plante carnivore entretien | Jardipartage

Aussi belles que voraces, focus sur l’entretien des plantes carnivores !

Les plantes carnivores sont de véritables curiosités botaniques. Elles ont chacune leur charme et différentes stratégies pour attirer, capturer et digérer leurs proies, principalement des insectes. Vous voulez en adopter une ? Plante carnivore entretien : découvrez tout ce qu’il faut savoir pour s’en occuper !



Les népenthès avec leurs urnes suspendues, les droséras, la célèbre attrape-mouche Dionaea muscipula ou encore les sarracènes et leurs pièges tubulaires…Toutes ces plantes carnivores demandent des soins assez similaires. Peu contraignants, ils sont aussi précis qu’indispensables pour la bonne santé de la plante.

Bien planter sa plante carnivore

À l’achat, la plante carnivore se trouve, comme toutes les autres, dans un godet plus ou moins grand. Cependant ne le conservez pas et offrez rapidement bien plus d’espace à votre nouvelle plante.

Choisissez donc un grand pot en plastique profond et percé, surtout pas un pot en terre cuite ! Pourquoi ? Tout simplement parce que les minéraux sont nocifs pour les plantes carnivores. Or la terre cuite en est pleine, ils se retrouveront donc dans le substrat puis absorbés par les racines, ils intoxiqueront, doucement mais surement, la plante.

Concernant le substrat, le but est de se rapprocher le plus du milieu naturel, c’est-à-dire d’une tourbière pauvre. Mélangez donc 70 % de tourbe blonde avec un peu de fibre de coco et de perlite afin d’optimiser le drainage.

Plante carnivore entretien : Où la conserver ?

Les plantes carnivores ont absolument besoin de soleil ou d’une très grande luminosité si vous les conservez en intérieur. Elles peuvent alors prendre place devant une fenêtre, dans une véranda ou sous serre.

La rusticité des plantes carnivores varie selon l’espèce. Les droséras et la vénus attrape-mouche résistent à -5 °C et les sarracènes jusqu’à – 10 °C. Vous pouvez donc sans problème les installer en extérieur, en prévoyant au besoin un voile d’hivernage. Les nepenthès en revanche sont tropicaux et devront être maintenus à une température supérieure à 10 °C tout au long de l’année.

L’arrosage des plantes carnivores

plante carnivore entretien eau | Jardipartage
Les plantes carnivores napprécient pas leau du robinet © Metsikgarden

Avant toute chose, les plantes carnivores ne supportent pas l’eau du robinet. La raison est la même que pour les pots en terre cuite, ces fameux minéraux indésirables en effet auxquels s’ajoutent un peu de chlore. Dans ces conditions, il faut utiliser de l’eau de pluie ou de l’eau déminéralisée.

Les plantes carnivores prospérant dans les milieux humides, la meilleure solution est encore d’utiliser une soucoupe ou n’importe quel contenant afin de poser directement le pot dans un fond d’eau. L’humidité remontera ainsi par capillarité dans le substrat. Les racines pourront ensuite puiser toutes les ressources nécessaires pour une bonne croissance, principalement au printemps et en été. Attention à maintenir l’équilibre, la terre ne doit pas non plus être en permanence détrempée au risque de conduire à la pourriture des racines.

Plante carnivore entretien : bien Respecter la période de dormance

Une période de dormance est essentielle pour les plantes carnivores des milieux tempérés (Dionaea muscipula, Sarracenia et Drosera). Cette phase de repos hivernal permet ainsi aux plantes de survivre aux conditions difficiles en économisant leurs ressources énergétiques pour la reprise de la croissance.

À l’extérieur, la dormance se fait assez naturellement, cependant si vous conservez vos plantes carnivores en intérieur, vous devrez la prévoir. Ainsi, de l’automne jusqu’au printemps, diminuez l’arrosage pour garder le substrat humide, gardez une température fraiche et réduisez la luminosité sans pour autant plonger la plante dans le noir complet.

Faut-il apporter de l’engrais aux plantes carnivores ?

Non, surtout pas ! Les plantes carnivores ont développé leur capacité à se nourrir d’insectes justement pour répondre à leur besoin en nutriments dans des environnements pauvres. Par conséquent, ajouter de l’engrais ou apporter directement des proies perturberait complètement leur métabolisme, entrainant à coup sûr la déchéance de la plante.

Un problème pourrait néanmoins se poser si le lieu dans lequel se trouve la plante ne propose pas assez de proies à capturer. Dans ce cas, il est possible d’aider en amenant quelques insectes vivants ou en achetant un substitut spécialement formulé pour les plantes carnivores. Il faut toutefois être conscient que la plante ne pourra pas survivre ainsi sur le long terme.

author avatar
Delphine Toulain-Branger
Très créative dès le plus jeune âge, les fleurs ont toujours été pour moi une grande source d’inspiration. Désormais maman, je m’attache à faire découvrir les beautés de la nature à mes enfants, contempler, profiter mais aussi respecter ce fragile équilibre ! Je pratique le jardinage par véritable plaisir et si cela me permet d’avoir un beau jardin, c'est aussi l’occasion de récolter fruits, légumes, aromatiques et fleurs comestibles… J’adore cuisiner, alors passer du potager à l’assiette avec des produits sains et sans passer par la caisse, ça ressemble au bonheur non ? Je ne m’arrête pas là puisque je fabrique également mes produits ménagers et cosmétiques naturels, en utilisant largement les ressources de mon jardin. Voilà comment j’ai acquis une certaine expérience dans le domaine du jardinage. Alors lorsqu’on m’a proposé d’écrire autour de cette thématique, je me suis dit que plus qu’une bonne idée, c’était sans doute une évidence !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut