Accueil » L'été » Le brun du pélargonium
brun du pélargonium

Le brun du pélargonium

Le brun du pélargonium
Cet article vous a été utile ? Notez-le !

Nous sommes fin octobre. L’heure est à la mise sous abri des potées de pélargoniums. Depuis quelques semaines, je remarque que leurs feuilles se trouent de jours en jours. C’est la première fois que je suis confronté au phénomène et pourtant je cultive des pélargoniums en potées ou en jardinières depuis de nombreuses années. Examen phytosanitaire indispensable !

Les symptômes relevés sont sans équivoque :  les feuilles sont massivement parsemées de petits trous circulaires !

Une observation attentive de leur revers suffit à mettre la main sur la responsable du carnage. Une petite chenille toute verte ( à peine 1 centimètre de longueur ) s’agite, bien qu’elle se confonde à merveille dans la couleur du feuillage. (c'est ce que l'on appelle le mimétisme)

cacyreus marshalli
Le lycène du géranium est facilement identifiable à ses couleurs et à ses appendices visibles sur les ailes.

Une recherche s’impose. Je viens de tomber nez à nez avec le brun du pélargonium, un papillon autrement connu sous le patronyme de lycène des géraniums (Cacyreus marshalli décrit par Butler en 1 898).

Un lépidoptère aux mœurs diurnes dont le mâle et la femelle portent les mêmes couleurs sombres (marron sur le dessus souligné d'un liseré blanc sur le pourtour des ailes). Signe bien distinctif de l’espèce, les ailes antérieures se prolongent par un appendice à la base duquel trône un ocelle.

 La chenille est donc verte quand elle sort de sa chrysalide puis son dos se couvre plus tard de lignes roses et de longs poils blancs hérissés.

Une espèce invasive

Le brun du pélargonium est d’origine Sud-Africaine. Ce papillon fut semble t-il accidentellement importé en Europe, d’abord aux îles Baléares à la fin des années 80, puis, profitant de l’expansion des transports de marchandises, au reste de l’Europe de l’Ouest.

Force est de constater que le lycène des géraniums s’est bien adapté à son nouvel habitat, ne rencontrant pas chez nous autant de prédateurs que dans son milieu originel. Sa présence en France est signalée pour la première fois en 1997, dans les Pyrénées-Orientales.

Un ravageur urbain avant tout !

chenille verte pélargonium
Minuscule, la chenille du lycène des géraniums n'en fait pas moins de sacrés ravages !

Le mode de vie de ce ravageur étant exclusivement lié aux pélargoniums, c’est surtout en milieu urbain qu’on le rencontre. S’il peut décimer le feuillage d’une plante jusqu’à causer sa mort, il semble en revanche délaisser celui trop épais du « géranium-lierre » et celui trop odorant de certains pélargoniums.  Fort heureusement, les vrais géraniums, vivaces, ne l’attirent pas!

D’autres invasions de ravageurs ont été observées ces dernières années : la pyrale du buis par exemple…Peut-être faut-il y voir là le signe d’un réchauffement climatique ? Ou bien plus simplement des déplacements toujours plus mondiaux de biens et de personnes ?

Que faire pour lutter contre le brun du pélargonium ?

D’une part, récolter le maximum de chenilles visibles à la main pour réduire leur population. Eliminer également les parties atteintes de la plante. L’hivernation des pélargoniums sous abri permettant au ravageur de passer la mauvaise saison, je crois que je vais même me résoudre à me séparer de l’ensemble des pélargoniums atteints. Une désinfection des contenants s’imposera alors aussi.

Allez, courez vite jeter un oeil à vos potées !

Pour aller plus loin…

Télécharger (PDF, 257KB)

E-BOOK: Découvrez le nouveau "Guide Jardipartage 2016:" 2 € seulement !

Cliquez sur la vignette pour en visualiser un extrait

Résumé: De la description des espèces végétales à leur culture au jardin, plus de 120 pages comportant 34 fiches de conseils et d’astuces pratiques illustrées par plus de 50 photographies. Format PDF compatible PC, tablettes et smartphones.

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

16 Commentaires

  1. Bonsoir Bruno , mon citronnier né d’un pépin il y’a 3 ans perd subitement ses feuilles sectionnées net entre le tronc et la feuille il ne reste que la tige de la feuille accrochée au tronc . De belles feuilles vertes sans maladie et sans tâches . Help help

  2. Bonjour,
    Ayant eu des géranium infesté des chenilles de ce papillon, un conseiller dans un magasin m’a conseillé d’utiliser le même produit que pour la pyrale du buis et contre toutes les chenilles en générale. Ça marche très bien, peu de temps après la pulvérisation, on pu voir les chenilles mortes sur la terre…
    Il s’agit du produit à base de bacille de Thuringe autorisé en agriculture biologique. Mais il a aussi d’autres inconvénients comme de supprimer TOUTES les chenilles !

    • Bonsoir,

      C’est le seul défaut du Bacille de Thuringe à mon sens, éliminer l’ensemble des chenilles sans aucune distinction.

    • Bonjour,
      Pourriez vous me dire sous quelle forme, flacon, sachet et pour quel prix vous avez acheté ce produit.
      Est ce un produit systémique( que la plante ingère, à pulvériser et tous les combien de jours?
      Merci

      • Bonjour,

        Le Bacille de Thuringe est généralement vendu en sachet dans une boîte cartonnée. Il s’agit d’une poudre brune assez odorante à mélanger à l’eau dans un pulvérisateur. Les dosages sont indiqués sur l’emballage. ensuite, vous pulvérisez la solution sur le feuillage des végétaux. A faire par beau temps. Les chenilles mangeant les feuilles ingèrent le bacille. Elles cessent de s’alimenter et meurent.
        La poudre se conserve bien si elle est stockée à l’abri de l’humidité. On la trouve facilement dans toute jardinerie et même en ligne.
        Bonne journée,

  3. Bonjour,
    J’ai lu avec intérêt vos solutions contre la chenille de ces papillons. Il est regrettable qu’on ai interdit la “Bifentrine à 2%, pas chère et très efficace, à pulvériser en mélange toutes les 3 semaines, malheureusement ce produit est aujourd’hui introuvable.
    Pourtant qu’est ce que c’est beau des géraniums zonal…ou lierre

    • Bonjour,

      Moi je ne trouve pas que ce soit un mal d’avoir interdit ce type de produit. Comme l’a écrit Dany dans son commentaire, le Bacille de Thuringe est tout aussi efficace, à la différence près qu’il est lui inoffensif pour l’homme et son environnement. Il ne s’agit que d’une bactérie qui parasite spécifiquement le système digestif des chenilles.

      • Bonjour,
        merci pour la réponse, je voudrais bien essayer mais je ne sais pas quelle marque produit cet insecticide et sous quelle forme.
        Merci pour votre réponse

  4. Bonjour,
    Pourriez-vous m’indiquer le nom du produit pour lutter contre le papillon du géranium, ou m’indiquer toutes astuces pour s’en débarrasser ++++
    Merci.
    Cordialement
    Claudine Talou

    • Bonjour Claudine,
      Il existe beaucoup de marques qui commercialisent un produit efficace pour lutter contre le brun du géranium. Vous devez simplement chercher un produit à base de BT (bacillus Thuriengensis). Produit utilisable en agriculture biologique, le bacillus est une bactérie qui, une fois pulvérisée sur le feuillage des géraniums, est ingérée par les chenilles. Elles cessent alors de s’alimenter et meurent rapidement.

      Ce BT est donc disponible sous différentes marques. Je ne peux pas vous en conseiller une plus qu’une autre.

  5. pourriez-vous m’indiquer une solution bio contre le brun si vous en connaissez? Pour ma part j’ai écrasé les chenilles que j’ai vues mais le pied est-il sauvé si je ne traite pas? j’ai enlevé aussi les feuilles tachées.

  6. Marianne BOURGEOIS-PEREZ

    Bonjour,
    J’ai lu avec grand intérêt l’article sur le Brun du pélargonium. J’ai alors reconnu la maladie qu’ont mes 2 pélargoniums couleur fuchsia, auxquels je tiens beaucoup, mais que je n’ai pu qu’aider à survivre jusqu’ici, grâce à des tailles, à l’élimination de chenilles vertes décrites par vous (sans savoir à l’époque ce que c’était), et un spray de savon noir. J’aimerais essayer de les guérir. Vous parlez d’insecticides mais vous n’en indiquez pas le nom. Pourriez-vous m’indiquer le ou les produits préconisés, même si, comme vous le dites, ils ne sont pas très efficaces. D’avance merci ! Bien cordialement.

    • Bonjour,

      Le savon noir ne permet pas vraiment de lutter contre la chenille de ce papillon. Il est plutôt efficace contre les cochenilles et pucerons. Si le nom d’un insecticide n’est pas communiqué dans le corps de l’article, c’est essentiellement car je ne souhaite pas faire de publicité autour d’un produit spécifique. Je vais cependant vous communiquer une référence à base de produit d’origine végétale par courriel…

      • on aimerais un produit ou des solutions bio si vous en avez? je me suis rendue compte que mon pelargonium bleu héberge le brun. j’ai eu aussi la pyrale du buis à Goes

        • Bonsoir Marie,

          Pour la pyrale du buis, j’ai récemment préconisé à un autre lecteur un traitement bio à base de Bacillus Thuriengensis. il s’agit de bactéries qu’ingèrent les chenilles et qui créent un désordre en elles. Les chenilles ne s’alimentent plus et meurent rapidement. Vérifiez donc d’une part que l’insecticide bio comporte ce bacillus et qu’il est compatible “pyrale du buis”. Son efficacité est très bonne, croyez-moi.
          Pour le pélargonium, c’est sensiblement la même chose. Le même insecticide pulvérisé devrait donc être aussi efficace. Je ne nomme volontairement pas de référence mais plusieurs marques commercialisent en jardinerie ce type de produit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *