Accueil » L'été » Le kiwaï ou kiwi de Sibérie: un concentré de vitamines !
kiwi issai

Le kiwaï ou kiwi de Sibérie: un concentré de vitamines !

Proche cousin du kiwi (Actinidia sinensis), le kiwaï (Actinidia arguta), aussi appellé kiwi de Sibérie ou encore kiwi d’été en raison de sa période de fructification, est une plante grimpante rustique (-20°C) développant des lianes exhubérantes et puissantes. A l’exception de la variété autofertile Issaï, de plus faible vigueur, les autres kiwaïs sont tous capables de partir à l’assaut d’un support haut de plus de 10 mètres ! Autant dire que le palissage qui les accueille doit donc faire preuve de solidité, condition sine qua none pour réussir la culture de ces petits kiwis verts bourrés de vtamines !

Une récolte prometteuse !

A l’image de leur cousin de Chine, la plupart des variétés de kiwaïs sont des plantes dioïques : pour obtenir des fruits, il faut donc toujours accompagner 3 ou 4 pieds femelles d’un pied mâle.  Il existe néanmoins une variété autofertile ; elle porte le nom d’Issaï et se montre nettement moins vigoureuse que les variétés dioïques. C’est pourtant Issaï que l’on rencontre le plus fréquemment dans les rayons des jardineries car il s’agit d’une variété bien adaptée à la culture dans un jardin d’amateur, où la place est comptée !

Un kiwi Issaï  adulte peut tout de même produire plusieurs dizaines de petits fruits ronds (de 3 centimètres environ de longueur) verts, à la peau lisse, qui mûrissent en fin d’été (septembre-octobre), bien avant la récolte des kiwis classiques de Chine (novembre-décembre).  

kiwi issai autofertile

Où cultiver le kiwaï ?

Peu exigeant, le kiwi Issaï manifeste sa préférence pour les sols bien drainés et riches en humus qui rappellent les terres de leur région d’origine, en lisière de forêts.

Côté exposition, le kiwi de Sibérie aime garder les pieds au frais, mais pas trop non plus, surtout l’hiver. On peut abriter par exemple les racines l’été sous une épaisse couche de terreau de feuilles mortes, tout en assurant un généreux soleil à la tête ce cette grimpante ! En climat chaud, une exposition à mi-ombre est préférable pour éviter de griller le feuillage trop rapidement l’été.

Quand et comment planter le kiwi issai ?

La plantation du kiwi issaï s’effectue en début de printemps ou à l’automne. Creusez un trou de 30 centimètres de profondeur et de largeur. Si la terre est trop lourde, n’hésitez pas à mélanger quelques poignées de sable pour l’alléger. Pendant ce temps, plongez la motte dans un grand seau d’eau pour bien l’humidifier. Laissez égoutter avant de l’extraire de son contenant.

Enterrez la motte au ras-du-sol ou légèrement en dessous du niveau final de terre. Tassez fermement avec les mains, et terminez par un arrosage copieux.

kiwi issai plantation

L’étape la plus importante de cette plantation reste de prévoir un support de palissage solide en amont. Il faut un support robuste, capable d’accueillir cette liane immense, de résister à sa puissance, d’autant plus qu’un kiwaï adulte offre une prise aux vents considérable ! Ce petit kiwi vert ne requiert donc rien de moins que la construction d’une pergola, d’une treille ou la mise en place d’une armature en espalier ou en contre-espaliers avec des fils épais tendus entre des poteaux métalliques conçus pour la culture des kiwis.

La récolte débute généralement 2 à 3 ans après la plantation.

Comment consommer les kiwaïs ?

Comme leur peau est lisse, les kiwaïs ne s’épluchent pas et peuvent être consommés directement au pied de la liane. Ils se dégustent en frais, composent de belles salades de fruits estivales, ou peuvent être cuits pour confectionner de délicieuses confitures ou encore de belles tartes colorées ! Leur goût acidulé et leur chair sucrée est un vrai régal !

Le plein de vitamines !

Source importante de vitamine C, les kiwaïs  sont aussi très riches en sucres, calcium, potassium et en oligo-éléments : ils sont un véritable concentré de santé !

Quand et comment les tailler ?

La taille du kiwaï s’apparente en tous points à celles d’Actinidia sinensis. Opérez par une belle journée de fin d’hiver, en février-mars, impérativement avant le débourrement qui amorce une reprise de croissance vigoureuse.

La taille consiste surtout à limiter l’encombrement et la vigueur de cette grande liane. Supprimez les branches enchevêtrées au moyen d’un ébrancheur pour apporter davatange de lumière et améliorer la circulation de l’air. N’hésitez pas en particulier à rabattre sévèrement ou à supprimer même quelques rameaux parmi les plus âgés.

Concentrez enfin vos efforts sur les ramifications latérales en les ramenant à 40 ou 50 cm des charpentières.

Quel entretien ?

Les premières années, un arrosage est essentiel en été par temps sec.

Il est également nécessaire de palisser très régulièrement les rameaux en les arrimant au support au moyen de liens souples, sans les étrangler.

En climat froid, un voile d’hivernage peut être ponctuellement posé pour protéger les fleurs des gelées tardives.

En fin d’hiver, un bon apport de compost mûr ou d’un engrais spécial fruitiers permet de nourrir le pied de kiwi issaï pour l’année à venir.

Comment le multiplier ?

Le kiwaï se marcotte très facilement au cours du printemps. Il est également possible de réaliser des boutures en été à partir de ses rameaux semi-aoûtés.

 Mis à jour le Mai 11, 2019 @ 8 h 39 min

A propos de Bruno

Jardinier du côté de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les végétaux et l'univers du jardin. Des infos, des expériences, des portraits de plantes, les animaux, le bien-être par les plantes...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, du naturel avec une bonne dose de bon sens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.