Accueil » L'été » Comment lutter contre la noctuelle de la tomate ?
chenille tomate

Comment lutter contre la noctuelle de la tomate ?

Comment lutter contre la noctuelle de la tomate ?
Partagez votre avis sur cet article !

Si la tomate est habituellement plus sensibles aux ravages du mildiou, certaines années, la chenille verte (noctuelle) creuse ses galeries dans les tomates vertes encore en formation. Les fruits touchés se nécrosent, deviennent  impropres à la consommation quand ils ne tombent tout simplement pas avant d’arriver à maturité. Comment agir de manière naturelle contre ces chenilles qui dévorent nos belles tomates ?

Un papillon discret, la noctuelle de la tomate

La noctuelle de la tomate, ou noctuelle des potagers, est un papillon de petite taille, brun-gris, aux mœurs nocturnes ; une livrée qui en fait un ravageur discret. Avide de chaleur, ce petit papillon colonise davantage les potagers du Sud de la France, bien que son territoire s’agrandisse au fil des ans. Les étés chauds et secs favorisent son développement, plusieurs générations de noctuelles de la tomate pouvant alors se succéder au cours de la belle-saison. A la fin de son cycle, l’insecte s’enfonce dans le sol pour la nymphose et survivre à l’hiver bien à l’abri.

chenille parasite tomate
La chenille de tomate peut faire des ravages alors même que les plants de tomate sont en parfaite santé. Il faut regarder attentivement du côté des fruits en formation pour détecter sa présence. Jardin de Jean.P (64)

Comment lutter ?

Plusieurs solutions naturelles existent pour lutter contre cette noctuelle, faisant appel avant tout au bon sens.

Les prédateurs naturels

Dans tout jardin, la présence des oiseaux est capitale ! Etourneaux, pics, corneilles…sont des auxiliaires précieux. Il suffit de griffer le sol au pied des tomates à l’automne pour qu’ils nettoient la planche des ravageurs qui s’y sont réfugiés. Pour attirer les oiseaux, offrez-leur gîte et couvert : des arbres hauts, des arbustes en haie libre pour leur nidification, une grande diversité de plantes source de nourriture pour eux (baies, insectes hôtes…)

Les pièges à phéromones

Mis en place dès le mois de juin, au moment du début de la période de vol des adultes, les pièges à phéromones sexuelles attirent les papillons mâles et les éliminent. L’accouplement et la fécondation ne pouvant avoir lieu, les tomates restent saines. Comme beaucoup de traitements, ce type de piège n’est pas totalement efficace. Certains mâles parviennent à passer entre les mailles des filets. Éliminez les éventuelles feuilles et les fruits touchés dès leur apparition.

chenille tomate traitement bio
Un trou dans la tomate verte et le pourtour qui commence à pourrir signent la présence de la chenille de la tomate, ici sur une cornue des Andes, Jardin de Jean.P (64)

Le BT, Bacille de Thuringe

Pulvérisé en prévention ou en traitement, le Bacille de Thuringe est une solution compatible avec une pratique du jardinage naturel. La bactérie utilisée, sans danger pour l’homme ou pour les animaux domestiques, parasite les chenilles et les oblige à cesser de s’alimenter. Pour être efficace, le BT doit être pulvérisé par temps sec car il se lessive rapidement dès les premières pluies. La pulvérisation est donc à renouveler régulièrement ou dès les premiers signes d’une attaque. Autre inconvénient (ou avantage suivant comme on voit les choses), le produit n’est pas spécifique de la chenille de la tomate. Le BT est par exemple également efficace pour lutter contre la pyrale du buis au jardin d’ornement ou encore contre la piéride du chou. Mais il peut donc potentiellement éliminer des papillons qui ne sont pas des ravageurs de nos cultures, ce qui me fait conseiller de l’utiliser plutôt le BT avec parcimonie.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

2 Commentaires

  1. Salut Bruno.

    Moi aussi je vis à Pau et c’est la première fois de ma vie que je fais pousser quelque chose.
    Comme je suis en appartement, je me suis fait un petit carré potager que j’ai construit et dans lequel j’ai mis 5 pieds de tomates.
    Bon, 4 sont morts et il n’en reste qu’un. Mais un pied qui a pris beaucoup d’ampleur (j’ai laissé les gourmands se développer pour les faire arriver sur les tuteurs des anciens pieds morts mais aussi parce que je ne savais pas forcément reconnaître tous les gourmands).
    En tout cas, bien que dépité par la mort de mes pieds, j’étais super heureux de voir ce pied rescapé prendre autant d’ampleur.
    Je suis parti 2 semaines en vacances et c’est ma voisine qui a assuré l’arrosage, du moins c’est ce qui était prévu.
    Mais quelle déception, à mon retour de voir les feuilles complètement bouffées par ce qui semblent être les noctuelles dont tu parles.
    Il y avait pleins de points noirs sur le sol et j’imagine que ce sont leurs déjections.
    Depuis dimanche, j’inspecte les pieds et les feuilles et je ne trouve pas la moindre trace de chenille. Je ne sais pas si la voisine les a supprimées car je n’ai pas encore pu lui demander.
    Quoiqu’il en soit, j’ai pu recenser une trentaine de petites tomates désespérément petites et vertes (un tout peit peu plus grandes qu’avant les vacances) et j’espère juste qu’il y en a bien une ou 2 qui sont arrivées à maturité et que la voisine les a mangées.
    J’ai juste peur que les feuilles vraiment trouées et bouffées ne nuiront pas au développement des tomates restantes.
    Je vais essayer de trouver de la Bacille de Thuringe pour traiter: ça se trouve partout ?
    J’ai également constaté que certains “culs” de tomates présentaient une tâche marron…
    Merci pour l’article qui a confirmé ce que je pensais.

    Cordialement.

    • Bonjour 🙂

      Le bacille de thuringe se trouve facilement en jardinerie, c’est un produit vendu pour lutter contre toutes sortes de chenilles (pas uniquement la noctuelle de la tomate). Il se présente sous la forme d’une fine poudre marron à forte odeur de levure (les bacilles) à diluer dans l’eau puis à pulvériser sur les fruits et feuilles.

      Pour la seconde question, certains “culs” de tomates présentent une tâche marron: il s’agit probablement de la maladie du cul noir de la tomate (lisez l’article), surtout s’il s’agit d’une variété cornue des andes.

      Bon jardinage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.