Accueil » Le potager » [PODCAST] Mieux que les traitements, l’abri à tomates !
fabriquer un abri a tomates

[PODCAST] Mieux que les traitements, l’abri à tomates !


Avant de traiter systématiquement vos pieds de tomates à la bouillie bordelaise, arrêtez-vous deux minutes, ne serait-ce que pour lire ces quelques considérations. Vos représentations risquent d’en prendre un sacré coup ! Le deal que je vous propose est simple : pour un peu plus que le prix d’un sachet de bouillie bordelaise, vous obtiendrez en échange, avec un peu d’astuce et de dextérité certes, une récolte de tomates saines, sans aucun traitement. Comment cela est-il possible ? Eh bien, faut d’abord que je vous parle des origines de la tomate !

La tomate nous vient tout droit d’Amérique centrale

abri pour tomates
Au 20 mai, les tomates ont déjà bien poussé, sans aucun traitement !

Du Mexique et du Pérou très exactement, rapportée en Espagne en 1532 et introduite en France en 1598.  Ces détails vous semblent peut-être insignifiants ? Ils ont pourtant toute leur importance. Cela signifie que la plante a été acclimatée au fil des sélections mais elle n’en reste pas moins délicate à cultiver en climat froid, voire simplement frais. Une affaire de patrimoine génétique sans doute.

De ce constat, je tire donc la conclusion qu’il faut offrir à la tomate toute la chaleur dont elle a besoin pour s’épanouir. Ce n’est pas nouveau, me direz-vous ! Non, et pourtant, je fais chaque année le même constat amer en observant beaucoup de jardins dans lesquels on cultive à contre-sens ! Cultiver des tomates en plein air, sitôt les Saints de glace passés, parfois avant et donc dès le mois d’avril, en optant pour des traitements répétés de manière à contenir les effets dévastateurs de la fraîcheur et de l’humidité, vous trouvez ça normal ? Pas moi, je crois même que c’est une ineptie !

Fabriquer un abri à tomates

Laissez donc de côté cette bouillie bordelaise que l’on croit tenir pour miracle ! Au lieu de cela, allez dans une grande surface de bricolage pour vous procurer de quoi fabriquer un abri à tomates  : 6 tubes PVC pour gaines électriques diamètre 16 mm – longueur 2 m minimum, 6 tés à clipser de même diamètre, une grande bâche en plastique transparent de 4 X 3 m (j’en ai même trouvé en matière biodégradable, le top), des manchons et quelques clips.

 

Une bonne demi-heure de bricolage plus tard et pour moins de 15 € tout compris, voilà le résultat ! Des tomates à l’abri de l’humidité et d’un froid trop vif sous une structure légère à la fois déplaçable, démontable, et réutilisablePlus de traitement à pulvériser puisque plus d’eau sur les feuilles et un microclimat qui garantit un air tempéré sans gros écarts de température et ventilé! L’investissement sera vite rentabilisé.

construire serre tomates
Détail de la fixation de la bâche à l’aide de clips pour tube diamètre 16 mm

Quelques astuces pour gagner du temps :

  • Lestez les pieds en faisant passer chaque tube au travers d’un pavé percé (forêt béton diamètre 16 – ça force un peu mais ça passe – ou mieux 18 mm). Une fois traversé, un fil de fer fiché de part et d’autre empêche le tube de ressortir de son emplacement.
  • A l’endroit des clips, utilisez dessous un peu de scotch épais pour éviter de trouer la bâche plastique.
  • Sur les bords, tendez et lestez la couverture plastique au moyen d’une planche et de quelques pavés posés dessus.
  • Pour soutenir le plastique, mais aussi renforcer la structure de l’abri, on peut le couvrir de treillis soudé ou de grillage.

On améliore l’expérience !

La culture de ces tomates sous abri m’a tellement convaincu (j’ai récolté les dernières tomates l’an dernier mi-novembre) que j’ai décidé de poursuivre l’expérience et d’améliorer cet abri en bricolant une structure définitive. J’ai utilisé pour cela un matériau économique, souple et durable, que je trouve personnellement magique au jardin: le treillis soudé. Pour aller plus loin, voilà donc quelques exemples d’utilisations du treillis soudé au potager. 

A propos de Bruno

Jardinier du côté de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les végétaux et l'univers du jardin. Des infos, des expériences, des portraits de plantes, les animaux, le bien-être par les plantes...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, du naturel avec une bonne dose de bon sens !

39 Commentaires

  1. Super idée!
    dommage de ne pas avoir plus de photos dont une avec les T pvc

    • Bonsoir Patrick,

      Je n’ai malheureusement pas d’autres photos à vous proposer. Ce bricolage commence à dater et je ne l’utilise plus aujourd’hui. J’ai, depuis ce temps, revisité l’idée en construisant un abri plus solide, durable et grand, en prenant appui sur du treillis soudé. Vous trouverez plus d’infos à ce sujet à travers ces deux articles: et . N’hésitez pas à revenir vers moi si besoin.

  2. J’ai fabriqué un abri avec les mêmes matériaux il y a 5 ans. Il était adossé à un mur plein sud. Donc les tuyaux de 2 m suffisaient pour cette demi-serre, sans connex. J’avais ajouté au système 2 chevrons de 2m que j’avais percés tous les 50 cm, pour y ficher des fers à béton plus longs que le tube pvc. Ensuite j’ai enfilé dans chaque tube un fil de fer solide, suffisamment long pour attacher solidement chaque tube de 2m aux 2 chevrons. Un des chevrons a été fixé côté sol sur 3 gros parpaings qui le lestaient. Le chevron du dessus a été fixé dans le mur, juste sous le débordement du toit. Les entraxes étaient assurés par tressage d’autres tubes PVC non armés, puis fixés ensemble par ligatures. Fabrication à plat sur mon parking, puis montage (à 2!) en place, avant pose du plastique de couverture, débordant de chaque côté. Ma seule erreur fut de croire la structure assez costaude pour supporter le poids de plants adultes!!! Je recommence le même système cette année, mais avec des tuteurs!

    • Bonsoir Françoise,

      Merci pour ce retour d’expérience qui montre une nouvelle fois comment le jardinage est surtout une affaire de recherche, d’expérimentation et parfois d’échec. Mais on en sort toujours grandi.

  3. bonjour
    impossible de faire cet abri à tomates les tes sous la pression s’ouvrent quelle est votre astuce ???
    merci

    • Bonjour,

      Il faut d’une part des tés de bonne qualité, qui se clipsent bien. J’ai rencontré le même problème avec des tés vendus à bas prix par une grande enseigne de bricolage dont je tais le nom. Ensuite, une fois que le tube est en place dans le té clipsé, je perce à travers les 2 (à la perceuse visseuse équipée d’un petit forêt) et je passe un fil de fer qui va servir de goupille et empêcher le tube de sortir du té.
      Autre chose aussi, pour limiter la pression, je glisse à la jointure des deux tubes (à l’intérieur des 2), un morceau (20 cm environ) de fer à béton diamètre 8 qui fait le lien entre les 2. Il est suffisamment rigide pour ne pas plier et limiter la tendance des tubes plastiques à « exercer » leur pression vers le haut.

  4. Bonjour
    merci pour cette idée d’abri à tomates
    j’ai acheté tout le matériel, j’ai bien compris l’installation, mais est-ce que l’abri est fermé au fond ou est-il ouvert des 2 côtés ?
    Merci à l’avance de votre réponse

    • Bonsoir,

      C’est modulable en fait. Quand il fait frais et que le temps est pluvieux (c’est de nouveau le cas depuis ce matin), je ferme provisoirement à l’aide d’une bâche bleue de bricolage. C’est une bâche munie d’œillets, très pratiques pour la fixer à la structure. Je ne ferme que le côté « mauvais temps » (l’Ouest). Sinon, quand il fait beau et surtout chaud, le tunnel reste ouvert pour une aération maximale !
      Bon bricolage ! (J’ai amélioré mon abri cette année en passant à l’étape au-dessus). J’en parlerai prochainement !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.