Accueil » L'automne » Nandina domestica, un petit air japonais au jardin…
nandina-domestica

Nandina domestica, un petit air japonais au jardin…

Nandina domestica, un petit air japonais au jardin…
Partagez votre avis sur cet article !

Quel arbuste choisir pour donner à son jardin un petit air japonisant ? Peut-être bien le bambou sacré (Nandina domestica), un arbuste au feuillage persistant originaire de l’Himalaya et de la Chine. Sa particularité ? Offrir une généreuse déclinaison de couleurs chatoyantes au fil des saisons, phénomène peu observable pour les espèces à feuillage persistant. Laissez-vous tenter par cet arbuste de la famille des berberidacées qui n’a de commun avec le bambou que le nom. 

Peut-on planter un Nandina partout ?

Nandina domestica fire powerPartout en France, oui, à l’exception des zones trop froides présentant un climat rude et des régions trop sèches. Plutôt rustique, le Nandina supporte sans peine des gelées de l’ordre de -10°C mais craint davantage les effets des vents froids ou desséchants. Mieux vaut donc l’installer en situation abritée, dans un sol restant frais l’été.

Bien qu’il apprécie en effet les situations lumineuses et ensoleillées qui lui sont indispensables pour développer ses couleurs éclatantes, il se plaît davantage dans un coin du jardin que les rayons du soleil n‘écrasent pas de leur vigueur, par exemple en lui faisant bénéficier aux heures les plus chaudes de l’ombrage bienfaisant d’un mur ou d’un arbre proche.

Le Nandina apprécie les sols acides, frais et bien drainés. Il trouvera une place idéale dans un décor japonais, aux côtés d’azalées, de bambous ou de rhododendrons. Réservez-lui un emplacement qui le mettra en valeur, par exemple à l’avant d’un massif, au sein d’une rocaille ou encore isolé dans un parterre minéral minimaliste (ardoise pilée, sable, graviers décoratifs).

Le Nandina supporte aussi très bien une culture en bac, qui permet de décorer toute l’année une cour ou une terrasse. Dans cette configuration, il faudra cependant veiller à lui garantir une exposition fraîche l’été, quitte à le déplacer pour l’occasion et l’arroser très régulièrement.

Quand et comment le planter ?

Plantez-le au printemps en mélangeant à parts égales de la terre de jardin et du compost mûr. Déposez une couche épaisse de gravier grossier au fond du trou ou du contenant pour drainer la motte.

L’entretien se limite ensuite seulement à l’arrosage lors des périodes sèches prolongées. Vous pouvez toutefois apporter une pelletée de compost avant la reprise printanière et un peu d’engrais pour plantes de terre de bruyère au moment de la floraison blanche, en grappes. Laissez la forme se développer librement, sans tailler.

 

Le Nandina déploie ainsi naturellement une belle ramure qui peut exceptionnellement geler lors d’épisodes très froids. Dans ce cas, rabattez au printemps les branches touchées près du sol. La végétation repartira de la souche. Les potées étant plus sensibles au froid que les plantes installées en pleine terre, prenez les devants et couvrez-les d’un voile protecteur au plus froid de l’hiver.

La variété classique de Nandina s’élève à près de 2 m de hauteur pour autant d’étalement. Réservez-la aux grands jardins.

Des variétés compactes

Dans des espaces plus restreints et en bacs, faites votre choix parmi les variétés compactes.

Le Nandina « Gulf stream » est de celles-là.  Cet arbuste bas (80 centimètres de hauteur) prend un port pleureur. Ses branches peu ramifiées portent des feuilles pennées,  rouges au printemps, virant au vert franc en été et s’offrant en automne des tonalités cuivrées.

Nandina « Firepower » ne dépasse pas, lui, 50 centimètres en tous sens. Sa taille naine est idéale en bac ou pour apporter de la luminosité à une une terrasse. Avec son port arrondi, ses couleurs chatoyantes spectaculaires, « Firepower » est une valeur sûre !

A propos de Bruno Nunez

Je m’appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l’univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes…bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l’ornement…Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *