Accueil » L'hiver » L’Hamamélis: une floraison hivernale mystérieuse et envoûtante !
Hamamelis mollis

L’Hamamélis: une floraison hivernale mystérieuse et envoûtante !

C’est à l’heure où le jardin s’est profondément assoupi, qu’il est figé par le gel ou prisonnier d’une épaisse couche de neige, que survient la plus improbable des floraisons, celle de l’Hamamélis ( Hamamelis mollis ou intermedia, famille des Hamamélidacées), également appelé noisetier des sorcières. Avec sa floraison odorante et originale, cet arbuste original doté d’une grande rusticité (-20/-25°C) a le toupet de défier les rigueurs de l’hiver.

Des fleurs-bijoux

De croissance lente, l’Hamamélis forme un arbuste à la silhouette buissonnante évasée, de 2 à 3 mètres de hauteur pour autant d’étalement. Ses feuilles ovales, vertes, veloutées, décoratives, rappellent par leur forme et texture, celles du noisetier, d’où son surnom de « noisetier des sorcières ». Elles se parent de superbes teintes automnales or, cuivre à rouge, avant de tomber.

Pour le moins mystérieuses sont les fleurs hivernales très discrètes de l’Hamamélis ; elles semblent sculptées de la main habile d’un artisan orfèvre. Leurs pétales retombants sont en effet finement ciselés en lanières, jaunes, orange ou rouges. Les fleurs de l’Hamamélis  s’épanouissent en groupes le long des rameaux nus, de décembre à mars, même sous la neige. Elles exhalent un parfum envoûtant, plus ou moins prononcé en fonction des variétés.

Où les planter ?

L’Hamamélis de Chine (mollis) ou les hybrides intermedia ne craignent pas le froid. L’arbuste peut donc être installé sans crainte dans toutes les régions. Il apprécie un sol léger, fertile, à tendance acide. Toute terre fraîche enrichie en compost ou en terre de bruyère lui convient particulièrement bien alors qu’il déteste les sols calcaires.

Côté lumière, l’Hamamélis se plaît au soleil doux ou à la mi-ombre, du printemps à la fin d’été, alors qu’un emplacement plus lumineux en hiver favorisera sa floraison.

Hamamelis intermedia diane
Les pétales orangé-rouge froissés de l’Hamamélis Diane sont superbes dès janvier. © photo: Jardipartage, jardin privé (64)

Comment utiliser l’Hamamélis ?

Si vous avez de la place, plantez-le en groupe, dans une haie libre. Autrement, il est superbe en isolé sur une pelouse ou dans un massif de vivaces ou d’arbustes de bruyère, sous le couvert d’un arbre caduc. Comme les visites au jardin se font rares en janvier, il vaut mieux le réserver aux abords de la maison pour profiter de la beauté de ses fleurs si discrètes et du parfum qu’elles exhalent.

Du fait de sa croissance lente, sa culture est largement possible en pot ou en bac si votre jardin est trop petit pour l’accueillir en pleine terre.

Comment effectuer sa plantation ?

La plantation de l’Hamamélis peut se réaliser à tout moment de l’année, mais la période courant du milieu de l’automne à la fin d’hiver, s’il ne gèle pas, est idéale. L’arbuste dispose dans ce cas de plusieurs mois pour installer son système racinaire avant d’affronter le premier été !

  • Baignez la motte une dizaine de minutes dans un seau d’eau pendant que vous creusez un trou deux à trois fois plus grand.
  • Dépotez, démêlez soigneusement les chignons racinaires. En terres lourdes, déposez un lit de graviers au fond du trou pour améliorer le drainage. Mettez en place l’Hamamélis au centre en étalant au maximum les racines sur le fond.
  • Rebouchez avec la terre extraite mélangée à un tiers de terre de bruyère et un tiers de compost mûr. Tassez et arrosez copieusement au goulot.

Découvrez ces conseils en vidéo:

Quel entretien effectuer ?

Arrosage

Un sol toujours frais, sans excès d’eau, c’est le secret pour garder un Hamamélis en bonne santé ! Un arrosage régulier à l’eau de pluie (surtout pas d’eau du robinet, trop souvent calcaire), permet en effet à l’arbuste à s’installer la première année puis, de conserver un feuillage pimpant les années suivantes. Quand le sol est trop sec, l’Hamamélis a tendance à perdre prématurément ses feuilles sans offrir sa parure d’or automnale.

Pour aider à maintenir ce sol frais, installez un paillage qu’il faudra renouveler souvent. Les soirs de canicule, n’hésitez pas non plus à doucher le feuillage pour le rafraîchir.

Taille

Du fait de sa croissance lente, la taille de l’Hamamélis n’est pas indispensable. Contentez-vous simplement d’éclaircir le buisson en retirant les rameaux morts, trop âgés ou pour équilibrer la silhouette.

Une taille légère, après la floraison, se limitant aux extrémités des branches, permet éventuellement d’encourager la ramification.

Comment le bouturer ?

L’Hamamélis se bouture à talon ou à crossette.

  • En juillet-août, prélevez un rameau latéral de 10 à 15 cm de longueur en conservant un talon de 2 à 3 cm.
  • Ôtez toutes les feuilles, sauf les deux ou trois les plus hautes.
  • Piquez la bouture préparée dans un terreau léger additionné de sable.
  • Maintenez à l’abri du soleil direct et au chaud.
  • Hivernez à l’abri du gel (10°C environ).

Comme sa croissance est lente, il faudra cultiver ce jeune Hamamélis au moins un an en pot avant de pouvoir le planter au jardin.

Hamamélis de Chine ou intermedia, lequel choisir ?

Hamamelis mollis

C’est l’espèce type, l’Hamamélis de Chine. Cet arbuste fut introduit en Europe (en Grande-Bretagne) par le botaniste anglais Charles Maries dans la seconde moitié du XIXème siècle. Il peut atteindre 4 mètres de hauteur et, peu exigeant, s’adapte à toutes les situations. Ses fleurs jaunes très parfumées s’épanouissent de décembre à février.

Pallida

L’Hamamélis de Chine pallida est l’un des plus précoces, ses fleurs jaune vif s’épanouissant souvent dès décembre. Leur puissant parfum et la beauté des teintes dorées de son feuillage automnal complètent ses qualités.

Hamamelis X intermedia :

La dénomination d’Hamamélis intermedia rassemble toutes les obtentions horticoles, parmi lesquelles :

Arnold promise

Arnold Promise est un Hamamélis plus tardif (janvier, février). Ses fleurs jaunes durables exhalent  une légère fragrance.

Jelena

Le feuillage de cet Hamamélis vire des teintes or au rouge à l’automne. Il est également apprécié pour ses fleurs orange vif en janvier-février, dégageant un parfum subtil.

Diane, assez comparable à Ruby glow

Voilà deux Hamamélis aux fleurs en lanières rouge-orangé, voire franchement rouge foncé, en janvier-février. Le feuillage d’automne est également sublime. Ils atteignent tous deux jusqu’à 4 mètres de hauteur. Le parfum de la floraison est en revanche plus léger.

hamamelis virginiana

L’espèce américaine d’Hamamélis, l’Hamamélis de Virginie (virginiana, du nom de l’Etat américain éponyme) est moins connue : c’est pourtant le seul Hamamélis à la floraison avancée à l’automne (entre septembre et novembre).

Santé

L’Hamamélis est une plante très prisée en phytothérapie pour ses pouvoirs antioxydants. Ses feuilles renferment de nombreux tanins astringents et flavonoïdes. Le pharmacien américain Theron Tilden Pond s’appuiera d’ailleurs sur ces propriétés médicinales pour élaborer en 1846 la formule d’un remède contre les coupures et les blessures devenu célèbre sous le nom de Pond’s extract. (lien en anglais)

Avant sa découverte déjà, Les Indiens utilisaient l’espèce américaine (Hamamelis virginiana, que les colons anglais avaient surnommé wich hazernoisetier des sorcières -) pour son action régulatrice sur la circulation du sang.

Mis à jour: Mai 18, 2019 @ 9 h 27 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.