Haie fleurie

Nandina domestica, un petit air japonais au jardin…

Quel arbuste à fleurs choisir pour donner à son jardin un petit air japonisant ou compléter son jardin japonais ? Peut-être bien le bambou sacré du japon, l’autre nom donné au Nandina domestica, un arbuste de terre de bruyère au feuillage persistant originaire de l’Himalaya et de Chine. Sa particularité ? Offrir une généreuse déclinaison de couleurs chatoyantes au fil des saisons, phénomène peu observable pour les espèces à feuillage persistant. Laissez-vous tenter par ce bel arbuste.

Ce qu’il faut savoir :

Nom botanique : Nandina domestica
Nom courant : bambou sacré, nandina domestica
Famille : Berberidacées 

Hauteur x étalement :  La variété classique s’élève à près de 2 m de hauteur pour autant d’étalement. Réservez-la aux grands jardins.
Feuillage : brillant, persistant vert foncé, avec de jeunes pousses rouges.
Fleurs : Les petites fleurs blanches étoilées, réunies en panicules, s’épanouissent en fin de printemps, en juin juillet. Elles sont suivies de petites baies rouges qui restent sur l’arbuste jusqu’en milieu d’hiver.

Exposition : Bien qu’il apprécie les situations lumineuses et ensoleillées qui lui sont indispensables pour développer ses couleurs éclatantes, il se plaît davantage au soleil doux ou à mi ombre, à l’abri des vents desséchants et du froid
Sol : Facile à vivre, le bambou sacré ne pousse pas qu’en terre de bruyère. Il s’accommode en réalité de presque toutes les terres, à condition qu’elles restent fraîches l’été et soient drainantes en hiver.
Rusticité :  Plutôt rustique, le Nandina supporte des gelées de l’ordre de -10°C.

Peut-on planter un Nandina partout ?

Nandina domestica firepower

Le bambou sacré est un arbuste qui apprécie les sols acides, frais et bien drainés. Il trouvera une place idéale dans un décor japonais, aux côtés d’azalées, de bambous ou de rhododendrons. Réservez-lui un emplacement qui le mettra en valeur, par exemple à l’avant d’un massif, au sein d’une rocaille ou encore isolé dans un parterre minéral minimaliste (ardoise pilée, sable, graviers décoratifs).

Nandina en pot

Le Nandina supporte aussi très bien une culture en bac, qui permet de décorer toute l’année une cour ou une terrasse, aux côté d’un érable japonais en pot. Dans cette configuration, il faudra cependant veiller à lui garantir une exposition fraîche l’été, quitte à le déplacer pour l’occasion et offrir un arrosage régulier.

Quand et comment le planter ?

Plantez-le au printemps en mélangeant à parts égales de la terre de jardin et du compost mûr. Déposez une couche épaisse de gravier grossier au fond du trou ou du contenant pour drainer la motte.

Nandina domestica : un entretien simplifié

  • L’entretien se limite seulement à un arrosage régulier lors des périodes sèches. 
  • Apportez une pelle de compost au pied avant la reprise de la croissance au début du  printemps et un peu d’engrais pour plantes de terre de bruyère au moment de la floraison en juin. 
  • Laissez la forme se développer librement, sans tailler. Le Nandina déploie naturellement une belle ramure
  • L’arbuste peut exceptionnellement geler lors d’épisodes très froids. Dans ce cas, rabattez au printemps les branches touchées près du sol. La végétation repartira de la souche. 
  • Les bambous sacrés cultivés en pot sont plus sensibles au froid que ceux installés en pleine terre. Couvrez-les d’un voile protecteur au plus froid de l’hiver.

La taille du Nandina est-elle nécessaire ?

Uniquement si cet arbuste de bruyère devient gênant, que l’on souhaite lui donner une belle forme ou que ses branches se dégarnissent de la base. Vous pouvez alors le tailler après la floraison.

L’astuce, c’est aussi ici de tailler sévèrement tous les deux ou trois ans une branche sur deux. Le Nandina a cette faculté de repercer facilement sur le vieux bois et reforme rapidement de jeunes rameaux.

bambou sacré du japon
© J.Baker

Des variétés compactes

Le genre Nandina ne comporte qu’une seule espèce, mais plusieurs belles variétés, dont certaines compactes, idéales dans les petits espaces et en bacs :

  • Gulf stream : Cet arbuste bas (80 centimètres de hauteur) prend un port pleureur. Ses branches peu ramifiées portent des feuilles pennées,  rouges au printemps, vert franc en été et offrant en automne des tonalités cuivrées.
  • Firepower ne dépasse pas 50 centimètres en tous sens. Sa taille naine est idéale en couvre sol ou en bac pour apporter de la luminosité à une terrasse. Avec son port arrondi, sa couleur rouge spectaculaire virant au pourpre à l’automne, Firepower est une valeur sûre ! Associez cette variété au feuillage sombre des Ophiopogons pour un contraste fort.
Sur le même thème:

Sumac de Virginie: envahissant mais tellement coloré !

Mis à jour le Nov 7, 2020 @ 19 h 11 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page