Accueil » Le verger » Planter un abricotier : choisir une variété à confiture
planter un abricotier

Planter un abricotier : choisir une variété à confiture

Bien que la culture d’un abricotier soit envisageable partout en France, il ne faut pas oublier que c’est un arbre originaire des pays chauds et qu’en conséquence, il est indispensable de lui offrir la chaleur dont il a besoin. Si le sol et le climat ne lui conviennent pas, il développera de nombreuses maladies (moniliose, écoulement de gomme,…) et ne fructifiera pas vraiment.  Je vous propose aujourd’hui, avec ce billet, de vous aider à choisir et à planter une variété d’abricotier adaptée à votre climat et à la confection de savoureuses confitures maison. Productivité, qualité des fruits et facilité de dénoyautage sont les maîtres mots de cette sélection…

Quel sol pour votre abricotier ?

L’abricotier se plait en tous sols, même un peu calcaire. Il déteste cependant les terres lourdes, collantes et humides. En terrain argileux, vous pouvez, au moment de la plantation, apporter un mélange de sable et de terre de jardin qui permette aux racines d’évoluer dans un substrat souple et drainé.

 L’abricotier est frileux, pensez-y !

Réservez-lui une exposition chaude, voire très chaude. Plantez-le à l’abri des courants d’airs froids qui détruisent sa floraison précoce et anéantissent la future récolte. Dans certains jardins du Nord de la France, il peut même être nécessaire de le planter au pied d’un mur exposé au Sud et de le conduire en espalier. Pensez aussi à bien le protéger l’hiver, en installant un paillage (de brf, de feuilles mortes, de déchets de tonte…) à ses pieds.

Quelles variétés d’abricotier choisir pour confectionner d’excellentes confitures d’abricots maison ?

La variété la plus commune est sans doute « Bergeron »,

très appréciée pour le caractère régulier et vigoureux de sa production. Les fruits, cueillis de la mi-juillet à la mi-août, sont de bon calibre, légèrement acides mais sucrés. Petit plus, l’arbre présente une bonne résistance au froid mais se montre en revanche assez sensible à la moniliose.

L’abricotier « Ampuis »

que l’on trouve aussi sous l’appellation « De Hollande », plutôt rustique et résistant, développe une floraison tardive, qui le met souvent à l’abri des gelées printanières. Il produit vers la mi-juillet des abricots aplatis, à la peau jaune piquée de rouge, dont la chair fondante et même légèrement pâteuse, exhale un doux parfum.

L’abricotier « Luizet »

est vigoureux, productif et rustique. Il résiste très bien au froid, ce qui en fait un arbre de choix pour les régions fraîches, voire franchement froides.  Les fruits, à la chair ferme, juteuse et acidulée, prennent une belle coloration violacée sur la zone exposée au soleil (l’insolation) et se récoltent sur la première quinzaine du mois de juillet. Luizet est une variété très appréciée en cuisine du fait que le noyau ne colle pas à la chair, pour un gain de temps évident.

 La variété « Royal »,

qui arrive à maturité dans la première quinzaine du mois d’août, vigoureuse et très productive, offre des fruits ronds, à la chair jaune fondante, sucrée et bien parfumée.

Comment planter votre abricotier ?

Commencez par creuser un trou conséquent, d’au moins 70 cm de diamètre pour 50 cm de profondeur. A l’aide d’une fourche-bêche, ameublissez bien le fond.

Si vous avez acheté votre fruitier en racines nues, taillez légèrement les racines trop longues, et éliminez celles qui sont cassées ou abîmées. Puis préparez dans un seau un mélange boueux. Badigeonnez l’ensemble du système racinaire avant de plonger l’arbre quelques heures dans le seau, pour bien réhydrater les radicelles.

Planter abricotierVersez dans le fond du trou un lit constitué d’un mélange de compost et de corne broyée. Enfoncez un tuteur solide puis positionnez l’arbre, de manière à ce que le point de greffe reste à l’air libre. Pour vous aider, amarrez le tronc de votre abricotier au tuteur en utilisant un lien souple et élastique (une vieille chambre à air retaillée est très efficace, par exemple).

Rebouchez le trou en ménageant une cuvette d’arrosage. Tassez et versez enfin plusieurs arrosoirs d’une eau tempérée. Rajoutez un peu de terre au besoin.

Liez définitivement l’arbre à son tuteur, bien verticalement. Veillez à ne pas serrer de trop les liens, pour ne pas risquer d’étrangler votre abricotier pendant sa croissance (rapide).

Et vous, quelle variété d’abricot utilisez-vous pour préparer votre délicieuse confiture ?

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

1 commentaire

  1. Article incomplet qui ne nous apprend rien, car bien des variétés intéressantes pour terrain lourd et régions froides se sont même pas mentionnées (Polonais, Kioto etc)…, les abricotiers de monsieur toutlemonde n’intéressantt que ceux qui vivent dans les régions les plus ensoleillées et disposant terrain bien drainées!
    Dommage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *