Arbres de parcs

8 maladies du saule pleureur

Malgré la robustesse et la vigueur des saules pleureurs (Salix babylonica), il n’est pas rare d’observer sur ces arbres quelques signes de maladies : de nouvelles pousses chétives, une perte de feuilles en été, des branches qui sèchent… Cet article vous aide à identifier les symptômes des principales maladies de cet arbre pionnier du jardin et à les traiter le cas échéant.

Le grand puceron du saule

Long de 5 mm, ce puceron gris-noir (Tuberolachnus salignus) présente de longues pattes. Il vit en colonies autour des grosses branches du saule pleureur et se nourrit de sa sève.

puceron gris sur le saule pleureur
Les pucerons gris sont fréquents sur les saules © Epitree

Le miellat qu’il rejette attire des guêpes, des frelons et des abeilles. En cas d’attaque forte, une chute des feuilles peut avoir lieu.

Pour éliminer ce puceron, pulvérisez à plusieurs jours d’intervalle une huile blanche insecticide (colza).

La gale du collet

Causée par une bactérie (Agrobacterium tumefaciens), cette maladie du saule (Salix) se remarque aux boursouflures rondes apparaissant sur les rameaux de l’arbre. Les plus atteints peuvent parfois complètement sécher.

Coupez rapidement les branches ou les rameaux entiers touchés et éliminez-les. Généralement, la gale du collet est sans danger pour les saules, sauf si les arbres sont encore jeunes.

gale maladie des saules
Gale du collet sur les branches d’un Salix © Gansucha

Les cochenilles du saule

De couleur blanche, elles se reconnaissent facilement à leur carapace ronde formant un bouclier protecteur.

Les cochenilles se fixent sur le tronc et dans les fissures de l’écorce ou sur les branches principales pour se nourrir de la sève de l’arbre tout en injectant une substance toxique dans les tissus. En cas de forte infestation, les feuilles du saule jaunissent.

Pour les éliminer, le remède est le même (huile insecticide bio ou savon noir) que pour les pucerons.

Des points de rouille sur les feuilles

Les feuilles du saule pleureur se déforment parfois. On voit alors apparaître à leur surface des petits points jaunes ou orange et des pustules proéminent sur la face inférieure des feuilles.

Cette maladie cryptogamique apparaît au printemps. Elle peut entraîner la chute de quelques feuilles mais reste relativement faible.

Ce champignon touche aussi davantage les autres saules que le saule pleureur. Une taille trop fréquente peut en être la cause.

Un traitement à base de bouillie bordelaise est efficace le cas échéant.

Maladie des taches noires sur les feuilles

Cette maladie apparaît surtout si le printemps est pluvieux. Les symptômes classiques sont des petites taches noires qui recouvrent d’abord les feuilles et les jeunes branches. Les feuilles infectées par ce chancre noir se recroquevillent, s’enroulent et tombent. Dans les formes les plus graves, des branches entières peuvent noircir.

Cette brûlure du saule spectaculaire est causée par un champignon (Glomerella miyabeana). En prévention, il est possible de traiter l’arbre contre ce chancre à la bouillie bordelaise. Faites-le quand les bourgeons gonflent juste avant de s’ouvrir.

Par temps pluvieux en février et mars, au printemps, renouvelez la pulvérisation 15 jours plus tard. Évitez toute taille des rameaux d’un jeune arbre pour limiter les portes d’entrée du champignon.

Les nouvelles feuilles et les chatons des arbres sont déformés

Les nouvelles pousses se dessèchent progressivement tout en restant accrochées à l’arbre. Le responsable est un minuscule acarien qui envahit le saule au printemps.

Une pulvérisation de soufre mouillable en mars permet de contrôler cette invasion.

Les feuilles du saule pleureur sont découpées

La responsable est une chenille jaune-orangé, à tête noire et corps parcouru de lignes sombres. Il s’agit de la tenthrède, un ravageur bien connu au jardin.

Quand on les touche, elles se redressent et prennent la forme d’un “S”.

Les attaques sont la plupart du temps sans danger pour le saule pleureur mais ces insectes sont parfois très nombreux, pouvant dévorer une grande partie du feuillage, ne laissant que les nervures principales.

La plupart du temps, il suffit de les ramasser à la main pour les éliminer. Au bout de quelques semaines, elles tombent au sol pour se transformer en adultes.

gale rouge du saule
Les feuilles du saule pleureur sont couvertes de gales rouges © J.Sullivan

La gale rouge sur les feuilles du saule

A l’intérieur de ces excroissances ovales et bombées, on observe un insecte à tête noire et corps jaune. Il s’agit de la larve d’une petite guêpe (Pontania proxima).

Les pontes ont lieu au début du printemps. La larve effectue sa croissance dans la gale ; elle est inoffensive pour l’arbre.

Au bout de quelques semaines, elle tombe au sol et se transforme en adulte.

D’autres conseils sur les maladies des arbres:

➥ Comment lutter contre la mineuse du marronnier ?
➥ Piéger la chenille processionnaire du pin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page