Accueil » Jardiner » 3 gestes pour des rosiers généreux !
L'entretien des rosiers

3 gestes pour des rosiers généreux !

3 gestes pour des rosiers généreux !
Partagez votre avis sur cet article !

Pas de jardin sans rosier : tel pourrait être l'adage du jardinier. Le rosier, avec sa belle floraison parfumée et généreuse, fait en effet figure de plante incontournable et indispensable à tout jardin. Il demande cependant un entretien rigoureux, notamment l’hiver ou au début du printemps, si l'on souhaite le voir fleurir abondamment toute la belle saison. Dans cette optique, trois gestes s'imposent : nourrir, tailler et traiter

Nourrir les rosiers.

coupe rosier hiverL'engrais de fond nourrit le rosier toute l’année. Choisissez un engrais organique, qui ne se lessive pas mais qui favorise plutôt la vie des micro-organismes du sol. Car ce sont eux qui libèrent ensuite les substances nutritives puisées par le rosier. Plusieurs avantages à ce choix : il s'agit d'une méthode douce, durable et respectueuse des sols.

Procédez par temps sec et hors gelée, en mars, avant la reprise de la végétation. Après avoir retiré les protections hivernales autour de la souche (butte de terre), vous pourrez griffer le sol sur quelques centimètres de profondeur, puis épandre l’engrais (des phosphates naturels issus de broyats de roches ou un mélange de corne broyée et de sang desséché – , en général une petite poignée suffit). Griffez ensuite une nouvelle fois,  pour mélanger et incorporer de façon homogène..

Tailler les rosiers

Si la taille conditionne la beauté des rosiers, elle favorise aussi la floraison. Réalisée en février/mars, elle consiste à supprimer tout le bois mort, malade, abîmé, cassé ou frêle, et à nettoyer la ramure pour l’aérer. Les branches mal placées, tournées vers le centre, celles qui se croisent ou qui risquent de se croiser sont éliminées. Puis, on coupe au ras du sol les gourmands qui partent du porte-greffe. Ne conservez sur la ramure que des branches offrant une charpente saine. Les rosiers grimpants se taillent eux en fin d'hiver, pour les remontants, ou après la floraison, pour les non remontants.

 

Trois types de tailles sont couramment pratiquées :

– la taille courte, effectuée sur de jeunes sujets ou à l’inverse sur de vieux sujets à rajeunir, vise à les fortifier et à favoriser l’enracinement. Sélectionnez pour cela quatre branches bien réparties dans l'espace et rabattez à une dizaine de centimètres au-dessus du sol.

entretenir un rosier grimpant

– la taille normale : les tiges sont rabattues sur la moitié de leur hauteur, voire un peu plus bas pour les tiges plus frêles, ce qui les rendra plus robustes. Coupez toujours en biais au-dessus d’un œil tourné vers l’extérieur.

soigner ses rosiers– la taille haute : coupez un tiers seulement des nouvelles pousses. A réserver à des sujets vigoureux pour les contenir et éviter de les voir monter en cours de saison, puis fleurir très haut, ce qui est  peu esthétique.

Enfin, profitez de la taille pour ramasser les restes éventuels de feuilles ou de tiges pouvant abriter des parasites en dormance. Cicatrisez, à l'aide de mastic, les plus grosses plaies.

Traitements d’hiver des rosiers

Pour agir préventivement contre les champignons responsables de la maladie des tâches noires, de la rouille ou encore de l’oïdium, pulvérisez de la bouillie bordelaise, avec parcimonie toutefois, en raison de la présence de cuivre qui, à force d’accumulation, pollue les sols.

Contre les ravageurs (cochenilles, pucerons), préférez une pulvérisation de produits bio à base d’huiles végétales. Veillez à favoriser et à entretenir la vie végétale autour des rosiers, en installant par exemple des massifs de plantes variées et diversifiées pour accueillir au printemps de nombreux insectes auxiliaires (comme les chrysopes, les larves de coccinelles..), qui offriront une défense naturelle aux plantes.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

15 Commentaires

  1. bonjour
    mes rosiers roses , jaunes et blancs sont noirs de ces pucerons a carapace qui dévorent les fleurs. Comment m’en debarasser ?

    • Bonjour Colette,

      Petite recette: 1 litre d’eau de pluie tiédie, 20 ml d’huile de colza, 4/5 gouttes de savon noir. Agitez et pulvérisez sur les colonies de pucerons. Vous constaterez vite l’efficacité de ce traitement naturel. A recommencer 4 à 6 jours plus tard si besoin.

  2. Bonjour,
    nous avons besoin de conseil !
    Nous avons planté l’an dernier 12 rosiers autour d’un tilleul. Lors de la floraison, c’est très joli. Nous avions mis également une haie de buis, mais ils ont été littéralement envahis par la pyrale. Et malgré une chasse manuelle (beark !) quotidienne, nous avons fini par les arracher. Nous aimerions mettre autre “chose” autour de nos rosiers, des plantes vivaces. Pourriez-vous m’indiquez lesquelles se marient bien avec des rosiers (il y a deux variétés différentes : le Black Bakara et le Parfum de Honfleur) et si possible dans les même tons : rose clair, foncé, violet, blanc aussi pour trancher ou vert, car avec les buis, que nous voulions tailler bas, le rendu était vraiment joli : jardin à la française !
    Merci d’avance pour votre réponse

    • Bonjour Alexandra,

      Je pense qu’il faut conserver l’idée d’un écrin végétal vert au pied des rosiers. En effet, la floraison des vivaces colorées à leur pied diluerait justement l’effet souhaité qui est de guider le regard et mettre en valeur les belles roses.
      A la place des buis, vous pouvez planter du chèvrefeuille à feuille de buis. Il se taillera de la même façon que le buis, y ressemblera fortement, sans pour autant être sensible à la pyrale.

  3. Bonjour Bruno,
    j’aimerais associer une glycine et une clématite. Est-ce que la glycine ne vas pas étouffer la clématite?
    Autre sujet, j’habite en bretagne en bord de mer et en plein vent ouest nord et est! (mais le paysage vaut le coup) par contre j’ai du mal à élever des rosiers faut-il que j’abdique face au climat? Merci de votre réponse!

    • Bonsoir Véronique,

      Les glycines sont des plantes grimpantes vigoureuses, potentiellement capables de s’étirer sur plusieurs dizaines de mètres et de couvrir des surfaces assez impressionnantes. Je pense donc qu’il vaut mieux ne pas tenter l’association. Un chèvrefeuille grimpant ou une passiflore seront bien plus adaptés, en choisissant des variétés d’une longueur de tiges raisonnable.

      Pour les rosiers grimpants, le vent est effectivement un problème. Il faut des supports d’attaches solides et il est vrai que ces rosiers aiment le soleil tout en gardant les pieds au frais. Pourquoi ne pas essayer des variétés plus basses: les arbustifs par exemple parmi lesquels vous trouverez d’ailleurs des variétés de rosiers du Japon (Rosa rugosa), résistants, rustiques et parfois remontants.
      Bonne soirée,

  4. bonjour,
    Puis je faire mes boutures de rosier maintenant, ou dois je attendre fin novembre ?
    j habite en Bretagne donc temps doux , je souhaite savoir si je peux tailler court mes rosiers ou si je fais une première coupe et la 2 eme en mars .
    merci

    • Bonsoir,

      Oui, vous pouvez encore bouturer les rosiers en ce début du mois d’octobre. Prélevez des rameaux latéraux sains d’au moins 15 à 20 cm de longueur. Supprimez toutes les feuilles au sécateur. Piquez la bouture à l’envers dans un pot rempli avec mi-terre de jardin, mi sable. Dans 15 jours, la plaie à l’air libre sera cicatrisée et vous pourrez alors retourner la bouture. Cette astuce augmente le taux de réussite.
      Pour la taille courte, il vaut mieux attendre la fin de l’automne ou mieux, de l’hiver. Contentez-vous de faire une petite taille de rafraîchissement. Beaucoup de rosiers remontent en octobre, une légère taille va encourager l’apparition de nouvelles fleurs.

  5. Faut il tailler les rosiers grimpants? ou juste courber les rameaux ….merci aux jardiniers

    • Bonjour Sylvie,

      S’il est vrai que courber les rameaux ou palisser les charpentières des rosiers à l’horizontale favorise la floraison, les rosiers grimpants ont tout de même besoin d’une taille annuelle. Mais il faut patienter jusqu’à la fin de l’hiver (mars) pour l’effectuer. On supprime alors toutes les branches et le bois mort. On ajuste ensuite le palissage des charpentières puis on ramène tous les rameaux latéraux à 3 bourgeons ou on les réduit simplement d’1/3 pour les rosiers grimpants les plus vigoureux.

  6. j’ai un rosier meiviolin. que j’ai planté en pot. il a perdu ses feuilles. je l’ai mis en terre. je voit que ses branches deviennent marron. vos conseils pour le recuperer.

    • Bonjour,

      Difficile d’établir un diagnostic. Les feuilles étaient-elles criblées de Marsonia (maladie des taches noires du rosier). Cette variété est très sensible. Il arrive qu’elle perde la quasi totalité de ses feuilles en été, que quelques branches brunissent même avant un nouveau départ à l’automne. Taillez la partie brune et préparez un mélange d’un volume de lait pour 9 d’eau. Pulvériser sur l’ensemble du feuillage. C’est un traitement naturel anti-fongique. Arrosez aussi régulièrement au pied sans mouiller le feuillage.

  7. Des conseils toujours très judicieux et faciles à mettre en œuvre pour les jardiniers peu confirmés.
    Les rosiers sont vraiment les rois du jardin. S’ils sont déjà bien implantés (depuis au moins 1 année entière), pensez à leur associer des clématites qui prendront le relais de la floraison entre 2 remontées.
    À la plantation, je conseille toujours les racines nues, de novembre à mars. Outre les tarifs tres attractifs, les résultats sont bien meilleurs qu’en conteneur où, le premier été, les risques de sécheresse sont grands.
    Faire un trou suffisamment grand (40cms en tous sens), retailler les racines pour obtenir une coupe franche, jeter 1 poignée de corne broyée au fond du trou, mélangée à la terre ameublie, bien étaler les racines, les recouvrir avec la terre (celle du trou) du dessus, tasser avec le pied, faire une petite cuvette et arroser abondamment même s’il pleut (pour permettre à la terre de bien glisser entre les racines et ainsi favoriser la reprise).
    Le premier hiver, s’il fait très froid, protéger le collet du rosier (point de greffe) en butant légèrement. Découvrir au printemps pour que le collet affleure.
    Si vous procédez ainsi, je vous garantis de belles floraisons des la première année !

  8. Très intéressant, j’aurais sans doute des questions à poser prochainement, car si je jardine depuis longtemps, je vais me lancer dans des travaux qui me laissent perplexe pour débuter et je voudrais partager ce que je sais!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.