Accueil » L'automne » Comment alléger une terre argileuse ?
comment-alleger-une-terre-argileuse

Comment alléger une terre argileuse ?

Comment alléger une terre argileuse ?
Cet article vous a été utile ? Notez-le !

Les terres lourdes et argileuses sont le cauchemar de beaucoup de jardiniers. Dès les premières grosses pluies, elles se gorgent d’eau et deviennent impraticables. La terre colle aux chaussures, on glisse dessus. En période sèche, au contraire, les terres argileuses durcissent rapidement et se craquellent. Difficile dans ces conditions de cultiver convenablement quoi que ce soit dans son potager.

Le problème n’est pourtant pas insurmontable et il est même possible, en quelques années, de parvenir à corriger le sol, à l’assouplir jusqu’à le rendre parfaitement cultivable. D’autant plus qu’une terre argileuse a quand même de belles qualités. : elle est  consistante et surtout fertile.

ameliorer-terre-argileuse-potagerPour corriger l’excès d’argile, il est nécessaire d’apporter de la matière organique. C’est d’ailleurs l’élément clé. Ceci de façon à stimuler encore plus la vie dans le sol. Car ce sont les micro-organismes et les bactéries du sol, à force de  travail, qui en modifient sa structure et permettent d’aboutir au graal du jardinier : l’humus.

Quelles matières organiques apporter ?

Du compost, tout d’abord. Ce dernier, retravaillé par les bactéries du sol est rapidement (en quelques semaines à quelques mois) assimilé et transformé en humus. Ces apports réguliers de compost sont donc très bénéfiques.

Des engrais verts ensuite, à semer dès que le sol n’est plus occupé par aucune culture. Les engrais verts les plus répandus sont des plantes de la famille des Légumineuses (pois fourrager, féveroles, gesse, lotiers, lupins, luzerne, trèfles …) ou des Poacées (la famille des graminées comme l’avoine, le millet, le seigle).

Ces plantes ont toutes des systèmes racinaires très développés qui descendent en profondeur et fractionnent bien plus finement le sol que ne le feraient une fourche-bêche. Elles remontent aussi près de la surface, dans la couche  cultivable, des éléments minéraux lessivés par les pluies.

A la fin de leur cycle de culture, les engrais verts sont coupés et laissés en place sur le sol ou grossièrement incorporés. Les racines restent elles aussi en terre et se décomposent lentement sous l’action des micro organismes et des vers de terre. Leur disparition progressive laisse des vides, participant à améliorer le drainage du sol.

Autre élément intéressant, les racines des engrais verts de la famille des légumineuses abritent dans des nodules des bactéries capables de fixer l’azote de l’air et de le restituer aux micro-organismes du sol. En plus de travailler la terre argileuse, ces plantes l’enrichissent donc aussi.

Du compost, des cultures d’engrais verts…Voilà comment en quelques années et avec peu de moyens, tout un chacun peut parvenir à assouplir et à faire d’un sol lourd et argileux un coin de potager parfaitement cultivable.

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

6 Commentaires

  1. Bonsoir…………………….
    Votre site est toujours aussi passionant et surtout très instructif….
    Cette année j’ai semé de la moutarde pour occuper les parcelles que j’avais béchées et oû j’ai aussi incorporé de l’engrais bio NPK 4.8.10 soufre plus 3 MGO…pour mes plantations futures de pommes de terre….
    Dans les autres parcelles idem mais sans engrais que puis-je mettre à présent ?.
    Je vous remercie et vous souhaite une très bonne continuation pour notre plaisir..

    • Bonjour Claude,

      Le semis de moutarde (engrais vert) est une très bonne chose. En plus de ralentir le lessivage du sol, d’empêcher les herbes indésirables de proliférer, la moutarde contribue aussi à stimuler la vie microbienne. La suite logique, à mon sens, c’est justement de continuer à stimuler cette vie du sol. Comment ? Eh bien, fauchez et broyez la moutarde puis laissez-la sécher en place quelques jours avant d’enfouir dans les 10 premiers centimètres du sol. Vous pouvez aussi à la suite prévoir des apports réguliers de compost. Et si le sol est à tendance lourde (argileuse), quelques pelletées de sable en plus l’allégeront et faciliteront le drainage.

      • Bonjour,

        Quel est le “rythme” d’un apport régulier en compost?
        Et quel quantité de sable au m² préconisez vous?
        D’avance Merci

        Max

        • Bonjour Max,

          Je n’ai pas de quantité précise à vous recommander pour la bonne et simple raison que je ne “mesure” pas mes apports mais que je fonctionne davantage en fonction de ce que j’observe. Je crois aussi qu’il n’existe pas de recette miracle et qu’il faut agir en fonction du contexte. Votre sol n’est pas le même que le mien, quand bien même ils sont tous deux à dominante argileuse.
          Généralement cependant, j’apporte une bonne pelle de compost par environ 1m² à l’automne (quand les parcelles se vident) puis au printemps, quelques semaines avant les plantations. Pour le sable, c’est aussi deux apports mais des quantités moindres (une bonne pelle entre les deux apports cumulés). Mais en complément, mon sol est paillé tout l’hiver avec des feuilles mortes, avec du mulch au printemps et pendant l’été…tout cela contribue aussi à l’alléger.

  2. un peu léger votre commentaire sur comment alléger une terre argileuse, je reste un peu sur ma faim.

    • Et pourtant il a raison c’e’st tout ce qu’il y a a faire, on peut aussi mettre un peut de sable de rivière ou de limon si on peut en avoir facilement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *