Plantes fleuries et vivaces

La primevère : Une fleur d’avance sur le printemps

Facile à cultiver, la primevère des jardins se naturalise et revient fidèlement chaque année pour annoncer le renouveau printanier. Appréciée pour ses fleurs lumineuses joliment colorées, cette plante vivace robuste est polyvalente : pot, jardinière à mi ombre ou aux pieds d’arbustes caducs, tout, ou presque, lui convient !

Ce qu’il faut savoir :

Nom botanique : Primula polyanthus
Nom courant : Primevère des jardins
Famille : Primulacées

Hauteur : 15 à 20 cm de hauteur, avec une croissance moyenne.
Feuilles : Les rosettes de feuilles allongées et gaufrées, de couleur vert clair, forment une petite touffe. Ce feuillage est semi persistant, les feuilles disparaissent partiellement pendant la période de repos de cette plante vivace, l’été.
Fleurs :  Épanouies de mi-février à mai sans discontinuer, les petites fleurs multicolores, souvent soulignées d’un cœur d’une autre couleur, sont réunies en grappes au sommet d’une courte tige. Elles exhalent un délicat parfum de rose.

Exposition : À mi-ombre ou au soleil léger si la terre reste fraîche, mais pas en plein soleil.
Sol : Frais. Les primevères apprécient une bonne terre de jardin, légèrement acide, bien drainée, riche en humus. Le sol doit rester frais toute l’année. Idéalement, la primevère des jardins apprécie une terre lourde, argileuse et humide au printemps et en automne, mais jamais détrempée.
Rusticité : Très résistante au froid, elle supporte -20°C.

Comment faire un semis de primevères ?

Entre février et avril, semez les petites graines de primevères en caissette remplies de terreau horticole, sans les couvrir.

Gardez ensuite à l’extérieur.

Quand les jeunes plants ont développé 4 à 5 feuilles, repiquez-les directement à leur place définitive, en pot ou en jardinière.

Quand faut-il planter les primevères ?

Idéalement, la plantation des primevères doit être effectuée en automne : l’enracinement est alors meilleur pendant l’hiver. Mais une plantation effectuée entre mars et mai est aussi possible, à condition d’arroser les plantes en été.

plantation primeveres
© Jardipartage

Pour une plantation en bordure d’une allée ou d’un massif :

  • Ameublissez la terre sur 15 cm de profondeur sur toute la surface à planter.
  • Cassez les mottes à la griffe.
  • Etalez ensuite une bonne couche de compost que vous mélangez à la terre.
  • Creusez un trou avec le transplantoir. Les jeunes plants de primevères doivent être espacés de 15 cm
  • Enfoncez la motte au ras du sol.
  • Rebouchez avec le mélange de terre et de compost.
  • Pour un meilleur enracinement, relevez les feuilles, cela permet de ramener de la terre pour couvrir légèrement la motte.
  • Enfin, tassez avec les doigts et arrosez généreusement.

Entretien des primevères

Arrosage : Jamais trop d’eau, ni de sol trop sec ! Voilà la principale règle à respecter. Un sol frais, sans excès, résume bien les conditions idéales pour les primevères.

En hiver, les primevères des jardins se contentent des pluies.

En été, les arrosages doivent être réguliers mais à l’ombre, elles supportent une sécheresse passagère car elles sont au repos.

Entre les deux, après la floraison au printemps et tout l’automne, elles apprécient un paillage avec des tontes de gazon qui leur permettent de garder les racines au frais.

Nettoyage : Coupez les fleurs fanées et supprimez les feuilles jaunies pour nettoyer la touffe après la floraison.

Fertilisation : Chaque année ou tous les 2 ans, apportez une poignée de compost par plante en automne.

Protections : Protégez les jeunes feuilles de primevères contre les limaces et les escargots. Ils les adorent ! Les jeunes plants installés au printemps doivent aussi être protégés du froid le 1er hiver.

Culture en pot ou dans une grande jardinière

Pour une plantation en pot, préparez un mélange de bonne terre de jardin, de terreau horticole et d’un peu de sable. N’oubliez pas de bien drainer le fond du contenant avec une couche de gravier.

Les primevères en pot ou en jardinière sont idéales pour fleurir un balcon mi ombragé, les marches d’un escalier ou le centre d’une table. Vous pouvez les associer à des bulbes printaniers : narcisses, muscaris bleus, jacinthes, petites tulipes botaniques.

Pour les garder longtemps, faites chaque année, à l’automne, des apports d’un peu de sable mêlé à du terreau.

Comment multiplier les primevères ?

Les primevères sont très faciles à multiplier.

Elles se ressèment d’ailleurs toutes seules dans les massifs ou s’invitent sur la pelouse. Il ne faut pas hésiter à récupérer ces plants entre février et avril, même s’ils sont fleuris, pour les replanter ailleurs.

L’astuce du jardinier : Comme le montre la vidéo suivante, veillez à bien arroser les jeunes plants pour limiter le stress, sinon les fleurs fanent rapidement. Vos primevères seront très fleuries dès l’année suivante.

Il est également possible de récolter les petites graines pour les semer en terrine au printemps.

Au bout de 2 ou 3 ans de culture, on peut également effectuer une division des touffes en septembre ou octobre pour régénérer cette plante vivace.

Utilisations des primevères des jardins en pleine terre

Faciles à réussir à mi ombre, les primevères sont polyvalentes :

Plantées à l’avant des massifs, elles forment de belles bordures en sol frais. Plantez-les en quinconce sur deux rangées pour obtenir un plus bel effet, en compagnie par exemple de nivéoles de printemps très précoces.

Installées aux pieds d’arbustes printaniers caducs comme le forsythia, le magnolia étoilé, des rosiers ou même des arbres fruitiers, ces plantes vivaces apportent leurs touches de couleurs éclatantes.

Elles sont aussi parfaites pour une plantation sur un talus ou une rocaille à l’ombre, où elles se naturalisent et se ressèment d’années en années. Vous pouvez les associer à des benoites orange.

Variétés de primevères conseillées

La plus répandue est la primevère des jardins (Primula polyanthus), aux fleurs en bouquets au sommet d’une tige de 15 à 20 cm de hauteur. Chaque rosette produit quelques tiges qui fleurissent plusieurs semaines. Cette primevère se ressème allègrement toute seule, offrant des mélanges de couleurs inédites.

primevère des jardins
© Jardipartage

A côté de ce grand classique et de ses nombreux hybrides aux grandes fleurs vivement colorées, on trouve en jardinerie d’autres primevères aux floraisons plus originales :

La primevère auricule (Primula auricula) : aux fleurs à pétales épais, pourpres, violets, bleus, jaunes ou oranges, à coeur blanc. Elles dégagent un délicat parfum. Cette primevère est idéale en pot car elle fleurit pendant plus de deux mois et vit longtemps sans demander trop d’entretien.

La primevère denticulée (Primula denticulata), aux petites fleurs mauves, bordeaux ou blanches qui forment des bouquets bien ronds au sommet d’une tige droite, robuste. Cette primevère vivace se plait dans les terres argileuses humides. Elle se ressème aussi naturellement et reste fleurie longtemps.

La primevère acaule (Primula acaulis), sans tige mais aux grosses fleurs en bouquets qui s’épanouissent juste au-dessus de la rosette de feuilles gaufrées. Leur cœur est d’une couleur différente.

La primevère officinale ou primevère commune (Primula vulgaris) : cette primevère sauvage, aux fleurs jaunes lumineuses, pousse spontanément dans les sous-bois clairs. Ses fleurs simples ou doubles font merveille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page