Accueil » L'été » Comment lutter bio contre la piéride du chou ?

Comment lutter bio contre la piéride du chou ?

Dans sa livrée blanc crème assortie de un ou deux points sombres suivant qu’il s’agit du mâle ou de la femelle, on se laisse aller à regarder voleter la piéride du chou, l’un des papillons les plus communs de nos contrées ! Mais qui oserait alors imaginer que la chenille de cette petite merveille est l’un des ravageurs les plus redoutables au potager ? Grande vorace des feuilles de choux ou de brocolis, elle grignote en effet les feuilles grasses des brassicacées jusqu’à n’en laisser que les côtes. Devant parfois le nombre conséquent d’individus, les jardiniers que nous sommes se trouvent désemparés… Petit tour d’horizon de quelques solutions pour lutter bio contre la piéride du chou

Rien ne vaut la prévention…contre la piéride !

Piéride du chou posée sur une fleur
Qui oserait croire que la chenille se métamorphosant en ce beau papillon qu’est la piéride du chou est l’un des pires ennemis du jardinier ?

Encore faut-il détecter les vols d’adulte à temps ! Dès la fin avril, dans les régions françaises les plus chaudes mais surtout en fin de printemps. Les femelles viennent alors pondre leurs œufs bien à l’abri sous l’envers des feuilles. Pour éviter les invasions massives, certains jardiniers ont recours à la protection sous filet anti-insectes. Un dispositif efficace mais qui nécessite une mise en œuvre longue et parfois compliquée. Pour les cultures les plus basses, on peut utiliser des arceaux fichés dans la terre de part et d’autres des plantes à protéger. Réalisés en fer tors, ils soutiennent le filet et peuvent être réemployés d’une année sur l’autre. Pour les cultures plus volumineuses, de vastes cages métalliques peuvent être montées puis recouvertes. Efficaces mais peu  évidentes à installer.

Le ramassage des chenilles….tout un sport !

Chenilles piérides du chou
Souvent présentes en grands nombres, les chenilles de la piéride dévorent les feuilles de choux pour ne laisser que les côtes !

Il n’existe pas de méthode plus naturelle que le ramassage à la main des chenilles. Enfilez une bonne paire de gants, laissez de côté les appréhensions et lancez-vous ! Récoltez les chenilles comme vous le feriez de petites baies. Déposez-les dans une boîte. Suivant vos convictions, ensuite, relâchez-les dans les hautes herbes loin du potager ( ou à proximité de celui d’un voisin « adoré ») ou encore brûlez-les. Cette méthode on-ne-peut-plus écologique n’a qu’un inconvénient majeur : il faut avoir l’œil et procéder par forte invasion à une récolte quotidienne !

Chenille, va voir ailleurs je te prie !

Un répulsif biologique, puisqu’il s’agit de cela, n’a pas pour effet de tuer la chenille mais l’invite à s’éloigner des cultures à protéger. Dans ce domaine, il en est un, le purin de tanaisie, qui excelle ! Produit naturel à l’action anti-insectes, il est facile de le fabriquer soi-même pour le pulvériser sur le feuillage. En somme, des préparations à base de plantes pour aider les plantes !

Bacillus thuriengis ou la méthode du cheval de Troie.

Filets anti-insectes piéride
La pose d’un filet empêche le papillon de se poser sur les feuilles et protège les choux

Ultime recours possible, si la piéride vous pousse dans vos retranchements, sachez qu’il existe dans le commerce des préparations agréées en agriculture biologique à base de bacille de Thuringe. Cette bactérie, pulvérisée sur le feuillage luisant des choux, empoisonne toute chenille qui l’ingère. Utilisez cet insecticide avec discernement car il n’est pas spécifique à cet insecte mais peut éliminer d’autres chenilles de papillon non nuisibles, elles !

  Le ton délibérément léger de ce billet vous a plu ? Venez alors rejoindre la communauté des jardiniers de Jardipartage en vous inscrivant à lettre d’information mensuelle. Le plein de conseils, chaque mois !

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

5 Commentaires

  1. Cette année je n’ai pas eu de piéride du tout contrairement à l’an passé. J’ai arrosé mes choux au purin d’ortie et à chaque fois j’en mettais sur les feuilles, est-ce la raison, je réitérerai l’an prochain. En revanche ce sont les limaces qui se chargent de boulotter mes choux du coup.

    • Bonsoir Damien,

      Merci pour ce partage. Le purin d’ortie a en effet de nombreuses vertus. C’est vrai que les limaces et escargots raffolent des choux qu’elles transforment bien vite en “gruyère”. Piège à bière et ramassage manuel obligatoires !

  2. masquer l”odeur par une autre plante est super efficace, j’utilisais de l’extrait d’ail que je pulvérisait dessus, soit écrasé, soit en he, il parait aussi que de placer des coquilles d’œuf attire le papillon et qu’il y laisserais même sa ponte,à confirmé, sinon ma maman jetait du sale tout les jour sur les choux ce qui faisait tombé les chenilles ne pouvant s’accrocher su les feuilles

  3. L’année dernière, j’ai lutté contre cette jolie et envahissante chenille avec du purin de tomate. Très efficace. L’odeur du plant de choux est masqué par l’odeur des plants de tomates pulvérisé ce qui réduit fortement les pontes de papillon. Ils vont voir les choux des voisins, ce qui ne me dérange que peu ! 😀

    J’ai profité, en ce début de saison de la taille des gourmands et des plants de tomates poussés naturellement pour me refaire 10L de purin pour cette année. En espérant que cela suffise !

    Facile, efficace et écologique !! Que demander de mieux !! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *