Plantes grimpantes fleuries

Généreux comme le Solanum grimpant !

Le solanum grimpant (Solanum jasminoides), également appelé morelle faux-jasmin, est une liane vigoureuse à ne pas confondre avec le véritable jasmin officinal (Jasminum) ou le jasmin d’hiver. Cette plante de la famille de la tomate occupe rapidement un beau volume si les conditions de culture lui plaisent. On apprécie alors de juin jusqu’aux premières gelées sa floraison étoilée débordante de générosité.

Ce qu’il faut savoir :

Nom botanique : Solanum jasminoides
Nom courant : Solanum grimpant, morelle faux-jasmin
Famille : Solanacées
Origine : Amérique du Sud (Brésil)

Hauteur : La croissance est très rapide. Il ne faut en effet à ses tiges sarmenteuses pas plus de 2 à 3 ans pour atteindre de 5 à 8 mètres de hauteur !
Feuillage : Persistant en climat doux, semi-persistant ailleurs. Les feuilles sont vert brillant, lumineuses.
Fleurs : Les nombreuses fleurs en étoiles blanches ou bleutées de ce solanum grimpant apparaissent en bouquet. Elles présentent un air de famille avec les fleurs de la tomate ou celles du Solanum rantonnetii, un arbuste fleuri très proche. Les fleurs Solanum grimpant s’épanouissent sans discontinuer pendant plusieurs mois d’affilée, de juin jusqu’aux premières gelées.
Fruits : Comme les morelles sauvages, après la floraison, le Solanum grimpant se couvre de petites baies qui deviennent pourpres en automne. Attention aux jeunes enfants, ces baies ne sont pas comestibles !

Exposition : Au soleil.
Sol : Terre riche, mais drainée.
Rusticité : Moyennement rustique (-5°C).

solanum jasminoides
Généreux, le Solanum jasminoides est en fleurs de juin à octobre ! © Jardipartage

Où planter le Solanum grimpant ?

Comme toutes les Solanacées, le Solanum grimpant a besoin de chaleur pour s’épanouir et fleurir généreusement.

Dans les régions fraîches : L’idéal est donc de le planter au pied d’un mur orienté plein Sud, à l’abri des vents froids.

Dans les régions chaudes : Une exposition à l’Ouest est préférable. La plante y reçoit ainsi moins de soleil qu’au Sud, seulement l’après-midi, mais le support continue de jouer son rôle protecteur en absorbant et renvoyant de la chaleur la nuit, reconstituant un microclimat favorable.

Côté sol, ce Solanum jasminoides apprécie les terres riches, mais drainées. Un paillage est utile l’été pour conserver un peu de fraîcheur.

Cette liane vigoureuse a besoin d’un vaste support de palissage : un grillage rigide ou toute autre structure suffisamment solide pour soutenir les rameaux au fur et à mesure de leur allongement, par exemple un mur, une pergola, une clôture ou une tonnelle et en bac sur un balcon ou une terrasse.

Associez-la à d’autres plantes volubiles colorées :

  • Des plantes grimpantes annuelles comme l’ipomée vivace, la Suzanne-aux-yeux-noirs, le Jasmin du Brésil, etc.
  • D’autres vivaces comme le Trachelospermum faux-jasmin parfumé, la bignone, etc.

Comment cultiver le Solanum grimpant en pot ?

La culture de la morelle faux-jasmin est possible dans un grand pot (30 à 40 cm de diamètre) ou, mieux, en bac. Dans ces conditions, la plante est encore moins rustique qu’en pleine terre. Installez-la impérativement au pied d’un mur exposé plein Sud. Vous pouvez utiliser un substrat très drainant : 1/3 de terre de jardin, 1/3 de terreau et 1/3 de sable.

Dès le milieu de l’automne, placez le Solanum à l’abri pour éviter une période de gelées fortes qu’il ne supporterait pas dans ces conditions de culture.

Entretien du Solanum grimpant

Arrosage : Au cours de l’été, maintenez les pieds au frais en versant un arrosoir d’eau 1 à 2 fois par semaine. Pas d’inquiétude si vous oubliez ou que vous devez vous absenter, la morelle faux-jasmin est une plante résistante à la sécheresse et à la chaleur.

Engrais : Soutenez la forte croissance de cette plante volubile par des apports réguliers d’engrais. Préférez un engrais à libération lente favorisant la floraison, donc riche en potasse, de type engrais à tomates. Si sa forme est liquide, arrosez copieusement le Solanum en amont pour éviter de brûler les racines.

Palissage : Guidez régulièrement les rameaux de cette liane vigoureuse sur le support de palissage, sans les attacher. Les interventions doivent être fréquentes, la plante pousse vite !

solanum grimpant blanc
Il ne faut pas plus de 2 à 3 ans pour que le Solanum grimpant blanc étire ses rameaux à 6 mètres de longueur ! © Jardipartage

Comment tailler la morelle faux-jasmin ?

La floraison de ce Solanum se produit sur les pousses de l’année. Cette particularité oblige donc à pratiquer une taille assez tôt, entre la fin février et la mi-mars, avant la reprise de la végétation. Son objectif est double : à la fois réduire et équilibrer la ramure.

Commencez par ôter le bois mort à l’intérieur des rameaux enchevêtrés. Raccourcissez ensuite les pousses secondaires en ne conservant que 3 à 4 bourgeons depuis leur base pour aboutir à un volume acceptable.

En cours de croissance, il ne faut pas non plus se priver de tailler les pousses gênantes pour discipliner le Solanum grimpant et maintenir une silhouette compacte et équilibrée. Pincez en priorité les rameaux qui s’allongent le plus.

Dans les régions douces, ce Solanum jasminoides est parfois très envahissant. Il ne faut donc pas hésiter à le tailler très sévèrement pour éviter d’être dépassé par un enchevêtrement de pousses inesthétiques !

Comment bouturer le Solanum grimpant ?

Vous pouvez faire des boutures de votre Solanum grimpant dès le mois de juillet. Les boutures prélevées à l’extrémité des rameaux non fleuris donnent les meilleurs résultats.

  • Coupez des rameaux semi-aoûtés de 10 à 12 cm de longueur.
  • Fichez les boutures en godets remplis d’un mélange de bon terreau et de sable.
  • Installez-les à l’extérieur, à l’ombre.
  • Les boutures seront bien enracinées dès l’automne mais il est préférable d’attendre le printemps suivant pour les planter en terre. Gardez-les tout l’hiver à l’abri des gelées.

Quelles variétés de Solanum grimpant choisir ?

Les Solanum comptent plus de 1400 espèces, parmi lesquels beaucoup de plantes grimpantes.

C’est souvent la variété Album que l’on rencontre, la plus prisée des jardiniers pour sa myriade d’étoiles d’un blanc pur.

Le Solanum crispum, aux élégantes fleurs bleues, presque violettes, est un proche parent lui aussi grimpant, mais plus rustique que la morelle faux-jasmin.

Le Solanum wendlandii, très peu rustique, est une liane vigoureuse pouvant atteindre de 5 à 8 m de hauteur. De juillet à septembre, ce Solanum grimpant se couvre de cymes de fleurs bleu lilas très grandes, accompagnées d’un joli feuillage vert vif.

6 commentaires

  1. bonjour

    Personnelement, j’habite en Bretagne (broceliande) et mon Solanum est juste MAGNIFIQUE il occupe la moitié de la facade de ma maison (rdv et 1er étage). Il est là depuis 10 ans je pense, exposition plein sud par contre sur la pierre rouge : il adore et est en fleur toute l’année 🙂 🙂
    Je dois le tailler sévèrement régulièrement car sinon il file dans la gouttière 🙂 🙂
    Belle soirée

    1. Bonjour,

      Merci et félicitations ! En Bretagne, vous avez un climat doux et vous avez visiblement choisi une exposition qui plait à votre Solanum : il semble profiter de la chaleur et de la protection de votre mur de façade.

  2. J’ai planté en pleine terre un jasminoide solanum contre un mur pour qu’il comme sur tout autour du dessus de la façade de ma maison en continuant de s’allonger sur deux filles d’acier de grandes tiges gombert s’entremêlent devant ma fenêtre elles est très fleurie doige la tailler avant de ne plus rien voir ??

  3. ah ce solanum grimpant que j’aime mais ce n’est pas réciproque ….2 fois j’ai essayé de le planter ds mon jardin de vacances d’Oléron . Pourtant planté plein sud , la 1 ère année il a donné péniblement une petite branche , la seconde année il a disparu . D’ailleurs ce ne doit pas être une plante si facile que ça parce qu’on n’en voit souvent dans les jardins .

    1. Bonjour Anne,

      Tout dépend de la région. Dans le sud-Ouest, le Solanum grimpant et très fréquent. Le climat humide associé à une arrière-saison souvent chaude et ensoleillée lui réussit bien. Passé le Nord de la Loire, le climat est probablement trop frais, il peine à s’épanouir.

      1. oui vous avez raison , je ne pense pas assez à la région et au climat .Quand j’ai vu en Dordogne l’été , des ipomées magnifiques , alors que chez moi même en plein soleil , elles sont ttes petites et palottes , j’ai tout compris !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page