Fruitiers méditerranéensJardiner au printemps

Le figuier produit partout !

Le figuier (Ficus carica) est l’un des premiers arbres cultivés par l’homme. Il aurait été domestiqué voilà 11400 ans. Plus rustique qu’on ne le pense, mais aussi peu exigeant sur la nature du sol tout en se montrant extrêmement généreux, c’est l’un des arbres fruitiers indispensables à tout jardin, au Nord, comme au Sud du pays !

Le figuier pousse en buisson ou en tige

Le figuier se cultive essentiellement sous deux formes, toutes deux vendues en conteneurs :

  • Le buisson est la forme la plus classique du figuier. Son tronc est court, voire inexistant. Les branches partent donc du sol.
  • le figuier sur tige est conduit sur un tronc unique d’où démarre la ramure.

Où pousse le figuier ?

Un peu partout, du moment que cet arbre d’origine méditerranéenne est installé en plein soleil, surtout dans les régions fraîches. Dans ce cas, mieux vaut choisir une situation abritée, contre un mur par exemple. En climat doux, il est possible de le planter à peu près partout au jardin à l’exception d’une exposition totalement à l’ombre.

Côté sol, le figuier est beaucoup plus arrangeant, mais il apprécie particulièrement les terres légères bien drainées, profondes et fertiles. Il s’adapte très bien au calcaire, tout comme aux sols légèrement acides.

Le figuier résiste-t-il au froid ?

Le figuier est un arbre méditerranéen, il aime le plein soleil. Mais il n’est pas si frileux que ça. Tout dépend en réalité de la variété et des conditions de cultures.

Les figuiers les plus résistants supportent -20 à-25°C alors que le bois des variétés les plus frileuses gèle vers -10°C.

Le figuier supporte généralement très bien des périodes de gel brèves et se montre beaucoup plus fragile si le froid perdure alors que le sol reste humide. Ses racines y sont sensibles.

Si les parties aériennes de votre figuier ont gelé, rabattez-le près du sol. L’arbre repart généralement des racines et reforme en quelques années une belle silhouette tout en produisant de nouveau des fruits.

Dans les régions très froides, plantez-le près d’un mur bien exposé qui lui renverra de la douceur. Son palissage sur ce même type de support est par ailleurs très fréquent dans le Nord de la France, ce qui permet d’avancer la date de la récolte, d’en augmenter aussi la production et de le protéger facilement sous un grand voile d’hivernage si l’hiver est plus froid que la normale.

Quand planter un figuier ?

Le début du printemps (mars-avril) est une bonne période pour planter le figuier en climat frais ou en sol argileux. En climat doux, la plantation peut être avancée à l’automne (octobre, novembre).

  • Laissez tremper le conteneur 10 à 15 min dans un grand récipient rempli d’eau.
  • Pendant ce temps, creusez un trou au moins 2 fois plus profond et large que la motte de l’arbre.
  • Mélangez à la terre extraite une moitié de compost mûr et, si votre terre est compacte et humide, une pelle de sable ou de graviers.
  • Égouttez et dépotez le figuier. Démêlez délicatement ses racines sur toutes les faces de la motte.
  • Installez le figuier au centre de son trou. Le haut de la motte doit affleurer en surface. Rebouchez sur les côtés avec le mélange préparé.
  • Tassez la terre fermement avec la paume des mains et terminez par un arrosage copieux.
  • Enfin, disposez un paillis de bois ou de tontes de gazon sèches pour conserver le sol frais. Ce paillis est particulièrement utile tout le long des deux premières années de culture, le temps que l’arbre s’installe.

Pas besoin d’arroser le figuier !

Cet arbre est l’un des fruitiers les plus résistants à la sécheresse. Il développe en effet des racines à la fois superficielles et profondes. Après les deux premières années de culture, il est donc capable de résister sans problème au manque d’eau, même en cas de forte chaleur. Avant, veillez simplement à lui offrir des arrosages espacés mais copieux.

Le figuier n’aime pas être taillé !

Dans la mesure du possible, il faut donc s’abstenir de jouer du sécateur. Le  bois creux du figuier cicatrise en effet très mal. Même si cet arbre est naturellement résistant, les plaies constituent des portes d’entrées pour les maladies. On limite donc la taille à un entretien pour supprimer le bois mort ou des branches qui se courbent exagérément vers le sol. C’est tout !

arbre figuier
Les figues apparaissent à l’aisselle des feuilles© Jardipartage

Des variétés de figuiers unifères ou bifères

Les variétés de figuiers se répartissent en deux types :

  • Les figuiers bifères peuvent produire des fruits deux fois par an : des figues-fleurs apparaissent en fin d’été, passent l’hiver sur l’arbre et continuent de grossir au printemps suivant. Si le froid de la mauvaise saison et un gel tardif ne les font pas tomber, elles mûrissent en juillet-août. Parallèlement, au printemps se forment sur les rameaux de l’année, des figues qui mûrissent en septembre. Ce sont les figues d’automne.

Des variétés bifères adaptées à un climat frais : Madeleine des Deux saisons, Brunswick, Dalmatie, Dorée ou Goutte d’or

Des variétés bifères adaptées à un climat chaud : Dauphine ou boule d’or, figue de Marseille

  • Les figuiers unifères ne produisent qu’une seule fois par an, entre les mois d’août et novembre selon les variétés et la douceur des températures en arrière-saison.

Des variétés unifères adaptées à un climat frais : Pastilière, Ronde de Bordeaux

Des variétés unifères adaptées à un climat chaud : Belledone, Bourjasotte noire, col de dame noir, grise de Saint-Jean, panachée, sucre vert.

A lire sur le thème des fruitiers méditerranéens:

Culture du grenadier

Mis à jour le Mai 3, 2020 @ 21 h 22 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer