Accueil » L'automne » L’Osmanthe, divinement parfumé !
osmanthe

L’Osmanthe, divinement parfumé !

Bien adapté aux régions de climat froid ( rustique jusqu’à -20°C), l'Osmanthe (oléacées) fut découvert en Chine par un missionnaire botaniste: l’abbé Jean-Marie Delavay. Également appelé houx de Chine en raison de ses origines et de la ressemblance de son feuillage épineux avec celui du houx commun, l’Osmanthe est au final assez peu planté dans nos jardins. Dommage, car cet arbuste toujours vert se couvre aussi de discrètes fleurs blanches en trompettes au printemps (Osmanthus X Burkwoodii, Osmanthus Delavayi) ou à l’automne ( Osmanthe à feuille de houx), toutes au parfum inoubliable !

Les Osmanthes : persistants et parfumés !

Si le genre comprend plus d’une trentaine d’espèces d’arbustes à feuillage persistant, seules 3 se rencontrent dans les jardins, se distinguant par leur période de floraison : l’osmanthe à feuilles variées, l’osmanthe de Burkwood et celle de Delavay.

Osmanthus heterophyllus

Cette osmanthe à la silhouette arrondie atteint 2 mètres de hauteur au prix d’une croissance lente, faisant de lui un candidat naturel pour une haie libre ou taillée. Il se pare de belles feuilles persistantes, d’un vert profond, brillant, épineuses quand elles sont jeunes. Ce bel écran végétal se couvre aussi d’une nuée de fleurs blanches apparaissant à l’aisselle des feuilles en automne, entre septembre et janvier suivant les régions. Leur fragrance rappelle alors l’exquis jasmin. Les jardiniers collectionneurs apprécieront les variétés plus originales de cet Osmanthe à feuille de houx, dotées d’un feuillage décoratif pourpre foncé (purpureus), marginé de crème (Variegatus), teinté d’or (aureomarginatus) ou carrément tricolore (Tricolor)

osmanthe persistant
Les petites fleurs de l'osmanthe, groupées à l'aisselle des feuilles, diffusent un divin parfum !

Osmanthus delavayi

Contrairement au précédent, l’osmanthe de Delavay ne fleurit pas en automne mais au début du printemps. Ses fleurs en trompettes blanches, joliment mises en valeur par un écrin de feuilles foncées, s’épanouissent en effet en mars-avril, souvent plus précocement (dès la fin du mois de février) dans les régions de climat doux. Leur parfum suave embaume alors délicieusement l’air. La variété la plus répandue porte le nom poétique (et mérité !) d’Heaven scent (« parfum de paradis » en anglais), se couvrant de feuilles persistantes luisantes, ovales, légèrement dentées et d’un beau vert foncé. Seule ombre au tableau, cet osmanthe se montre nettement moins rustique que ses cousins (-10°C), légèrement plus sensible aussi à une exposition brûlante. Pour le reste, il est tout aussi peu exigeant côté entretien !

Osmanthus burkwoodii

L’Osmanthe de Burkwood forme un buisson bien dense et compact qui fleurit au printemps en même temps qu’Osmanthus delavayi. Ses petites fleurs blanches dégagent pareillement des effluves puissants mêlant des notes de miel, d’abricot et de jasmin. Une exposition au soleil permettra d’en profiter pleinement !

Où les cultiver ? Comment les utiliser ?

Tous les osmanthes prospèrent en terre ordinaire et profonde, bien drainée, même légèrement calcaire et sont souvent plantés en haie ou au sein d’un massif d’arbustes. Leur croissance lente peut aussi être mise à profit pour une culture en pot ou en bac, des conditions qu’ils supportent parfaitement ! Ils trouvent alors une place idéale sur une terrasse, un balcon ou aux abords d’une allée menant à la maison. 

Côté exposition, ils apprécient un emplacement au soleil ou à la mi-ombre, à l’abri des vents dominants.

osmanthe delavayi
Osmanthe delavayi Heaven Scent, © Jardipartage

Culture et entretien

Dans les régions aux hivers rudes, les jeunes pousses de l’osmanthe, plus sensibles que le reste de la végétation, peuvent être brûlées par le gel. Cultivée en pot, l’arbuste est également plus sensible au froid ; il n’est pas inutile d’envelopper l’osmanthe de Delavay d’un voile d’hivernage de manière temporaire lors des plus fortes gelées.

 En pleine terre, étalez un paillis à ses pieds dès la plantation (indifféremment au printemps ou à l’automne) pour conserver ses racines au frais en été et les protéger du gel en hiver.

Comment tailler l’Osmanthe ?

Côté entretien, l’osmanthe est peu exigeant. Il pousse si lentement que sa taille n’est pas vraiment indispensable. Cependant, sous certaines conditions plus favorables, l’arbuste peut au final présenter un port dense ; une taille effectuée après la floraison, au cours du printemps, est alors bénéfique pour harmoniser la silhouette et limiter son développement en tous sens. Raccourcissez les rameaux les plus longs juste au-dessus d’une branche de plus faible vigueur qui jouera un rôle de tire-sève.

Quand et comment bouturer ?

Plutôt difficile à réussir en raison du caractère persistant du feuillage, la bouture d’Osmanthe se réalise en fin d’été (entre fin août et début octobre) pour que l’enracinement s’opère durant l’hiver. Prélevez les boutures sur des tiges de l’année, dont le bois est très aoûté, presque dur.

On pratique une bouture à talon, c’est-à-dire d’un rameau ayant conservé un petit morceau d’écorce et de bois de la vieille tige qui le portait. Retirez proprement les feuilles de la moitié inférieure de la bouture, trempez la base dans une coupelle de poudre d’hormone et piquez-la dans un pot rempli d’un mélange par tiers de terre de jardin, sable fin et terreau à semis.

Placez- à l’étouffée ou sous châssis frais, à l’abri du soleil direct. A l’approche de la mauvaise saison, déplacez les pots dans un local lumineux, maintenu hors gel. Dès les premiers jours du printemps, sitôt l’enracinement constaté, transplantez chaque bouture en pot individuel. Patientez au moins une année supplémentaire avant d’installer la nouvelle plante à sa place définitive.

Partagez votre avis

A propos de Bruno Nunez

Jardinier du côté de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les végétaux et l'univers du jardin. Des infos, des expériences, des portraits de plantes, les animaux, le bien-être par les plantes...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, du naturel avec une bonne dose de bon sens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.