Les Légumes bulbes

Mouche mineuse du poireau : comment lutter ?

Une lutte efficace !

La mineuse du poireau a fait son apparition en France en Alsace en 2003. Depuis, elle parcouru beaucoup de chemin, et concerne désormais une bonne partie de notre territoire. Cette maladie du poireau est l’œuvre d’un insecte, une petite mouche presque invisible à l’œil nu.

Ce ravageur pose vraiment problème sur le culture de poireaux, car on peut passer en quelques semaines de beaux légumes, d’un joli gabarit, pleins de vitalité, à des poireaux couchés sur le sol, commençant à flétrir…

Quelle tristesse sachant que chez certains jardiniers, le même problème se répète chaque année. En effet, la mouche mineuse ne laisse pas de répit et, une fois présente au potager, elle s’y reproduit pour s’attaquer à vos poireaux tous les ans !

La mouche mineuse, responsable des dégâts

Comme son nom l’indique, la mineuse mine. Si, en coupant vos poireaux, vous découvrez des galeries verticales de quelques millimètres de diamètre, vous avez donc bien affaire à elle !

Du côté des autres symptômes, vous verrez les piqûres en lignes le long des feuilles de poireau et sur les autres alliacées (la ciboulette notamment). Les feuilles des poireaux se déforment, les fûts (nom donné aux tiges) éclatent.

Cycle de vie de la mineuse

Mouche mineuse du poireau traitement
Mouche mineuse du poireau agrandie. © Wikimedia

La mouche mineuse du poireau, Phytomyza gymnostoma, aussi appelée Napomyza gymnostoma, passe l’hiver sous la forme d’une pupe de 3 à 4 mm de long. Elle attend patiemment dans la plante parasitée que le printemps arrive.

Dès le retour de conditions plus favorables, les pupes font naître une mouche grisâtre. Débute alors la période de vol qui s’étend en mars avril, au cours de laquelle a rapidement lieu l’accouplement. 

Le point de ralliement est le poireau : elles stationnent non loin, voire sur le poireau lui-même, pour s’accoupler et par la suite se nourrir. On constate alors des piqûres, en lignes, le long des feuilles.

Suite à la ponte, les larves creusent des galeries dans le poireau, ou dans les jeunes plants de poireau.

Une seconde génération arrive à l’automne, et le cycle infernal recommence.

Comment éviter la mouche du poireau

Depuis quelques années, la tendance est à la décroissance du côté de l’utilisation des produits phytosanitaires au jardin. Les jardiniers amateurs n’ont donc pas accès à des insecticides traditionnels comme le Spinosad.

Ainsi, le seul moyen de lutte contre la mouche mineuse du poireau est de recouvrir votre plantation avec un voile anti-insecte.

Son maillage doit être assez fin : 0.5 à 0.8 mm.

  • Disposez votre filet en fin d’hiver, au moment des vols des adultes, ainsi qu’à l’automne.
  • Vous pouvez également le laisser toute la durée de la culture, car cela protégera également d’autres maladies du poireau, comme les éventuelles attaques du thrips.
  • L’idéal est de l’installer sur des arceaux, à la manière d’un tunnel de culture.
  • Posez votre filet anti insectes avec précaution car cette petite mouche est capable de déceler le moindre petit trou ou passage, et de se faufiler sous le voile !
  • De même, veillez à ce que les feuilles de poireaux ne touchent pas le voile : la mouche pourrait alors pondre au travers.
  • Le voile anti-insecte est une barrière efficace mais l’entretien de la culture est moins facile.

Prévenir l’apparition de ce ravageur du poireau

En prévention, vous pouvez également tenter le brouillage olfactif : répartissez vos poireaux à plusieurs endroits dans le potager, et utilisez des paillages odorants à disposer entre les rangs : rue, lavande, tanaisie, œillets, etc. Cela semble fonctionner, du moins en partie.

Toujours en prévention, pour limiter les dégâts de ce ravageur du poireau, il est aussi indispensable de :

  1. Passer un peu de temps à retrouver et détruire les pupes lorsque vous voyez qu’un de vos poireaux est atteint. Vous limiterez ainsi assez facilement les futures infestations.
  2. Ne pas récolter vos poireaux trop tard. Ils doivent être impérativement arrachés avant le retour de la mouche, en février ou début mars au plus tard. Cela va permettre de limiter les possibilités de reproduction de la première génération de mouche mineuse.
  3. D’éliminer systématiquement tous les déchets de culture. En particulier, ne jetez pas les poireaux contaminés dans le tas de compost. Les pupes de la mouche poursuivraient tranquillement leur période hivernale et vous auriez bien du mal à éviter les attaques. Si vous disposez d’un incinérateur à déchets et que c’est autorisé dans votre commune, brûlez les poireaux atteints.
  4. Pratiquer enfin une rotation des cultures. Même si vous êtes du genre consciencieux, il restera toujours quelques pupes tombées à terre. Ne plantez pas de poireaux l’année suivante sur cette parcelle de terre, ni même des Alliacées. Ils seraient inévitablement attaqués !

Sur le même thème :

➥  Semer des poireaux

Mis à jour le Oct 27, 2020 @ 11 h 16 min

2 commentaires

  1. vous dites une mouche minuscule , or vous annoncez des voiles de protection dont les mailles les plus fines sont de 0,5mm,
    donc la mineuse peut encore passer au travers …..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page