Potager du débutant

Plan potager en permaculture : Quelques conseils pour vous qui débutez

La permaculture séduit de plus en plus, satisfaisant les besoins de l’Homme et de l’environnement. Le but étant d’atteindre l’harmonie pour s’autosuffire sans épuiser les ressources naturelles et donc de pouvoir en bénéficier éternellement. C’est justement l’origine du mot, contraction de “agriculture” et “permanent”.

S’il est idéal pour manger des produits sains gratuitement, ce type de culture demande un peu de méthode. Justement, nous donnons ici quelques clés aux jardiniers débutants pour se lancer dans un plan de potager en permaculture.

Observer et planifier son jardin

En permaculture, on optimise les ressources naturelles, le temps et les efforts, tout en visant une bonne récolte. La première étape consiste donc à observer son jardin pour en tirer le meilleur parti.

Il s’agit de délimiter les différentes zones de cultures et de prévoir quelles plantes y installer. Où est le soleil et à quel moment de la journée ? Où le sol est-il plus sec ou humide ? Dans quel sens arrive le vent ? Autant de bonnes questions à se poser.

Pas besoin d’avoir un grand jardin, au contraire, un petit espace bien pensé sera souvent plus pratique. Prenez en compte tous les paramètres : les légumes et fruits que vous aimeriez cultiver, votre temps, l’espace disponible et votre budget pour commencer (vous pourrez ensuite enrichir d’année en année).

Esquisser un plan de votre futur potager en permaculture

comment dessiner un potager en permaculture
Pour obtenir un résultat à la hauteur de vos espérances en terme d’esthétique et de productivité, dessinez votre potager en permaculture avant de vous lancer

Papier et crayon, tablette et stylet pour les jardiniers 2.0, faire un croquis de votre espace extérieur vous permettra de mieux vous y retrouver.

Le potager nécessite un emplacement ensoleillé, à l’abri des vents forts et suffisamment proche d’une source d’eau: c’est pourquoi on cultive souvent sur butte en permaculture. Une butte bien exposée permet de profiter de plus de soleil et en plaçant les légumes les plus sensibles aux excès d’humidité en haut, on leur offre les meilleures conditions de culture possibles.

Le récupérateur d’eau de pluie et le composteur font par ailleurs partie des incontournables pour un jardin en permaculture, tout comme un minimum de matériel de jardinage et un abri pour le ranger.

Pensez à l’accès au potager et à la circulation à l’intérieur de celui-ci. Plus le potager sera proche de la maison, plus il sera pratique à entretenir. Les plantes aromatiques par exemple trouvent souvent une place de choix devant la cuisine.

Exemple de plan potager en permaculture pour débutant

Ne visez pas un potager complexe, avec trop de types de plantes si vous êtes un jardinier débutant. Voici quelques suggestions de plantation adaptées pour commencer un coin potager en permaculture. À vous d’adapter selon vos goûts et votre espace. Pensez à l’optimiser en travaillant notamment des cultures à la verticale, à l’aide de treillis ou jardinières surélevées.

quels légumes planter en permaculture
Les courges sont des légumes incontournables à planter en permaculture

Le jardin en trou de serrure : un plan simple de potager en permaculture

Le « Keyhole Garden », ou jardin en trou de serrure, est une méthode de permaculture très connue afin d’optimiser l’espace et les ressources.

Inspiré par les pratiques ancestrales africaines, ce type de jardin peut également être conçu pour une culture sur botte de paille. Dans tous les cas, la productivité est maximisée dans un espace minimal. Le nom du Keyhole garden vient de sa forme caractéristique, vue de haut, qui rappelle celle d’une serrure.

Au centre, on trouve souvent un composteur qui distribue les nutriments et l’humidité nécessaires directement aux plantes environnantes. Cette configuration permet une gestion efficace de l’eau et des déchets organiques, rendant le jardin particulièrement adapté aux zones à faibles ressources en eau.

Ainsi, créer un plan simple de jardin en permaculture en utilisant la méthode du jardin en trou de serrure n’est pas seulement une démarche de jardinage, c’est aussi adopter une philosophie de vie respectueuse de l’environnement et durable.

Dans une zone facile d’accès pour un entretien quotidien

  • 4 plants de tomates cerise espacés d’environ 60 cm et soutenus par des tuteurs.
  • 4 plants de basilic plantés entre les tomates pour favoriser la croissance et repousser certains nuisibles.
  • 6 laitues plantées en alternance avec le basilic pour bénéficier de l’ombre partielle créée par les tomates.

En bordure de potager

  • 10 fraisiers au soleil et dans un sol bien drainé, en lisière la récolte sera plus facile.
  • Des herbes aromatiques (thym, romarin, menthe, persil) demandent peu d’entretien et aident à repousser certains nuisibles.
  • Dispersez des fleurs attractives (bourrache, soucis, lavande…) pour les insectes pollinisateurs tout autour du potager !

Dans un espace intermédiaire, les cultures nécessitant moins d’attention régulière

  • 2 plants de courgettes, courges et/ou concombres qui demandent un peu plus d’espace, environ 1 mètre carré par plant.
  • 10 à 15 plants de haricots verts en rangs ou autour d’un treillis pour les faire grimper.
  • 1 plant de rhubarbe.
  • Quelques betteraves et pommes de terre.
  • 1 rang de radis, une culture rapide qui peut être renouvelée plusieurs fois au cours de la saison.
  • Les carottes sont bénéfiques à côté des salades notamment car leurs racines profondes aident à aérer le sol.
  • Oignons et ail sont connus pour repousser certains nuisibles et donc protéger les autres cultures.

Entretien du potager en permaculture

Si vous vous lancez dans les plans d’un potager en permaculture, il faut intégrer quelques principes essentiels :

  • Pratiquez la rotation des cultures : ne pas planter les mêmes choses au même endroit chaque année pour ne pas épuiser les ressources du sol.
  • Intéressez-vous à la question des associations de légumes, certains cohabitent mieux que d’autres. La récolte n’en sera que meilleure !
  • Composez avec les mauvaises herbes. Plutôt que de vous acharner à les arracher, essayez de limiter leur croissance en paillant systématiquement les zones de terre à nu. Le paillage organique a en plus l’avantage de conserver l’humidité et d’enrichir le sol.
  • En permaculture, on ne bêche pas ! On bine légèrement, les vers de terre et autres insectes se chargeront d’aérer la terre en profondeur, à condition de ne pas piétiner le potager toutes les minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page