Accueil » L'hiver » Comment protéger le laurier-rose du gel ?
Laurier rose gel

Comment protéger le laurier-rose du gel ?

Comment protéger le laurier-rose du gel ?
Partagez votre avis sur cet article !

Le laurier-rose (Nerium oleander) passe l’hiver sans encombre sur le pourtour méditerranéen, y compris sans protection particulière puisque le climat y est doux et les gelées rares. Le long de la façade atlantique, de la Bretagne à l’Aquitaine en passant par les Pays de la Loire, les régions centre et Poitou-Charentes et jusqu’au midi-toulousain, c’est une autre histoire ! Bien que soumises à la douceur océanique, ces régions peut être ponctuellement affectées par des périodes hivernales ou printanières plus ou moins rigoureuses où la combinaison de températures négatives et d’humidité du sol mettant à mal la rusticité du laurier-rose. Il est indispensable dans ce cas d’hiverner l’arbuste pour le protéger du gel.

Quelle température supporte un laurier-rose ?

En théorie, la seuil de tolérance au froid du laurier-rose n’est pas si limité que l’on croit puisque l’arbuste est en mesure de résister en pleine terre à des températures ponctuelles de l’ordre de -8° à -10°C. Seulement voilà, en pratique, cette rusticité est souvent abaissé par des conditions de culture inadaptées. Soumises à des courants d’air froid par exemple, les parties aériennes du laurier-rose grillent au premier coup de gel.

La nature du sol dans lequel l’arbuste est installé est également trop souvent sous-estimée, en particulier le drainage. Le laurier-rose déteste les périodes hivernales froides où la terre reste gorgée d’eau. Cela se produit fréquemment en sol argileux et de nombreuses maladies cryptogamiques trouvent leur origine dans ce phénomène.

La première mesure de protection contre le gel est donc d’offrir au laurier-rose des conditions de culture saines : une exposition plein Sud ou Sud Ouest pour un ensoleillement maximal, à l’abri d’un mur si le jardin est régulièrement balayé par des vents froids ; une bonne quantité de sable ou de gravier dès la plantation pour alléger la terre et améliorer son drainage.  

laurier rose gele que faire
Le laurier-rose est particulièrement sensible au gel en fin d'hiver et au début de printemps: attention aux courants d'air froid !

En pot ou en bac, une rusticité limitée

Cultivé dans un grand pot ou dans un bac, la rusticité du laurier-rose avoisine les -5°C. Dans ces conditions, le long de la façade atlantique, il est préférable d’hiverner les pots contre un mur exposé plein sud, en prenant soin d’emmitoufler l’arbuste de plusieurs épaisseurs de voile d’hivernage quand une période de froid prolongée est annoncée. Consultez très régulièrement les prévisions météorologiques.

Les arrosages sont dans ce cas limités car la plante hivernée est en repos végétatif. En cas de gelées, n’arrosez pas. Dès que les températures redeviennent positives pendant quelques jours, réhydratez les mottes sans mouiller le feuillage mais n’oubliez pas de vider l’eau des soucoupes une heure après. Il est impératif d’attendre que la terre sèche en surface avant d’effectuer un nouvel apport.

Ailleurs, en climat froid, hivernez les lauriers-roses cultivés en pot ou en bac en compagnie des plantes d’orangerie (citronnier, oranger, mandarinier…), dans un local lumineux, maintenu hors gel par un chauffage d’appoint. Arrosez-les très peu, pas plus d’une fois par mois.

Peut-on mettre un laurier-rose à l’intérieur ?

Non, il est déconseillé de rentrer un laurier-rose dans la maison ou l’appartement, même pour une courte période. L’air de nos intérieurs est en effet trop sec pour ce type de plantes méditerranéennes. L’arbuste a également besoin d’une période de fraîcheur prolongée l’hiver, indispensable à son repos végétatif. Or, les températures sont trop élevées à l’intérieur, même dans une pièce peu chauffée.

Hivernage du laurier-rose en terre

En pleine terre, en tout premier lieu, il s’agit de protéger la souche de l’arbuste en la couvrant d’un grand volume de feuilles mortes. Ensuite, la meilleure protection qui soit pour les parties aériennes reste le voile d’hivernage. Si votre laurier-rose n’est pas très volumineux, vous pouvez bricoler un tipi à l’aide de bambous et de fil de fer. Enroulez le voile d’hivernage autour. Il n’est ainsi pas en contact direct des feuilles, ce qui est particulièrement salutaire si la période de froid se prolonge. Dès qu’un redoux est annoncé, même de quelques jours, retirez le voile pour aérer et laisser pénétrer la lumière.

Mon laurier-rose a des feuilles gelées : que faire ?

Si malgré toutes les précautions prises, votre laurier-rose a gelé, pas de panique ! Il est fort probable que seules ses parties aériennes aient grillé. Attendez la fin de l’hiver avant d’agir.

Taillez alors chacune des branches principales brunies. Commencez par l’une d’entre elles, en la raccourcissant de manière progressive. Si la section de taille est desséchée, rabattez un peu plus bas en effectuant des coupes en biais jusqu’à tomber sur une section présentant du bois vert. Le laurier-rose supporte bien les recépages sévères, de nouvelles pousses vertes surgiront de la souche et des tiges restantes dès le redoux printanier.  

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.