Plantes fleuries et vivaces

La pulmonaire : Une plante couvre sol médicinale

Les pulmonaires sont parmi les premières plantes vivaces de l’année à fleurir, souvent dès le mois de février. Leur feuillage persistant vert ou bien tacheté de crème ou d’argent, tapissant, forme de magnifiques couvre sols à l’ombre ou à mi ombre. Cet intérêt décoratif est complété par une production précoce et abondante de nectar et de pollen dont raffolent les abeilles.

Ce qu’il faut savoir :

Nom botanique : Pulmonaria officinalis, Pulmonaria saccharata
Nom courant : Pulmonaire, pulmonaire officinale
Famille : Boraginacées

Hauteur x étalement :  20 à 30 cm de hauteur et de largeur.
Feuillage : Décoratives, les longues feuilles de la pulmonaire peuvent être uniformément vertes ou ponctuées de taches blanches, parfois argentées
Fleurs :  Entre février et avril, se dressent au-dessus du tapis de feuilles des bouquets de fleurs en entonnoir d’abord roses ou pourpres, puis d’un bleu vif ou blanches selon les variétés. Ces fleurs mellifères offrent un repas précieux aux premières abeilles qui s’aventurent hors de la ruche.

Exposition : Cette plante vivace aime une situation à mi ombre si le soleil est doux et que le sol reste frais, ou à l’ombre, mais elle fleurit alors moins.
Sol : non acide, plutôt frais ou humide, mais toujours bien drainé.
Rusticité : Robuste et rustique, elle résiste aux hivers les plus froids.

Plantation de la pulmonaire

Plantez la pulmonaire au début du printemps ou au cours de l’automne. Espacez les plants de 40 à 60 cm en tous sens. Ils couvriront en seulement 2 ou 3 ans tout l’espace que vous leur avez offert.

Associez cette belle plante fleurie à des bulbes printaniers. Elle se plait bien en bordure d’allée, de massifs de vivaces, au pied des arbustes de haies fleuries ou des arbres en sous-bois sauvage.

Il est conseillé de diviser la pulmonaire tous les 3 ans au maximum pour redonner un coup de jeune aux touffes, sinon leur centre a tendance à se lignifier. Effectuez cette division en mars ou en octobre. Replantez uniquement des morceaux de rhizomes qui portent un grand nombre de racines.

 

pulmonaire plante
© Annakika

Entretien de la pulmonaire

Il est limité au nettoyage des touffes et à quelques arrosages :

Taille de nettoyage : Après la floraison, coupez les fleurs fanées pour redonner de l’allure à ce couvre sol. En fin d’hiver, vous pouvez aussi nettoyer la touffe en supprimant les feuilles mortes et sèches, libérant la place pour les nouvelles.

Arrosage et paillage : Arrosez uniquement en période de sécheresse, l’été. Pour garder davantage le sol frais plus longtemps, étalez un paillis tout autour des pieds au printemps, à renouveler jusqu’en automne.

Oïdium : Si l’été est sec et très chaud, les feuilles peuvent se couvrir d’un voile blanc d’oïdium. Ne traitez pas. Supprimez entièrement le feuillage malade et arrosez régulièrement pour maintenir un sol frais. Dès le retour d’un temps moins chaud en automne, de jeunes pousses sortiront et déploieront leurs feuilles jusqu’en hiver.

Variétés de pulmonaires remarquables

La Pulmonaire officinale se rencontre à l’état sauvage dans les sous-bois, les bois clairs, les talus et les bords de chemin, sur sol frais à humide non acide. Elle présente des feuilles parsemées de taches argentées. Toutes les parties de la plante comportent de petits poils.

  • Pulmonaire Rubra redstart : Cette variété de 30 cm de hauteur, aux fleurs très roses, fleurit dès le mois de février, parfois avant en climat doux.
  • Pulmonaire Rubra David Ward : Feuilles vert tendre avec un liseré blanc. Fleurs roses rouges
  • Pulmonaria saccharata, variété Mrs Moon : ses grandes feuilles vertes tachetées d’argent sont présentes toute l’année. Les boutons roses donnent naissance à des fleurs bleues ou rouge violacées en mars.
  • Les pulmonaires hybrides ont été sélectionnées pour leurs feuilles tout autant que pour leurs fleurs remarquables. Mais elles sont aussi plus fragiles et supportent plus difficilement la sécheresse l’été.

Quelques variétés conseillées parmi les hybrides :

  • Blue ensign : à fleurs bleu intense, presque violet, sur des feuilles vert vif tachetées de blanc. Son nom fait référence au bleu profond qui orne le pavillon de la marine anglaise.
  • Majesté : Cet hybride aux fleurs roses virant au bleu porte de superbes feuilles argentées, pâles, avec une nervure centrale marquée.
  • Coral springs : Se distingue par ses fleurs rose corail qui éclairent à elles seules un coin ombragé. Ses grandes feuilles terminées en pointe sont vert foncé moucheté d’argent.
  • Opal : aux bouquets de fleurs blanc rosé.
pulmonaire la plante
© K.Ter Haar

La pulmonaire officinale, plante médicinale

La pulmonaire officinale présente des propriétés médicinales intéressantes, connues depuis longtemps.

La plante doit être cueillie en période de floraison. La tisane, obtenue en laissant infuser les feuilles fraîches et les hampes florales, aide à soigner un “coup de froid”. Elle contient des mucilages, des flavonoïdes, de l’acide silicique, des tanins et de l’allantoïne. Cette tisane a des vertus anti inflammatoires. Elle calme la toux, fluidifie les sécrétions et a des propriétés expectorantes.

Parallèlement, l’acide silicique aide à renforcer la résistance des poumons malades.

A la différence de la plupart des autres plantes de la famille des borraginacées dont elle fait partie, la pulmonaire officinale ne contient pas d’alcaloïdes toxiques pour le foie.

Le saviez-vous ?

Utilisez les feuilles et les fleurs fraîches de la pulmonaire officinale pour décorer vos plats salés ou des salades. Elles renferment de nombreux sels minéraux.

Apparu au Moyen-âge, le nom botanique du genre Pulmonaria vient des taches blanches sur ses feuilles qui rappellent l’aspect de poumons humains (pulmo en latin signifie “poumon”). L’adjectif officinalis indique simplement que cette boraginacée est réputée et utilisée depuis longtemps pour ses vertus médicinales.

Les propriétés médicinales de la pulmonaire sont d’ailleurs en partie à l’origine de la “théorie des signatures” qui inscrit les plantes qui soignent dans des croyances religieuses.

Les fleurs de la pulmonaire officinale naissent roses. Après la pollinisation, elles virent de couleur, prenant une teinte bleu soutenue. Ce changement de couleur est dû à des pigments sensibles au pH : les anthocyanes. La pollinisation entraîne une modification rapide du pH des cellules composant les pétales. Les pollinisateurs le savent : ils ne fréquentent que les fleurs roses pas encore pollinisées, donc pourvues de nectar.

Sur le même thème :

Fuchsia du Cap :  L’élégant fuchsia d’Afrique du Sud
Bergenia crassifolia : Un couvre sol en fleurs dès février

2 commentaires

  1. il faut ajouter que la pulmonaire résiste très bien à la canicule , du moment qu’elles sont à l’ombre et arrosées de temps en temps .
    Chez moi, elles se mutiplient sans cesse et n’arrêtent pas de fleurir auprintemps , surtout si elles sont à l’ombre claire . Mon terrain est un peu calcaire
    je peux en envoyer à qui voudra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page