire même qu’elles pullulent, c’est probablement que le jardin n’est pas assez accueillant pour leurs prédateurs. Qui sont ces prédateurs et comment les attirer ?

Le Hérisson

Avec sa bouille rigolote et ses centaines de piquants, le hérisson fait l’unanimité parmi les jardiniers de 7 à 77 ans ! Tous se battent pour avoir le leur et surtout le conserver sur leur parcelle ! Malheureusement, les populations sont en baisse ; les hérissons sont victimes de la suppression des haies, leur milieu de vie naturel, au profit d’une agriculture tournée vers le rendement.

herisson anti limaces naturel
Les limaces figurent au menu du hérisson. Un jardin accueillant a toutes les chances de bénéficier de l’aide de cet anti-limaces naturel ! ©Pixabay

Ce petit mammifère aime les jardins avec des arbres, des haies d’arbustes épineux ou des buissons, des tas de bois, de feuilles ou de compost et un potager naturel à proximité, grouillant d’insectes et de limaces, ses sources de nourriture préférées. Si sa vue n’est pas son point fort, le hérisson repère néanmoins ses proies ( vers, insectes, limaces…) grâce à son flair ou à son ouïe développés. Cet aide-jardinier est alors capable d’engloutir 10 grosses limaces en une seule nuit, en particulier quand il sort de son repos hivernal !

Le crapaud

Victime de sa laideur, le crapaud a beaucoup moins la côte que le hérisson auprès des enfants de 7 à 77 ans. C’est pourtant à la fin de l’hiver que ce batracien apprécie le plus les limaces, quand il est affaibli et encore sous le coup de la torpeur hivernale. Pour l’aider à se sentir bien au jardin, les principes à respecter sont les mêmes que pour le hérisson, aménagez-lui des refuges à différents endroits: des tas de feuilles, de déchets de coupe, des rondins de bois empilés, des rocailles, des zones de friche ou de hautes herbes. Plus discrets que les rainettes, ils le rendent en 1000 !

Les poules

D’incroyables anti limaces naturels les poules ! Avec elles, le potager ne risque plus de souffrir des limaces, des escargots ou encore de tout un tas d’insectes, souris, campagnols et mulots. Revers de la médaille, les poules raffolent aussi des plantes et des graines semées. Elles ont également une fâcheuse tendance à compacter le sol par leur piétinement. Mieux vaut donc les introduire au potager l’hiver où elles procèderont à un grand nettoyage des parcelles avant les premiers semis printaniers (fèves et pois). N’hésitez pas à les changer de place régulièrement au moyen d’un enclos fait de grillage tendu entre quelques poteaux bois. Une semaine au potager, une semaine sur la pelouse aux pieds des fruitiers : le nettoyage est  assuré pour pas cher et, en prime, on obtient de bons œufs frais débordants du panier !

 Les barrières physiques : les meilleurs anti-limaces ?

Avec les barrières physiques, il s’agit de dissuader ou d’empêcher les limaces et les escargots de venir grignoter nos plantes préférées. S’ils fonctionnent, ces remèdes doivent être renouvelés souvent car la pluie en réduit l’efficacité.

Le filet anti-insectes

Positionné par exemple au-dessus des choux, le filet anti-insectes  n’est pas seulement efficace pour éloigner la piéride du chou. Il est également efficace contre les limaces qui boulottent les feuilles des choux et ne laissent en souvenir de leur passage qu’une silhouette décharnée. Une solution qui fonctionne à condition de s’assurer dès le départ que le loup n’est pas déjà dans la bergerie !

Les bouteilles plastiques et les cloches

Ingénieusement découpées pour les premières ou simplement détournées de leur usage normal pour les secondes, voilà deux premiers remparts pour protéger les plants tout juste repiqués de l’appétit féroce des limaces. Courges, courgettes, tomates… apprécient de surcroît au redémarrage l’ambiance douce offerte par ces cloches de fortune. Une solution qui fonctionne bien, en complément d’anti-limaces naturels par exemple, à condition de bien enfoncer les bords de la bouteille pour résister aux coups de vent et éviter que les limaces réussissent à se glisser à l’intérieur.

Prendre de la hauteur

Deux tréteaux et quelques planches permettent de surélever les semis en godets ou les jeunes plants protégés sous un tunnel à forcer , et ainsi de les mettre hors de portée des limaces et des escargots. Pas tout à fait en réalité ! Une surveillance quotidienne doit rester de mise pour retirer les plus intrépides parties à l’assaut des pieds métalliques ou en bois des tréteaux ! Attention également à bien « isoler » la zone : veillez en particulier à ne pas offrir de point de contact avec des plantes grimpantes ou un mur voisin par lesquels les limaces pourraient s’introduire.

Le cordon de cendres ou de chaux

Cette technique très ancienne fonctionne toujours aussi bien autour des plantations, à condition que le sol reste sec ! Car à la moindre pluie, ou même après un arrosage (l’eau imbibe la cendre par capillarité même si l’arrosage est précautionneux), tout est à refaire car la barrière perd toute son efficacité. Autre inconvénient majeur, la cendre, naturellement riche en potasse, déséquilibre le pH du sol. Utilisez-la donc avec modération !

anti limace naturel efficace
La cendre est un anti-limace efficace mais il faut la renouveler souvent. ©Jardipartage

Le cordon de sable et le purin de prêle séchée produisent  sensiblement le même effet contre les limaces, les inconvénients de pH en moins.

Les coquilles d’œufs pilées

Les limaces n’osent pas s’aventurer sur des morceaux de coquilles tranchants. Quand il s’agit de protéger ou de mettre à l’abri quelques laitues, cette astuce semble assez facile à mettre en œuvre. Mais à l’échelle d’un potager de plusieurs dizaines de m², est-ce bien raisonnable ?

Les coquilles d’huîtres broyées

Résistants aux petites pluies, les broyats de coquilles d’huîtres combinent les avantages des coquilles d’œuf et de la cendre de bois, à la différence près qu’elles enrichissent le sol en se décomposant sans pour autant le déséquilibrer.

Le papier alu

Un geste tout aussi efficace mais moins respectueux de l’environnement ; on peut entourer le pied des légumes avec des bandes de papier d’aluminium. Les limaces détestent ça !

Les plantes répulsives

Certaines plantes ont le don d’irriter les limaces, qui les fuient. La présence de ces vivaces herbacées fleuries ou de ces arbrisseaux ornementaux est donc fortement conseillée au potager.

La bourrache officinale

La bourrache officinale est à ce titre excellente. Répulsive des limaces, cette plante cousine de la grande consoude permet de lutter efficacement contre les limaces tout en enrichissant le sol en potassium. Et que dire du spectacle offert par sa floraison bleue ou blanche !

La rue officinale

La rue officinale ( Ruta graveolens) offre un second choix. Plante aromatique et médicinale par excellence, elle développe un feuillage vert finement divisé.  Une décoction établie à partir de ses feuilles fraîches permet par ailleurs d’obtenir un très bon répulsif à pulvériser sur les plantes à protéger.

D’autres plantes répulsives…

On peut aussi installer des plantes d’ornement en association des légumes, des plantes naturellement répulsives des limaces : le souci, la lavatère, le pélargonium, le thym, la verveine, le rudbeckia et même la sauge n’en sont que quelques exemples.

Décoctions et infusions

Les décoctions ou les infusions de plantes fonctionnent aussi très bien : tentez une macération de tabac, une infusion de tanaisie, d’absinthe, une décoction de feuilles de rhubarbe ou encore un extrait d’ail.

Redoutable d’efficacité le piège à bière !

Un autre moyen très efficace d’éliminer les limaces de manière naturelle et discrète est de verser un fond de bière dans une coupelle semi-enterrée. Le problème est que ce genre de piège attire presque trop les limaces, à tel point que vous pouvez être sûr que presque toutes celles du voisinage immédiat s’y noieront ! Petite précaution quand même, le piège à bière  doit rester inaccessible aux hérissons qui pourraient être tentés de manger des limaces alcoolisées.

comme se debarrasser des limaces
Des pots en terre cuites disposés à l’envers parmi les cultures sont des refuges aux limaces. Il est alors facile de les collecter tôt le matin. ©Jardipartage

Le ferramol

Depuis quelques années, on ne trouve plus dans le commerce que des produits anti-limaces naturels à base de ferramol, une substance colorée ou blanche non toxique pour les animaux du jardin et nos compagnons domestiques (chats et chiens). Exit donc le métaldéhyde, molécule critiquée à juste titre par le passé pour sa haute toxicité.

Les granulés au ferramol   sont enrobés d’une substance appétante que les limaces ingèrent. Elles cessent alors de s’alimenter et se cachent pour mourir.

Le principal inconvénient du ferramol reste sa trop grande sensibilité à l’humidité. Pour éviter sa dissolution par les pluies, mais aussi pour empêcher la substance de polluer le sol, il est facile de fabriquer avec peu de moyens (une bouteille d’eau) un piège à limaces !  

Partagez votre avis

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

16 Commentaires

  1. Bonsoir,
    vous avez l’air de dire qu’un sol acidifié par des aiguilles de pin, c’est bien.
    Pourtant certains sols, dont celui de mon jardin, souffrent d’un PH trop acide…
    Merci de m’éclairer svp.

    • Bonjour Violette,

      Vous avez raison, les aiguilles de pin vont entretenir votre problème d’acidité.
      Dans votre cas, le cordon de cendre (riche en chaux) est davantage indiqué. La cendre jouera un double rôle: barrière anti-limaces et amendement pour remonter le pH.

  2. Bonjour

    Vous oubliez un animal qui raffole des limaces , à savoir l’orvet.
    Par contre le hérisson préfère de loin les vers de terre.

    • Bonjour Roland,

      Merci pour cette précision. J’avoue ne pas connaître très bien l’orvet. Je n’en ai jamais vu dans mon jardin alors que les lézards sont nombreux et que quelques couleuvres me gratifient de leurs visites régulières. J’en sursaute d’ailleurs parfois 🙂 🙂

  3. encore autre chose que les limaces n’aiment pas , l’odeur des fougères . l’idéal c’est le purin de fougères , mais

    cela sent très mauvais , alors je coupe menu des fougères et les place au pied des plantes atteintes.

    Pour le moment mon expérience est trop récente pour faire un rapport positif , mais je vais faire attention cette

    année.

    • Bonjour Anne,

      Pour avoir essayé plusieurs saisons de suite les fougères sèches venant “souiller” des choux par exemple, je n’ai pas trouvé cela formidable d’efficacité. Le purin de fougère (qui est c’est vrai d’une puanteur incroyable :)) est vraiment plus efficace.

  4. Bonjour Bruno.
    Je prévoie pour les limaces qui m’ont envahies en 2018. j’ai retrouvé une macération de tabac dans un bidon ( de mon père). Comment l’employer : pulvérisation sur les plantes ?? A quel dosage ????.
    Je vous remercie d’avance. Vos idées et commentaires sont de la plus grande importance pour les novices
    ( même agés à la retraite ….)

    • Bonjour,

      Comme beaucoup de purins, décoctions et macérations, celle de tabac s’utilise diluée à 5 ou 10% dans une eau de pluie filtrée. Pulvérisez ensuite ce mélange sur les plantes à protéger. Il faut renouveler régulièrement, surtout en période de pluie.

  5. Mais bazar ! les limaces font partie du biotope ! Si elles dévorent vos petits carrés mesurés au cordeau ( comme si la forêt fonctionnait comme ça ! : ))) c’est que vous les faîtes crever de faim ! dans la nature les limaces se nourrissent de plantes sauvages et participent au maintient de la vie du biotope carbone azote de la terre ! au même titre que les vers de terre ! entre choisir un légume et des plantes sauvages ya pas photos ! elles choisissent les plantes endémiques au milieu . c’est dommage d’arrêter le processus de remise en vie de vos terrains ! des hlm pour légumes ! et autour c’est MORT ! remettez de la vie tout autour ! pour la vie ! tout simplement. sans parler d’auto suffisance et d’état d’esprit de rentabilité ! ce qui doit vivre vivra ! alors accompagnez les ! Avez vous déjà vu un ss bois de forêt sans limaces ? si oui c’est déjà plus une forêt vivante digne de ce nom ! Vous concevez les auxiliaires végétaux sans pb mais les animaux niet !!!! contre productif total !!! vous passez du jardinage à la papa à du simili perma ! ça me fout en colère ! la planète entière est un biotope ! arrêtez de penser à vos loisirs et vos frigos !!!!Essayez au moins ! bandes de criminels vous êtes aussi responsables que ceux qu’on montre du doigt !Pas de futur pour vous !

    • Bonjour Agnès,

      J’ai un jardin de 500m2, avec des arbres, des fruitiers, des arbustes, des fleurs (aussi simple que dans les prairies, pas de fleurs ornementales par exemple). Mon jardin est le paradis des oiseaux, on se croirait dans un parc mais avec une pelouse tondues tous les… pas souvent… 🙂 j’aime bien les pâquerettes, les boutons d’or et les pissenlits.

      Bref, dans ce paradis pour tous, abeilles, ver de terre, limaces, chats, moi, … la moindre petite plantation est dévastée.
      Donc à vous écouter, nous ne pouvons pas planter quelques pieds de tomates, en profiter, ou vaut il mieux acheter des légumes insipides au super marché du coin ou les payer une fortune pour du bio (qui le bio est bio selon le pays de provenance).Qui dit egalement industriel, production en masse, bio aussi.

      J’ai donc quelques questions : que proposez-vous comme solution, à nous, petit jardinier du dimanche ? Quelle plantation faite vous et comment vous y prenez vous avec nos voisines de terre, dans ce monde de contradiction ou la critique est plus facile que les propositions positives ?

      Je suis curieuse de le mettre en pratique.
      Bon jardinage à tous !
      Doradol

  6. bonsoir messieurs,
    c’est quoi les aiguilles de pin ?

    • Bonjour,

      Il s’agit ni plus ni moins des feuilles des pins maritimes, ou pins parasols tombées au sol. en les récupérant, cela fait un excellent paillis qui acidifie le sol et protège les plantes des limaces car elles se piquent dessus !

  7. De mon côté, je dépose au pied des plants du potager des aiguilles de pin. Très efficace car qui s’y frotte… s’y pique !

    • Bonjour JNN,

      C’est vrai, je n’y avais pas pensé. Les limaces détestent les aiguilles de pin ! Je vais corriger cet oubli sur-le-champ. Merci, 😉

      • Bonjour, pourriez vous m’informer au sujet des aiguilles de pin. J’ai toujours entendu dire quelles stérilisaient la terre. J’ai une partie de mon terrain avec des pins et dessous plus rien ne pousse. … alors, peut on vraiment utiliser les aiguilles de pins pour pailler? J’ai vraiment besoin d’une solution de paillage car suis ds une région de he ( méditerranéenne) et le puit depuis deux ans ne fournit plus l’été et dans la zone ni feuilles ni herbes à récupérer … car tout le voisinage traite aux pesticides désherbants etc… par contre j’ai des épines de pins … sinon la terre est argileuse

        • Bonjour Flora,

          Si rien ne pousse sous un sapin ou un pin, c’est surtout que les aiguilles que perdent les conifères forment un épais tapis qui prive de lumière les jeunes pousses et acidifient grandement le sol en se décomposant. On peut donc les utiliser pour pailler mais en petite quantité, idéalement mélangées à d’autres résidus de végétaux: mulch, feuilles mortes…Et bien sûr sur des végétaux qui apprécient les sols acides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.