Arbres fruitiers à noyaux

Puceron vert du pêcher : Comment lutter ?

Au printemps, le pêcher est parfois massivement attaqué par des pucerons verts (Myzus persicae). Les piqûres de ces insectes ravageurs provoquent des déformations des feuilles, ralentissent la croissance de votre arbre fruitier et l’affaiblissent. Découvrez le cycle de vie du puceron vert du pêcher mais aussi comment s’en débarrasser.

Myzus persicae : Son cycle de vie

Les pucerons verts sont présents sur le pêcher du mois d’octobre au mois de juin.

Comment arrivent les pucerons sur les feuilles du pêcher ?

Le puceron vert du pêcher (Myzus persicae) hiverne sous la forme d’œufs. Ces insectes parasites sont généralement cachés dans les creux de l’écorce de l’arbre.

L’éclosion des œufs a lieu dès la fin du mois de janvier dans le Sud de la France, et en février, mars ou avril plus au Nord. Chaque œuf donne naissance à une femelle sans aile.

Ces premiers pucerons verts ailés, appelées femelles fondatrices, se reproduisent par parthénogénèse, c’est-à-dire qu’elles n’ont pas besoin de l’accouplement avec un mâle. Elles donnent naissance à d’autres femelles.

Le réchauffement des températures favorise leur multiplication. 2 à 5 générations se succèdent ainsi pour fonder la colonie.

puceron vert du pêcher comment s'en débarrasser
Dégâts du puceron vert du pêcher © DepositPhotos

Au mois de mai, l’infestation est maximale

La colonie est à son maximum vers le début du mois de mai, juste avant que les pucerons ailés migrent vers d’autres plantes.

Le pêcher est l’hôte primaire de ces insectes parasites. On les retrouve plus tard sur des hôtes secondaires : en particulier au potager sur les choux, certaines graminées ou encore les pommes de terre.

Pendant tout l’été, de nouvelles générations de pucerons verts se succèdent, avec ou sans ailes. Ils se reproduisent toujours par parthénogénèse, à un rythme affolant : chaque puceron pouvant donner naissance entre 20 et 40 individus.

La présence d’insectes auxiliaires, d’oiseaux prédateurs limite le nombre d’individus et permet de faire baisser la pression sur les plantes attaquées. Les pucerons verts deviennent alors plus rares.

Fin du cycle du puceron vert

Les pucerons se multiplient à nouveau massivement en automne. C’est à cette période de l’année qu’apparaissent les individus mâles. Les femelles fécondées iront ensuite pondre leurs œufs d’hiver sur l’écorce d’un pêcher, en attendant le retour du printemps.

Dégâts sur le pêcher

Pour se nourrir, les pucerons verts piquent les fleurs puis les feuilles du pêcher. Au printemps, les jeunes pousses et les feuilles infestées s’enroulent.

Les pucerons injectent dans les tissus de l’arbre fruitier un produit nocif qui peut transmettre des maladies virales.

insecte parasite du pêcher
Pêcher affaibli par les pucerons Myzus persicae © DepositPhotos

Comment se débarrasser des pucerons sur un pêcher ?

Il existe plusieurs moyens de lutter contre ces insectes parasites du pêcher.

Un badigeon de chaux

C’est un traitement à effectuer avant la fin de l’hiver, dès janvier. Vous pouvez recouvrir le tronc de vos pêchers avec un badigeon de cendres ou du blanc arboricole. Insistez bien avec votre pinceau sur les creux de l’écorce, là où sont logés les œufs d’hiver des pucerons. Ces deux produits naturels vont permettre de les asphyxier.

Pulvériser un insecticide naturel

Au moment de l’apparition des premiers pucerons sur les fleurs et sous les feuilles, vous pouvez traiter avec un insecticide à l’huile de colza, à l’huile de paraffine ou au savon noir (dilution à 5 ou 10%). Vous pouvez également faire un traitement à l’argile blanche, un produit naturel qu’il faut également diluer dans l’eau avant pulvérisation.

Ces traitements ont un inconvénient majeur : ils ne ciblent pas spécifiquement les pucerons et détruisent aussi de nombreux insectes prédateurs des pucerons comme les larves de coccinelles, de chrysopes vertes, de syrphes ou encore d’autre insectes utiles à la pollinisation. A partir de la période de floraison, il faut donc éviter les traitements car ils produisent plus de dégâts que l’arbre n’en tire d’avantages !

A la place, utilisez ces astuces de bons sens, surtout si votre pêcher ne présente qu’un petit nombre de pucerons visibles :

Utiliser des bandes de glu

Entourez le tronc de votre pêcher à 70 ou 80 cm de hauteur, d’une bande glu. Au moment de la mise en place, faites attention à ce que la bande soit bien plaquée contre l’écorce afin que les fourmis et les pucerons ne trouvent pas moyen de contourner ce piège.

Evitee les engrais azotés

Les pucerons prolifèrent sur les jeunes pousses du pêcher gorgées de sève. Ces longues pousses se développent souvent lorsque l’alimentation de l’arbre est trop riche en azote. Ne donnez jamais d’engrais déséquilibré à votre arbre fruitier. A la place, faites des apports de compost ou de broyats de branches.

Les pucerons détestent l’eau !

Il suffit bien souvent de prendre un jet d’eau équipé d’un embout lance pour décrocher de nombreux individus. Une fois à terre, les pucerons sont incapables de remonter sur l’arbre !

Enlever des feuilles remplies de pucerons

Observez attentivement et très régulièrement votre pêcher. L’important est de parvenir à maintenir un équilibre entre la santé de l’arbre et la présence de parasites car le zéro parasite n’est pas possible ! Pour faire retomber la pression des pucerons sur votre pêcher, il suffit parfois de couper un bout de branche ou de retirer quelques feuilles très attaquées qui concentrent un grand nombre de pucerons.

Favoriser les prédateurs naturels des pucerons

Les coccinelles, chrysopes, syrphes et certaines punaises sont les ennemis naturels des pucerons, mais ils n’apparaissent qu’après ces insectes parasites. Ils ne se développent donc que lorsque les colonies de pucerons sont déjà suffisamment importantes.

En revanche, leur efficacité est redoutable, ce qui explique pourquoi les pucerons disparaissent en partie en été. En effet :

  • Une larve de coccinelle, consomme entre 200 et 500 pucerons. L’adulte en avale 600 à 2000.
  • La larve de syrphe mange 1000 proies,
  • Celle de la chrysope, 250.

Voilà pourquoi l’utilisation d’insecticides, même bio, est un non-sens. Il ne faut rien faire qui puisse nuire à ces insectes auxiliaires ! Au contraire, favorisez leur présence en aménageant des abris d’hiver pour tous ces précieux insectes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page