Accueil » L'été » Coréopsis des teinturiers: le soleil des prairies de l’oncle Sam
coreopsis des teinturiers

Coréopsis des teinturiers: le soleil des prairies de l’oncle Sam

Coréopsis des teinturiers: le soleil des prairies de l'oncle Sam
Partagez votre avis sur cet article !

Originaires des prairies d’Amérique du Nord qu’ils peuplent spontanément, les Coréopsis font partie de ces plantes de massifs incontournables tant elles sont capables, en quelques semaines seulement, de bouleverser complètement la physionomie d’un jardin. C’est en partie en raison de leur développement ultra-rapide, mais aussi du faible entretien qu’ils réclament, que les Coréopsis sont depuis longtemps prisés des jardiniers de cottages anglais. Dans cette grande famille, le Coréopsis des teinturiers (Coreopsis tinctoria) fait figure d’exception. Avec ses fleurs jaunes maculées d’un disque rouge, c’est en effet le seul au cycle de vie strictement annuel.

Un nuage de marguerites jaunes

Le Coréopsis des teinturiers développe des touffes buissonnantes desquelles s’érigent à près d’un mètre de hauteur des tiges aériennes, légères et élancés, s’animant au moindre souffle d’air. Les feuilles étroites et dentées sont reléguées à la base, groupées en rosettes plus ou moins denses.

Au bout de quelques semaines, les tiges finissent par s’arquer sous le poids des fleurs ; un tuteurage discret installé dès le début de la culture permet d’atténuer ce désagrément esthétique et de maintenir un port souple élégant.

Les fleurs apparaissent en juin et se renouvellent sans discontinuer jusqu’aux premières gelées  automnales. Les belles marguerites jaunes du Coreopsis des teinturiers s’ornent d’un disque central brun-rougeâtre caractéristique.

Où installer le coréopsis des teinturiers ?

Cette plante annuelle américaine n'est pas sans rappeler la verveine de Buenos Aires, plante à la morphologie et aux besoins proches. Comme elle, elle apprécie les sols légers et bien drainés. Avide de chaleur, le plein soleil est l’exposition qui lui réussit le mieux. Sa résistance à la sécheresse en fait une candidate intéressante à introduire dans un massif d’annuelles sans arrosage.

Plantez-les en bordures colorées qui prendront vie au moindre vent. Les Coréopsis annuels installés au cœur des massifs offriront quant à eux de grandes quantités de fleurs à couper permettant de décorer les tablées estivales de jolis bouquets champêtres.

coreopsis tinctoria
Les tiges aériennes du Coreopsis des teinturiers ne comportent pas de feuilles et se laissent porter par une légère brise. Jardin botanique de Poitiers

Comment le cultiver ?

Semis

Semez les graines de Coréopsis de mars à juin,  directement en pleine terre. Vous éclaircirez alors à 1 plant tous les 30 centimètres environ quelques jours après la levée.

A l’image des Cosmos par exemple, les semis en terrine, en godets ou bien sur plaques alvéolées donnent de bons résultats et permettent d’économiser des graines. Cependant, si cette méthode permet de faire l’impasse sur l’éclaircissage fastidieux, elle le remplace par un tout aussi fastidieux repiquage, à effectuer en mai, des plants choyés jusque-là.

Culture en pot 

Sur un balcon, une terrasse ou dans des petits espaces, cultivez le Coréopsis des teinturiers dans un grand pot (25 cm de diamètre et de profondeur au minimum). Choisissez une variété naine (30 à 45 centimètres de haut), plus adaptée dans ce cas. Déposez une épaisse couche de gravier sur le fond faisant office de drainage. Remplissez le  pot d’un mélange de terre de jardin, de terreau pour plantes fleuries additionné d’une pelle de compost.

Entretien du Coreopsis

L’entretien du Coréopsis des teinturiers est limité. Contentez-vous de supprimer régulièrement les fleurs fanées au cours de l’été pour stimuler l’apparition de nouvelles et ainsi maintenir une floraison continue jusqu’aux premiers froids. L’arrosage est inutile, sinon en cas de sécheresse prolongée.

Pour éviter que la touffe ne devienne un buisson dégingandé à l’approche de l’hiver, prévoyez un tuteurage dès la levée ou pensez à associer au Coréopsis des teinturiers des voisines solides qui lui serviront d’appui.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.